Brûlez Moscou

Scénario : Kid Toussaint
Dessin : Stéphane Perger
Éditeur : Le Lombard
57 pages
Date de sortie :  février 2018
Genre : Histoire


Présentation de l’éditeur

1812. Les armées de Napoléon s’apprêtent à entrer dans Moscou. Le gouverneur Rostopchine fait détruire les bouches d’incendie et libérer tous les prisonniers de droit commun avec un seul mot d’ordre : ils seront amnistiés s’ils acceptent d’incendier la ville. Au coeur du brasier infernal qu’est devenue Moscou, un homme est totalement indifférent au danger. Vassili est prêt à tout pour atteindre un but inatteignable : retrouver sa famille.

 


Mon avis

En septembre 1812 Napoléon 1er arrive avec sa Grande Armée sur Moscou et pense avoir remporté une nouvelle bataille. Las ! Les autorités ont quitté la ville en prenant soin auparavant de la vider de ses provisions, de lâcher dans les rues tous les prisonniers et d’emporter toutes les pompes à incendie. La politique de la terre brûlée du gouverneur Rostopchine fonctionne et Napoléon se retrouve le bec dans l’eau dans une ville en proie aux pillages et aux flammes à attendre une capitulation Russe qui ne viendra jamais. La désastreuse retraite de Russie est proche et le début de la fin de l’empereur aussi.

Dans « Brûlez Moscou « , Kid Toussaint et Stéphane Perger (Sequana ; Sir Arthur Benton ; Dark Museum) nous livrent un petit cours d’histoire vue par le petit bout de la lorgnette en suivant Anatoli Vassili, capitaine de l’armée Russe emprisonné pour rébellion, puis relaché dans la ville en même temps que les prisonniers de droit commun. Au milieu d’une ville à l’abandon, ll n’aura qu’un objectif, celui de retrouver sa famille en tentant de la sauver des griffes de l’Ogre de Moscou. avec qui il avait eu maille à partir dans les geôles du Tsar.

2803105551

Voilà une trame assez simpliste où l’on voit un homme héroïque qui semble être du bon côté de la justice et de la morale, affronter un ignoble criminel sanguinaire, des soldats français frustrés et violents, et une hiérarchie acculée prête à l’ultime sacrifice pour sauver la face. Rien de très exaltant dans le scénario mis à part le surprenant moyen utilisé par le héros pour échapper aux flammes (que je ne révèlerai pas ici bien entendu). Rien de très exaltant donc, et pourtant on se laisse assez facilement absorber par cette aventure au rythme soutenu et au graphisme époustouflant. C’est peut-être même ça qui retient le lecteur. Stéphane Perger restitue avec brio la dramaturgie de la situation en utilisant des cadrages immersifs et des jeux de couleurs aux tons toujours justes, oscillant sans cesse entre chaud et froid. Cette couleur directe où se mélangent la gouache et l’aquarelle donne littéralement du relief et de la vie au dessin en faisant quasiment oublier le crayonné. On est à mi-chemin entre la peinture et le dessin de BD.

2571705051

Dommage quand même que l’histoire soit si légère, que les personnages ne soient pas plus creusés et que le scénario ne tranche jamais vraiment entre le réalisme d’une aventure Historique et la fiction sur fond d’Histoire.

Loubrun

 

 

Scénario Dessin Album

5_10

7_10

6_10

 

Un commentaire sur “Brûlez Moscou

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :