Bushido – intégrale

Auteur : Michel Koeniguer
Edition : Paquet
Genre : Polar
160 pages
Sortie : le 27 juin 2018

Avis de l’éditeur :

« Statistiquement, quelles chances j’avais de flinguer un yakuza aux States ? Et de faire ensuite un voyage au Japon, pour subir sur place la vendetta de ses acolytes ?! »

Mon avis :

John Masanori vit ses derniers instants. Une tumeur – cancer du colon à un stade avancé et inopérable. Pour un tueur à gage, c’est embêtant. Bien que l’homme ait atteint la cinquantaine, de corpulence massive aux muscles striés, tatoué avec classe au niveau du dos, les signes ne trompent pas : à force de brûler la vie par les deux bouts, on finit par le payer d’une manière ou d’une autre…

bushido02planche_31136

John bosse comme homme de main pour Frankie – un mafieux séjournant à New York. Lors du dernier contrat, notre homme refroidit Valdez, un portoricain, mais tue une également une personne contre son gré, un japonais, yakuza de surcroît.

Un dernier contrat, c’est ce que lui exige Frankie. Suite à quoi, John souhaite une retraite plus que précipitée. Un retour au Japon, son pays d’origine, bien que lui-même se questionne sur ses véritables origines : Est-il un américain né au Japon ou un japonais vivant en Amérique ? Véritable introspection pour un mourant qui a grandi tel un samouraï au service du shogun, pour ensuite suivre le code rituel du bushido.

Un dernier contrat qui se termine mal, bien que son patron ne soit responsable de sa déchéance. Ensemble, ils vont poursuivre des ennemis communs. Les sentences sont irrévocables, les balles fusent à tout-va. Le récit aurait pu se terminer avec comme mort son héros. En réalité, notre scénario ne fait que débuter ! Commence dès lors une authentique vendetta, menée au pays ou les traditions ancestrales et la soif de pouvoir rayonnent à leur firmament.

9782888905547_pt4

Michel Koeniguer nous livre une histoire prestigieuse de gangsters sur fond de triades japonaises. John est un « gaijin », un étranger où qu’il aille. Sa fin est proche, il en est conscient plus que quiconque, mais poursuit une quête d’honneur et de dette envers la famille du japonais qu’il assassine malencontreusement. L’auteur use en abondance de multiples flash-back, fort utiles pour la compréhension de ce guerrier et héros particulier.

Bushido symbolise toute une ère : celle des clans ou les grands pontes dictent leur toute puissance, où chaque membre se trancherait volontiers une phalange pour demeurer dans les bonne grâces. Différents versants artistiques jaillissent de cette œuvre : La marque de fabrique de John Woo & Ringo Lam, synonyme de gunfights légendaires ; le charisme de Kitano, notamment pour la trilogie Outrage, ou encore l’esprit du manga Sanctuary de Ikegami aux éditions Kabuto.

Qui plus est, nous noterons un découpage ambitieux, nettement mis en valeur par des plans figés et rapprochés, idéalement fournis en décors minutieux et accentués par un éventail de coloris tout bonnement géniaux.

Un must quasi indispensable pour tout amateur de dynasties et triades japonaises. 25 euros, un prix bien modeste pour une intégrale valant largement son pesant d’or. Faites-vous plaisir !

Coq de Combat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :