Batman T.2

The Dark Prince Charming

Auteur – Dessinateur – Coloriste : Enrico Marini
Éditeur : Dc Comics / Dargaud
Genre : Super Héros
72 pages
Sortie : le 15 juin 2018

Batman Vs Joker, une équipe d’adversaires bien connue.

La dernière lubie du Joker : acquérir le Chat bleu, ce diamant avoisinant les 50 millions de dollars. Pour l’obtenir, il propose à Batman de l’emporter aux enchères, en échange de la vie de la petite Alina. La plupart du temps, ces deux là s’affrontent pour tout ou rien. Cette fois-ci, la vie de la fille de Bruce Wayne est en jeu…

Une fois n’est pas coutume : un auteur de BD Franco-belge qui développe un personnage de Comics. L’union DC Comics – Dargaud. Une nouvelle approche professionnelle pour Enrico Marini qui non seulement touche à un autre registre, mais qui pour le coup, exécute son travail d’amont en aval : scénariste, dessinateur, coloriste, lettreur et même obtient un aperçu sur le côté marketing de l’album !

Un projet qui a vu le jour à partir d’une plaisanterie, lors d’un dîner avec François Pernot, le Directeur général du Lombard et d’Urban Comics. Un an plus tard, le projet voit le jour, Jim Lee (co-publisher de chez DC Comics) est intéressé par l’idée.

PlancheA_333529

C’est ainsi que Marini a reçu carte blanche pour la conception de son Batman. Loin de son registre des champs de bataille et de sa touche historique, connue pour le Scorpion et les Aigles de Rome, Marini relit les classiques du héros de Batman. La liste est longue, chacun s’appropriant la chauve-souris à sa guise. Nombreux l’interpréteront, quelques uns seulement l’immortaliseront. Sans vouloir révolutionner le genre, Marini arpente un sentier classique affrontant Batman et son plus fier adversaire le Joker. Comme il le souligne, après « The Dark Knight returns » de Frank Miller, difficile de révolutionner un tel phénomène.

Qu’à cela ne tienne, Marini répond présent et offre un plat de résistance, de quoi vous mettre plus qu’en appétit.

Commençons par le point faible, car il y en a tout de même un. La plupart des lecteurs l’auront noté : ce titre se lit 15 minutes montre en main. 20, tout au plus, si vous vous attardez longuement sur certaines planches, qui visuellement en jettent totalement. Ce second volet qui clôt ce récit, se déguste avec finesse, certes, mais sans nul doute, porté vers une exécution de lecture à vive allure.

Prenez un film de la trilogie Christopher Nolan, concentrez-le en 20 minutes et vous obtenez une version papier des plus honorables. Sauf que Christopher Nolan sait pertinemment que pour obtenir un chef d’œuvre, il faut tenir le spectateur en haleine et y aller crescendo.

23077

Le Batman de Marini, malgré ses ingrédients fascinants, son univers noirâtre et sa page de conclusion remarquable se lit bien trop vite. Certes, l’auteur s’oriente vers l’essentiel, sans bavardage redondant et inutile, souvent le cas dans bon nombre de séries.

Hormis ce bémol, nous ne pouvons qu’une fois la lecture digérée reconnaître la qualité impressionnante de Marini à nous en mettre plein la vue. Nous connaissons le talent de l’apôtre, son trait frôlant par instant la quintessence, son art à transmettre une énergie boulimique au fil des pages, ses goûts fort plaisants à nous envoûter avec ses protagonistes féminines, et son adresse pour un découpage et une dynamique constante. Bref, tout y est ! Les plans rapprochés sont tout simplement magiques, et que dire du choix des couleurs qui donnent un tonus palpable à quasi chaque planche.

Côté protagonistes, nous ne sommes pas en reste. Pas évident de placer des répliques peaux neuves et surtout poignantes de la part d’un Joker, vu et revisité par tant d’artistes ! Et Marini une fois encore, démontre qu’il est bel et bien présent. Un Joker sublimé, tantôt presque envoûté par sa chérie Harley Quinn, tantôt prêt à la plomber de son flingue. Une Harley, fidèle à elle-même, très sexy, complètement folle comme on l’aime. Une Catwoman, qui manque quelque peu d’envergure scénaristique mais presque obligatoire de participer à la fête.

Et Batman, dans tout cela ? Colérique, charismatique et gracieux.

 

 

Pari réussi pour Marini. Collaboration avec DC Comics – Dargaud amplement gratifiée. Le seul mot qui ne peut que jaillir : « Encore »! Nous en voulons Encore !

Coq de Combat

2 commentaires sur “Batman T.2

Ajouter un commentaire

  1. Il est certain que les comics sur l’affrontement entre Batman et le Joker sont pléthore et cette idée de faire réaliser de nouvelles histoires par un sang nouveau européen ne peut apporter que du bon ! Quand à la colorisation, elle n’est pas toujours mauvaise dans les comics, c’est surtout les impressions françaises qui laissent à désirer ! (n’est-ce pas Panini ?)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :