On est heureux… Nationale 10

La route Paris-Biarritz

Textes : Laurent Carré
Illustrations : Thierry Dubois
Editeur : Paquet
Collection : Calandre
208 pages – cartonné
Parution : 05 octobre 2018
Tourisme et loisirs

La Nationale 10, la route de Paris à Hendaye, l’autre route des vacances, celle du sud de l’Europe et du sud-ouest.
Laurent Carré la connaît par coeur et la raconte comme personne. Accompagné par Thierry Dubois, illustrateur et grand défenseur des routes mythiques françaises, ils nous emmènent à travers les paysages de la touraine, du poitou, de la charente ou du bordelais. Une histoire de la route, mais aussi des publicités liées aux voyages, de l’accueil de l’automobiliste, de la vie des routiers.
Après C’était la Nationale 7, ouvrage indispensable à tout amateur de la route vers la méditerranée, un nouvel ouvrage pour conserver la mémoire de nos routes historiques.

NATIONALE_10_mep.inddOn est heureux Nationale 10 » aurait pu être le titre d’une chanson de Charles Trenet s’il avait choisi le Pays basque ou les bords de l’Atlantique comme lieu de repos et d’inspiration. Mais le « chanteur fou » était tombé amoureux du Midi…

La Nationale 10 c’est « l’autre » route des vacances qui mène, elle aussi, vers le soleil et les plages. Départs à l’aube, voiture surchargée, embouteillages interminables, caravanes trainardes, déjeuner sur le pouce dans un « Routier », la Nationale 10 fut pendant longtemps la route des congés payés vers l’Atlantique et l’Espagne.

Mais la Nationale 10 c’est aussi une route historique, déjà empruntée par les légions romaines puis par les pèlerins en marche vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Première route de France a être « mise en poste » elle fut parcourue par les rois, les empereurs, mais aussi par les réfugiés de l’exode de 1940. Depuis, les Espagnols, les Portugais, les Marocains l’ont empruntée à leur tour pour retourner dans leurs familles lors des grandes migrations estivales.

Artère économique essentielle, c’est par elle qu’ont transité le bois de Landes, le vin du Bordelais, les fruits du Val de Loire ou encore les céréales de Beauce.

La Nationale 10 c’est aussi la route de grandes épreuves sportives comme les courses cyclistes « Bordeaux-Paris » ou « Paris-Tours ». Elle fut même utilisée comme parcours de compétitions automobiles comme la terrible course « Paris-Madrid » en 1903.

Aujourd’hui en partie déclassé en simple route départementale, l’ancienne Nationale 10 garde de nombreux vestiges de son glorieux passé. Anciens garages, stations-services abandonnées, restaurants toujours en activité, publicités peintes défraîchies, tous témoignent de l’intense activité qu’a connue cette voie majeure, au cours des Trente Glorieuses surtout.

Cet ouvrage permet de vous replonger dans l’histoire de cette route avec de nombreux documents et témoignages. Il s’agit avant tout de rendre hommage à ceux qui l’ont parcourue et qui en ont forgé la réputation.

Alors, en route ?

NATIONALE_10_mep.indd

Cadeau idéal pour la période des Fêtes qui approche, cette brique d’1kilo et de plus de 200 pages ravira les amoureux de la route, des véhicules vintage et des photos au charme suranné. Particulièrement bien documenté, le livre pèse son poids de nostalgie. Ouvrage d’une érudition très particulière, il va faire référence chez les passionnés. Que dire de plus? Depuis que je l’ai reçu, je n’arrête pas de l’ouvrir et de me plonger dans ce bon vieux temps des vacances en voiture et à l’ancienne. C’est un régal pour les yeux!

Il ne s’agit pas d’une BD, mais plutôt d’un « coffee table book ». Le genre de livre qui attire le regard et les curiosité des visiteurs que vous recevez dans votre salon. A déguster à petites, mais fréquentes, doses!

ico_Albumnot_7_10_a

Skippy

2 commentaires sur “On est heureux… Nationale 10

Ajouter un commentaire

  1. j’adore ! cette N10 passe dans la ville ou j’ai grandi. pour moi c’était la route qui nous emmenait sur les sorties Parisiennes plutôt que sur la route des vacances.
    Par contre j’ignorais que l’ancien tracé lui faisait quitter Rambouillet vers Maintenon !

    je vais peut-être me procurer ce pavé !

    J'aime

  2. la N10 est la route que je connais le mieux… j’y suis né devant à St Jean de Luz et l’ai empruntée pendant un demi-siècle pour aller bosser à Hendaye !
    Elle s’appelle maintenant D810, délestée par l’autoroute A63 qui remonte sur Bordeaux… ce qui n’empêche pas les bouchons durant la saison estivale ! 🙄
    Faudra que je le feuillette chez mon dealer. 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :