Blue Giant T1

Auteur : Shinichi Ishizuka
Éditeur : Glénat
226 pages
Sortie : le 6 juin 2018
Genre : Tranche de vie, musique.

1er tome amplement réussi de la part de Shinichi Ishizuka. Un crayonné envoutant, une jeunesse raffinée, une trame qui se construit de page en page. […] Les sens sont affûtés comme à l’instar de notre valeureux héros, qui malgré son manque de technique et des moqueries de tout un chacun, persévère vers cette montagne, ô combien immense.

Avis de l’éditeur :

Dai Miyamoto est en terminale. Il fait partie de l’équipe de basket, travaille à mi-temps dans une station service, et vit seul avec son père et sa petite sœur. Surtout, il s’est pris de passion pour le jazz depuis le collège. À tel point qu’il joue tous les jours sur les berges de la rivière, peu importe les conditions météo. Qu’il pleuve, qu’il vente ou que la canicule soit au rendez-vous, il joue. Il veut être un géant du jazz et reste persuadé qu’il peut y arriver. Seulement, pour cela, il va devoir se confronter à la réalité : entre les explications aux amis, les premières représentations chaotiques et les rencontres diverses, la détermination de Dai va être mise à rude épreuve…

PlancheS_61415

Mon avis :

Vous appréciez la musique ? Principalement le jazz et son saxophone ? Vous n’y connaissez rien, ou si peu ? Ce manga est fait pour vous ! D’ailleurs, que l’on aime ou non le jazz, peu importe, ce volume d’introduction vous téléporte d’un bout à l’autre.

Dai Miyamoto n’a qu’une envie. Devenir le meilleur dans son domaine. Son sujet de prédilection : c’est passer de nombreuses heures par jour, guidé et véhiculé par son saxophone. Au basket, il se défend, et les filles, bien que certaines s’intéressent à lui, paraissent lointaines. Il semble accaparer par son projet personnel : devenir le plus grand jazzman de la planète…

Mais notre gaillard ne connaît ni le solfège, et ne possède pas de réelle technique à proprement parler. Il adore son style musical , reproduit ce qu’il entend de ses idoles, sans avoir étudié la moindre note de musique. Qu’à cela ne tienne , Dai croît en lui, se gonfle d’une bonne dose de dynamisme et développe un souffle de tous les diables.

1er tome amplement réussi de la part de Shinichi Ishizuka. Un crayonné envoutant, une jeunesse raffinée, une trame qui se construit de page en page. Le lecteur comprend au fil des pages qu’il frôle avec la délicatesse et l’énergie que l’auteur tend à transmettre. Les sens sont affûtés comme à l’instar de notre valeureux héros, qui malgré son manque de technique et des moqueries de tout un chacun, persévère vers cette montagne, ô combien immense.

Une montagne à aborder comme le ferait Buntarô Mori, le grimpeur du manga phénomène Ascension, du génialissime Sakamoto Shinichi. Une approche similaire au rendu exemplaire. Posez vous cette question commune entre ces deux séries : Aimez-vous le jazz ? Aimez vous la montagne ? Il se peut certainement que vous répondiez par la négative aux deux questions. Non…sans plus. Et c’est ainsi que tout démarre.

Blue Giant s’annonce être une perle rare. Tout réside dans le détail…voire même le détail du détail.

Coq de Combat

Un commentaire sur “Blue Giant T1

Ajouter un commentaire

  1. Mon libraire me l’a conseillé, mais j’avoue que le pitch ne m’avait pas convaincu. J’y vois plus clair avec ta chronique. Merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :