Nains T.11

Torun de la forge

Scénariste : Nicolas Jarry
Dessinateur : Pierre-Denis Goux
Editeur : Soleil
72 pages
Heroic Fantasy
Sortie : le 22 août 2018

Avis de l’éditeur :
Fuyant la vengeance d’un maître du Talion, la famille de Torun s’est exilée à l’autre bout du monde. Le jeune nain se retrouve alors sans mentor pour lui enseigner l’art de la forge. Le prêtre du village se propose de le prendre comme disciple afin qu’il puisse lui succéder. La mort dans l’âme, il s’apprête à accepter quand sa route croise celle d’un ermite à moitié fou, un nain vivant comme une bête au fin fond des bois…


Mon avis :
Torun est un nain robuste, d’une masse imposante. Recruté par le nain gouverneur Gurdan depuis plus de 3 décennies, il est devenu expert pour polir les tranchoirs. Les nouvelles recrues en bavent avec ses ordres à n’en plus finir. Afin de saisir la personnalité de ce nain, Nicolas Jarry nous balade durant la jeunesse de Torun. Issu d’une famille de nains sans le sous, il provient d’une communauté naine sur les Terres de Lombardie. Il passe ses journées avec un ami Hum, du nom de Sarfan. Une amitié somme toute classique, si ce n’est que les nains et les Hum ont tendances à s’éviter.

Un jour, alors qu’ils ont piégé du petit gibier, un Hum adulte et sauvage prend en filature le jeune Torun, qui ne doit son salut que par sa petite taille et sa rapidité d’exécution. S’enfonçant au cœur d’une forêt brumeuse, Torun déniche un tranchoir runique provenant d’une cabane, dont le seul habitant est également de petite taille.
PlancheA_341031
De retour parmi les siens, sa famille lui annonce qu’il sera éduqué par le prêtre Kardarim, ce qui ne correspond nullement aux aspirations de Torun, lui qui appartient à l’ordre de la forge…

Des nains à profusion ! Un douzième tome riche en rebondissements. Nicolas Jarry réconforte le lecteur en mettant une vague harmonieuse au centre de ses guerres à rallonge. Au-delà des conflits, une amitié profonde se crée entre deux terreurs parmi les nains. Balafrés, ayant raccourci plus d’un ennemi, même de taille bien plus imposante, ceux-ci impressionnent par leur combativité et leur soif de connaissance.

La qualité graphique apportée par Pierre-Denis Goux est tout à fait respectable. Des caboches littéralement explosées au contact d’armes tranchantes ; une pluie battante lors de combats sanguinolents entre hordes de Gobelins et nains surexcités ; découpage jonglant entre pleine page et visuel panoramique, le résultat obtenu est joliment calibré.

Sachez que celles et ceux qui ne sont pas encore rassasiés par ces nains bien trempés : 3 prochains titres sont prévus au catalogue de cette grande saga proposée par les éditions Soleil.

Coq de Combat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :