Nains Tome 12

Kardum du Talion

Scénariste :Nicolas Jarry
Dessinateur : Stéphane Créty
Éditeur : Soleil 
Genre : Heroic Fantasy, aventure
Sortie : le 22 octobre 2018

Présentation de l’éditeur :

La guerre est un commerce comme un autre…

Kardum est le fils d’un souffleur de verre. Il refuse cette vie médiocre de tâcheron. Au terme d’une longue et sanglante ascension, il devient l’un des plus puissants marchands de son peuple. Son commerce : les armes. De la dague aux engins de sièges, Kardum fonde un empire. Il fournit quiconque est en mesure de payer le prix fort, quel que soit sa race ou ses intentions…

Verso_346509

Mon avis :

Quand les mots-clefs principaux d’une BD sont « Nains » et « Heroic-fantasy », je ne sais pas pour vous, mais moi je pense inévitablement à Gimli dans « Le Seigneur des Anneaux » : petit, longue barbe, hache à la main et détestant les elfes. C’est d’ailleurs la typologie de bons nombres de héros dans la saga que voici, à quelques exceptions près. Kardum est l’une de celles-ci. Quand j’ai vu sa bobine, sans voir le corps, j’ai cru que c’était un Hum (Homme pour les non-initiés au langage des Terres d’Arran) avec les traits de ces acteurs actuels flanqués de gros biscotos. Sauf qu’une fois le regard descendu plus bas que les épaule : notre gaillard bien rasé s’avère être assez petit… c’est un nain, me direz-vous.

Restait plus qu’à espérer voir une hache à double tranchant entre ses mains. Mais que nenni ! Au lieu d’avoir une paire de lames affûtées pour trancher de l’orc à tout va, voilà que notre bonhomme a deux semi-elfes peu bavardes comme gardes du corps et des culs-verts en guise de clients. Mais où va le monde ?! Même la banque de fer se le demande en voyant cet avorton amasser l’argent – sans leur rendre de compte – aussi sûrement que deux et deux font quatre (ou vingt-deux selon la théorie de mon compatriote JCVD… ça pourrait même faire 1, mais laissons cette philosophie de côté).

PlancheA_346509

C’est donc une aventure assez atypique pour un nain, selon moi. Comme Gimli, je les imagine plutôt en guerrier ou encore en artisan ouvrier, fouillant les tréfonds de la Terre à la recherche de minerais rares ou encore façonnant le métal pour en faire des armes. Or, Kardum a justement quitté sa vie de « fils de maître verrier » pour une vie de marchand. Parti de rien, s’installant dans une ville presque à l’abandon, il réussira là où d’autres ont lâché l’affaire. D’ingéniosités en marchandages peu communs, il réussira à se faire un nom pour vous offrir l’aventure de ce tome 12.

Un volume en demi-teinte. Certes, c’est agréable de suivre des histoires qui sortent des sentiers battus (dans tous les sens du terme), mais à quoi bon quand le dessin ne suit pas le changement ? À vouloir surprendre le lecteur, Nicolas Jarry n’a sans doute pas pensé que ça allait aussi déstabiliser Stéphane Créty qui s’emmêle un peu les pinceaux. Le dessin manque d’homogénéité, le trait est balbutiant et souvent, hélas : les personnages sont mal fichus à l’exception de tous ceux ayant la peau verdâtre ou sanguinolente au cœur de la bataille.

ShayHlyn.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :