Conquêtes – tome 1 – Islandia

Scénario : Jean-Luc Istin
Dessin : Zivorad Radivojevic
Éditeur : Soleil
76 pages
Date de sortie :  12 septembre 2018
Genre : science-fiction


 » – Cette planète… c’est un recommencement.

– Oui, nous recommencerons à tout détruire, comme d’habitude. »

Présentation de l’éditeur

L’Humanité est désormais composée de 5 colonies disposant d’une armada de vaisseaux qui sillonne l’espace vers 5 exoplanètes. Ces mondes, peuplés par des formes de vies intelligentes, impliquent un seul choix dicté par la survie : conquérir.

L’objectif est atteint : Islandia, planète de glace où une seule race d’autochtones est répertoriée. Sur ordre de l’amiral Ragnvald Hakarsson, l’oberleutnant Kirsten Konig est chargée d’établir le contact avec les « Islandiens ». Mais depuis son réveil, Konig a des maux de crâne incessants, des vertiges et des hallucinations qui semblent reliés à la planète. Au sol, on lui apprend que Colony 2 a été attaquée ne laissant aucun survivant ni témoin.
Konig enquête, et alors que tout accuse les Islandiens, elle creuse une toute autre piste qui va la mener au cœur d’un complot qu’elle n’aurait jamais cru possible.

conquetes t1_pl

Mon avis

5 exoplanètes, 1 envahisseur : l’Homme. Voilà le pitch de cette nouvelle série SF dont voici le premier volume. Chaque album, indépendant des autres, racontera la conquête d’une planète organisée par cinq groupes terrestres : germanique, méditerranéen, asiatique, américain, russe.

Ce premier tome raconte l’épopée de groupe germanique à la conquête de la planète Islandia.

Après 30 années de cryogénisation, l’ordinateur central Freya réveille l’équipage du vaisseau Fafnir en route pour la planète Islandia. Le vaisseau n’est pas le seul, il est à la tête d’une armada qui fuit la terre devenue inhabitable. L’objectif est simple et clair : s’installer sur la planète coûte que coûte. Que celle-ci soit déjà habitée importe peu, il suffira d’éliminer les autochtones et de prendre leur place. Sauf que la belle Oberleutnant Kirsten Konig, après un premier contact avec les Islandiens pense qu’il doit être possible de cohabiter avec eux. La guerre programmée contre les Islandiens tourne alors au conflit interne entre humains et à la mise au jour d’un complot pour le moins inattendu.

conquetes t1_e02

Trame assez classique pour ce space opéra aux références avouées et affichées. Plus que de référence d’ailleurs, je parlerai d’hommage à Star Wars avec les décors, les costumes, les machines de guerre et à 2001 l’Odyssée de l’espace avec ce curieux monolithe et l’ordinateur de bord (aujourd’hui on dit IA) qui fait un peu flipper. Le pitch aussi n’a rien d’innovant dans le genre : la terre est foutue, l’humanité doit changer d’abris, et bien entendu là ou elle ira, elle va mettre le boxon. Donc, à part les judicieux retournements de situations et rebondissements distillés par Jean-Luc Istin, rien de vraiment neuf sous le soleil. Mais ça fonctionne. Et même très bien.

conquetes t1_e03

Le sentiment de déjà vu qui nous prend à la lecture du pitch s’estompe vite grâce à une intrigue cohérente, des personnages accessibles et crédibles et un bon dosage des scènes d’action. Pas besoin d’aller chercher trop loin pour faire un bon récit, il suffit que ça soit bien écrit, bien dessiné et qu’il y ait deux ou trois bonnes idées scénaristiques.

De plus, le dessin du Serbe Zivorad Radivojevic, à défaut de surprendre, est bluffant notamment sur les quelques pleines page. Personnages, vaisseaux, décors, tout est beau !

Un très bon premier tome à l’esthétique saisissante qui donne envie d’aller plus loin même si d’autres équipes seront en charge des 4 albums à suivre.

Finalement, la SF c’est comme le Rock : c’est toujours les mêmes accords, mais quand c’est bien joué, qu’est-ce que c’est bon !

Loubrun

 

conquetes t1_e01

5 commentaires sur “Conquêtes – tome 1 – Islandia

Ajouter un commentaire

  1. Ouais, bof !… Malgré un visuel superbe du duo dessinateur/coloriste, l’histoire m’a rappelé les séries B US avec une héroïne belle, intelligente, forte et « gentille » qui punit les « méchants » avec des dialogues de charretiers en les traitant de « salope », « grosse pute » ou « gros tas de merde » !… avec beaucoup de batailles spatiales à la Star Wars…
    Bref, pas vraiment le genre que j’apprécie !
    Dessin 4/5, scénar 2/5 🙄
    L’album est un bel objet, mais la suite sera sans moi.

    J'aime

  2. Désolé Loubrun, je suis d’accord quand tu dis :
    « Finalement, la SF c’est comme le Rock : c’est toujours les mêmes accords, mais quand c’est bien joué, qu’est-ce que c’est bon ! »
    … mais là, les acteurs jouent mal ! 🎸🙄

    J'aime

      1. Oui ben je ne suis pas convaincu et il n’y a aucune surprise avec des dialogues consternants de la belle héroïne du style « j’ai toujours su que tu étais un gros con et un lèche-boules de première… abruti, on va te botter le cul… » Bref, il me tardait d’arriver à la fin.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :