Cooper, un guerrier à Hollywood

Scénario : Florent Silloray
Dessin : Florent Silloray
Éditeur : Casterman
88 pages
Date de sortie :  Octobre 2018
Genre : biographie


De Hollywood à la CIA, l’incroyable carrière du père de King Kong.

cooper un guerrier à hollywood_pl

Présentation de l’éditeur

Créateur de King Kong dans les années 1930, Meriam C. Cooper a toujours conjugué avec succès ses deux grandes passions : le cinéma et l’aviation.
De pilote de chasse pendant la Première Guerre mondiale à producteur à succès pour Hollywood, son destin symbolise les États-Unis du xxe siècle, y compris dans sa part la plus sombre…

 

Mon avis

Si le nom de Merian C. Cooper ne dira sans doute rien au grand public il éveillera certainement la curiosité des plus cinéphiles. C’est en effet le père du célèbre King Kong (le premier, celui de 1933) qu’il co-réalisa avec Ernest B. Schoedsack et qui connu un succès planétaire au fil des décennies, devenant une icône puis un classique des films fantastiques. Si ce chef d’œuvre du 7è art est connu de tous et en aura certainement effrayé et émoustillé plus d’un, qu’en est-il de la vie de son créateur ?

Personnage multi facettes, Cooper fut un aventurier avant d’être producteur et réalisateur de cinéma. Recalé de la Navy à cause d’un caractère bien trempé, il assouvit sa soif d’aventure dans les voyages et l’aviation et se retrouve à participer à la première et la seconde guerre mondiale durant laquelle il intègre les célèbres Tigres Volants. Quand il n’est pas en guerre, il voyage avec du matériel de cinéma dans ses bagages à la recherche de terres inexplorées pour réaliser des documentaires à sensations.

Cette vie aventureuse semble à priori fournir une bonne matière pour une biographie romancée. Las, on assiste à une interview journalistique durant laquelle l’intéressé nous déballe toute sa vie en relatant des faits les uns après les autres. Aucun souffle aventureux n’émane de ces pages et aucune intensité n’est donnée au récit, plongeant assez vite le lecteur dans une léthargie profonde. C’est dommage, parce que le personnage est intéressant, non pas pour ce qu’il est, mais pour l’époque qu’il représente. Témoin et acteur de deux guerres mondiales, farouche opposant au communisme, attiré par des penchants esclavagistes, espion de haut vol, réalisateur innovant et pionnier de l’industrie Hollywoodienne, il reflète une certaine Amérique conservatrice du début du Xxè siècle.

Graphiquement, le résultat est assez agréable, avec un dessin épuré utilisant des tons ocres et bistres. Il n’y a pas de folie dans la mise en page, mais certains passages invitent malgré tout à l’exotisme.

C’est donc avec un sentiment très mitigé que j’ai refermé cet album : la satisfaction d’avoir appris des tas d’anecdotes historiques et cinématographiques intéressantes, amusantes et intrigantes, tout m’étant fermement ennuyé !

Une approche un peu plus romancée aurait permis sans doute de donner plus de relief aux mille et unes vies de ce personnage somme toutes assez ambigu.

Loubrun

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :