Les dossiers Kennedy 1. L’homme qui voulait devenir président

Scénario : Mick Peet
Dessin : Eric Varekamp
Editeur : Dargaud
88 pages – cartonné
Parution : 18 mai 2018
Récit historique

« Quand la vérité est plus spectaculaire que la fiction » Nigel Hamilton

Présentation :
Joseph Kennedy, descendant d’Irlandais catholique, trafiquant d’alcool pendant la Prohibition, sympathisant nazi, corrupteur et corrompu, donne naissance à la dynastie politique américaine la plus célèbre et la plus dramatique. Une histoire vraie, qui raconte mieux que beaucoup d’autres les États-Unis et le vingtième siècle en son entier, avec son cortège de drames absolus, de guerres, de crises internationales où les Kennedy ont souvent connu des rôles de premiers plans…

2

Mon avis :
La désacralisation du clan Kennedy est quasiment devenue un genre littéraire en soi. Les récits de James Ellroy, pour ne citer que cet exemple, passent tous les membres de cette famille mythique « à la moulinette ». Il faut dire que les zones d’ombre qui planent sur eux permettent des hypothèses très riches du point de vue scénaristique. Scandales financiers et sexuels en tête de liste. Quoi de plus logique que la bande dessinée se distingue dans cette veine de productions tant les recherches historiques foisonnent d’informations récentes sur cette dynastie hors normes.

Mick Peet, dans L’homme qui voulait être président, premier tome (sur trois) des Dossiers Kennedy, se base sur les révélations faites par Edward Kennedy à la veille de sa mort en 2009. Il avait décidé de tout raconter sur le rôle et la personnalité de son père, Joseph Kennedy. Cela donne une saga trépidante, à la limite de l’incroyable. L’historien Nigel Hamilton, auteur d’une biographie sur John Fitzgerald Kennedy (JFK: Reckless Youth, 1992), vient enrichir l’album d’un dossier touffu d’une quinzaine de pages qui permet de bien cerner le contexte historique.

3
Graphiquement, l’approche d’Erik Varekamp se fait avec une déroutante ligne claire à encrage épais soutenue par une colorisation très nette. La lisibilité est maximale, les décors simples mais soigneusement reconstitués, le rythme soutenu. Le choix de cette ligne claire, qui rappelle les travaux de Chaland ou de Floch, pour en illustrer une histoire aussi réaliste pourra peut-être sembler décalé à certains lecteurs. Quoi qu’il en soit, le sujet reste très intriguant et on se passionne vite pour cette histoire d’ambition démesurée. A découvrir …

Skippy

3 commentaires sur “Les dossiers Kennedy 1. L’homme qui voulait devenir président

Ajouter un commentaire

  1. plus que la ligne claire (qui en fait n’est pas de la vraie ligne claire si vous regardez bien), c’est l’épaisseur de l’encrage qui me choque.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :