Bodegas, Mendoza première partie

Nectar empoisonné

Scénario : Corbeyran
Dessin : Francisco Ruizgé
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie : 13/06/2018
Genre : aventure

Je revois, sans m’en souvenir les titres, de vieilles BD sûrement de ces mêmes années 70/80, avec ces personnages très typés américains, de ces nouveaux riches faisant fortune sur le dos des mexicains et autres locaux d’Amérique centrale dont le dessin est bien différents des héros […]une bande-dessinée pour les amateurs du genre, qui aiment le vin et les intrigues ; l’argent et les femmes en danger.

Présentation de l’éditeur :

Patron d’un petit vignoble dans la région de Mendoza en Argentine, Guillermo reçoit un jour un message inquiétant, glissé sous sa porte, l’informant qu’une dose de strychnine a été injectée dans un cep de vigne de son domaine. Le message n’est pas signé. Guillermo est effondré. Il sait qu’une dose de ce poison peut contaminer les grappes de ce pied et que ces grappes une fois récoltées peuvent à leur tour contaminer toute sa vendange. Sa récolte est fichue. Qui se cache derrière cet acte malveillant ? S’agit-il la même personne responsable de la disparition de la belle Elena, fille de bonne famille ? Guillermo a plusieurs pistes. Il décide de mener l’enquête…

Les auteurs de Bodegas nous plongent dans une nouvelle saga placée sous le signe du vin étranger, qui entreprend cette fois de nous faire découvrir les paysages et saveurs d’Argentine.

Sans titre 2

Mon avis :

« Bodegaaaaaas, ton univers impitoyaaaaableuuuuh » oui, je remasterise un classique parmi les génériques du petit écran pour le faire vibrer aux pages de cet ouvrage qui avait tout, ou presque, d’américain dans ces décors Argentins ! Je me serais cru en train de lire le storyboard de la prochaine série de l’été (parce que c’est bien connu qu’en été, les grandes chaînes de l’audiovisuel stoppent la diffusion des séries habituelles – parfois, elles n’ont pas le choix, il faut attendre que les États-Unis fournissent les suites – pour nous plonger dans des séries courtes aux couleurs de la saison, sous le soleil d’une région idyllique).

Sauf qu’entre le résumé présenté par Glénat et le contenu de ce premier tome (sur deux), il y a 44 pages qui placent le décor. Nous sommes donc en Argentine où plusieurs fermiers locaux sont devenus, avec les années, des cultivateurs de raisin. Mais la crise rode et les acheteurs, souvent étrangers, rechignent à continuer à payer le prix demandé. Ils en veulent plus pour le même tarif… Ce qui va à l’encontre des bénéfices de ces vignobles locaux dont fait partie Guillermo, notre héros.

Ce premier volet porte donc davantage sur les soucis économiques de notre homme qui n’a que le teint sud-américain, ainsi que le nom, plutôt que sur le point culminant de l’affaire qui n’arrivera qu’en fin de bouquin! Nous le retrouvons donc face au négociant de ses acheteurs, puis face à un promoteur américain qui souhaite lui racheter ses terres.

Sans titre 3

Ce même promoteur venu voir un autre vignoble qui a bien d’autres chats à fouetter – sa fille ayant disparu. Un drôle de méli-mélo digne des plus grandes séries familiales des années 80, comme vous avez pu vous en douter en début de chronique.

Et comme si ce n’était déjà pas assez, Corbeyran a donc décidé de clore ce tome avec la menace anonyme d’empoisonnement de vignes. Quelle affaire ! Et quel style graphique. Je revois, sans m’en souvenir les titres, de vieilles BD sûrement de ces mêmes années 70/80, avec ces personnages très typés américains, de ces nouveaux riches faisant fortune sur le dos des mexicains et autres locaux d’Amérique centrale dont le dessin est bien différent des héros. Comme si la richesse, le patronage, rendaient les traits occidentaux face aux ouvriers à la peau tannée par le soleil et les moustaches encerclant leur bouche d’un serpent velu noir. Presque caricaturale. Des cow-boy d’un autre âge face à la modernité naissante des années 80.

En résumé, c’est une bande-dessinée pour les amateurs du genre, qui aiment le vin et les intrigues ; l’argent et les femmes en danger.

À votre santé !

ShayHlyn.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :