Charlotte, Impératrice

1 – LA PRINCESSE ET L’ARCHIDUC

Dessin : Matthieu Bonhomme
Scénario : Fabien Nury
Éditeur : Dargaud
Sortie : 24/08/2018
72 pages.
Genre : histoire, documentaire, bio-fiction, aventure.

Une héroïne à qui on offre son cœur sans mal, avec un scénario qui nous plonge dans les difficultés de faire parties de la noblesse royale quand on est simplement une femme ; une novice dans le domaine, entourée par des rapaces voraces.

Présentation de l’éditeur :

Élevée par son père Léopold 1erer, Charlotte de Belgique est destinée à faire un glorieux mariage. Pour la jeune femme, le choix s’arrête sur l’archiduc Maximilien d’Autriche, frère cadet de l’empereur François Joseph. Un mariage somptueux vient sceller leur union, qui, disons-le tout de suite, ne sera pas heureuse. Le jeune couple est dépassé par les rivalités dont ils sont le jeu, entre les terribles Habsbourg et le calculateur empereur Napoléon III. Et Maximilien se révèle un homme décevant, à tous points de vue. C’est en faisant face à l’adversité que Charlotte aura finalement l’occasion de quitter les voies d’un chemin tout tracé…

Sans titre 2

Mon avis :

Charlotte est jeune, belle, intelligente et passionnée. En outre, malgré son statut de toute première princesse royale des belges, son père lui a laissé l’opportunité de faire un mariage d’amour. Ce qu’elle crut faire en épousant l’archiduc Maximilien d’Autriche au dépend du futur roi du Portugal…

Les deux jeunes gens ont beaucoup de points communs et durant les mois précédant leur mariage, ils ont consacrés beaucoup de temps l’un pour l’autre ; au point que Charlotte pensait cet amour réciproque… à tort ! Même leurs corps, la nuit de noces, en décidèrent autrement en s’avérant totalement incompatibles – dans l’impossibilité de consommer leur union faute d’offrir un passage assez large pour l’artillerie du nouveau mari sans douleur de part et d’autre (si vous voyez ce que je veux dire… on est un blog tout public quand même, hein… bon !)

Une sorte de point de départ sous les pires auspices, provoquant le désintérêt de l’archiduc pour son épouse et celle-ci, obligée de se plier aux règles et protocole de sa belle-famille, en la personne de l’impératrice Sissi – pas aussi tendre que dans la saga cinématographique de mon enfance : autant vous dire que je l’ai insultée de tous les noms d’oiseaux possibles et imaginables dans cet ouvrage.

Ainsi donc Charlotte passe son temps comme elle peut, avec un mari trop souvent absent dans les tavernes environnantes de leur maison en perpétuelle construction et les courriers chaleureux de sa famille pour l’aider à s’en sortir dans ce mariage triste.

Sans titre 3

Autant vous dire que j’ai cru revoir Lady Diana dans cette princesse au cœur pur. Un mariage supposément d’amour qui n’en n’est pas, un mari trop occupé à folâtrer que de s’occuper d’elle et de ses envies pour leur couple mais également pour leur situation dans le monde. À la différence de Charles, prince de Galles, Maximilien est juste un prétentieux sans ambition, qui accepte ce qu’on lui offre – comme le Mexique – comme si c’était un dû et qui règne lamentablement. Mais ceci est une autre histoire, un autre chapitre, un autre ouvrage à venir…

Alors parlons du dessin qui est, quant à lui, superbe. Les couleurs, les visages étudiés pour ressembler à la vérité de ce pan historique et le charme déposé avec grâce sur les traits de la belle princesse Charlotte. Une héroïne à qui on offre son cœur sans mal, avec un scénario qui nous plonge dans les difficultés de faire parties de la noblesse royale quand on est simplement une femme ; une novice dans le domaine, entourée par des rapaces voraces.

Bien que le scénario soit un mélange de fiction et de réalité, nous pouvons aisément nous imprégner de l’atmosphère qui règne dans ce couple, au Mexique et dans le reste du vieux continent.

C’est donc avec grand plaisir, mais déjà mal au cœur pour Charlotte, que j’attends la suite.

ShayHlyn.

7 commentaires sur “Charlotte, Impératrice

Ajouter un commentaire

  1. Question qu’on m’a posée sur twitter « Avez vous trouvé la couverture en bon état ? Partout où je l’ai cherchée, elle était toute rayée !! »

    J'aime

  2. Oui elle est en bonne état. Juste une « ligne » comme si on avait serré le paquet trop fort, mais sinon : nickel, comme le contenu

    J'aime

  3. « dans l’impossibilité de consommer leur union faute d’offrir un passage assez large pour l’artillerie du nouveau mari sans douleur de part et d’autre (si vous voyez ce que je veux dire… on est un blog tout public quand même, hein… bon !) »… m’a bien fait rire ! 😂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :