Chez Louis.

C’est un blog assez régulièrement mis à jour. En le visitant, je vois qu’il sera présent au festival d’Andenne le 12 et 13 novembre. Pourquoi pas une petite dédicace d’Escobar ?

louis.jpg

Escobar Le dernier Maya T1:1. L’esprit de la forêt

escobar.jpgEscobar Le dernier Maya1.jpg•    Scénario : Louis
•    Dessin : Louis
•    Couleurs : Daviet, Véra
•    Dépot légal : 06/2011 (Parution le 24/06/2011)
•    Editeur : Le Lombard
•    ISBN : 978-2-8036-2823-0
•    Planches : 56

 
Résumé de l’album :

Si, à l’instar des crânes de cristal, certaines légendes mayas sont tout juste bonnes à amuser les touristes, d’autres, moins connues, ont des conséquences bien plus réelles… et tragiques. Ainsi, la lutte qui oppose l’inquiétant Rosario à Ché-é, incarnation animale des forces de la nature, dure depuis les temps où Mexico s’appelait Tenochtitlan. La récente résurgence du monstrueux félin laisse présager de nombreux dommages collatéraux. Que pourra bien faire Escobar, ennemi déclaré de Rosario et protecteur de la forêt, pour empêcher que ne disparaisse une nouvelle civilisation… ? Depuis la nuit des temps, une guerre sans merci oppose les Gardiens, entités protectrices de la nature, aux Incarnés, issus des dépravations de l’âme humaine.

Mon avis :

J’ai découvert cette série avec  la preview de BDGest. Ayant accroché, je me suis décidé à l’acheter et  n’ai pas regretté cet achat.

Le scénario est bien construit alliant l’action, une pointe d’humour avec le personnage d’Hijö, et le fantastique. Louis utilise judicieusement les flashbacks pour nous faire découvrir le passé du héros, un ancien Conquistador.  Pour une mise en bouche, c’est particulièrement réussi et à la fin de la lecture, je n’avais qu’une envie : connaître la suite.

Les dessins sont particulièrement réussis. Le rendu de « el diablo negro », sorte de loup-garou, est tout simplement impressionnant, plein de grâce et de fureur animal, une vraie réussite.  Les scènes d’actions sont époustouflantes, pleines d’énergie, de vitesse,  de fureur, de rage animale.

La mise en couleurs de Véra Daviet est particulièrement réussie et sert pleinement les dessins de Louis pour venir rehausser ceux-ci et ajouter la petite touche finale, la cerise sur le gâteau, qui permet à cette Bd d’être une réussite d’un bout à l’autre.

Un seul conseil achetez cette Bd et laissez-vous emporter par cette magnifique histoire superbement dessinée. Une vraie bonne surprise et un coup de cœur pour ma part.

Ma note : 9/10    Scénario 9/10  –  Dessins 9/10

Revedefer.

Escobar Le dernier Maya1v.jpg

Les mondes d’Aldébaran.

Un site plutot bien fait sur les différentes planètes visitées par Kim et ses amis …le problème , il n’est plus à jour depuis le tome 1  d’Antares .

aldebaran.JPG

Antares Episode 4


Auteur : Leo.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 10/2011

Roulement de tambour.
Alors que Kim et les autres membres de l’expédition tentent de rejoindre le camp de base, leur véhicule tombe en panne. Ils se réfugient dans une caverne, mais doivent faire face à de nouveaux dangers… Et Kim n’a qu’une obsession : retrouver sa fille qui se trouve probablement sur Antarès-4, une planète proche. Pour s’y rendre, elle décide de convaincre les frères Thorton, des religieux radicaux qui dirigent le projet Antarès, de l’intégrer dans l’équipage qui sera chargé d’explorer cette terre inconnue…

Lire la suite « Antares Episode 4 »

Walking dead T14 : Piégés !

Walking Dead14.jpgwalking_dead_14_pieges_planche02.jpgAuteurs : Kirkman et Adlard
Editeur : Delcourt.
Sortie : 09/2011

Portes ouvertes.

Suite à la tragédie qui vient tout juste d’ébranler la tranquille communauté d’Alexandria, Douglas Monroe cède sa place de leader à Rick. Son sang-froid, son organisation et sa lucidité durant l’agression du groupe de maraudeurs ont prouvé à tous sa capacité à faire face à ce genre de situation extrême. Reste que les coups de feu échangés semblent avoir attiré l’attention sur des kilomètres à la ronde…

Un train fou.

Décidément, les auteurs n’épargneront rien à leurs lecteurs. Comme d’habitude, on se laisse avoir par le début plutôt calme de l’album, on se dit que le dessin est parfois perfectible et puis sans que vous le remarquiez, vous êtes happé par l’histoire. Votre rythme cardiaque est proportionnel à la tension qui monte au fil des pages. Vos mains se crispent à la vue du suspense hallucinant qui jaillit de cet album. On se bat frénétiquement  avec nos héros, c’est de l’addiction pure !

Et on finit ce tome 14 dans un état second, l’adrénaline a fait du dégât  et on essaye de revenir sur terre parmi les vivants. C’est sûr, Walking Dead va finir par nous tuer.

Graphisme :8/10
Scénario : 9/10
9-17b2.gif Global.

On en parle sur le forum.

wd.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Slhoka T4 : Les arches de sang.

Slhoka4.jpgSlhoka4p.jpgAuteurs : Godderidge,Ceyles et Torta.
Editeur : Soleil.
Sortie :05/2010.
A l’attaque.
Slhoka et ses amis sont retranchés dans une vallée pour l’assaut final. Un grand maître Zéïde, frère Poltik, leur demande de l’aide lorsque son armée est anéantie par l’arme absolue de l’Okrane. C’est bien le chaos dont parlaient les Dieux. La planète entière est menacée. Tout converge à nouveau vers l’île oubliée où le Pourpre s’est réfugié. Mais le retour de nos héros sur l’île risque d’accélérer la catastrophe : Leidjill va-t-elle retrouver l’amour de sa vie ou assouvir sa vengeance ? Slhoka va-t-il sauver Leidjill ou écouter les Dieux ? Que va choisir Svendaï : le profit ou Slhoka ? Et le Krall, la fidélité ou la trahison ? La Zéïde va-t-elle tenir ses promesses ? Les Dieux comme les humains sont pressés d’en finir une fois pour toutes.

Tous aux abris.
Figurez vous que j’ai une dédicace du Scénariste sur ce tome 4 .Et elle résume bien ce qui se passe dans cette série depuis 2 albums. Super de la bagarre, hmm ça manque un peu de batailles  , bof une histoire d’amour, encore une histoire d’intello. On a deux belles ironies pour 2 affirmations (je vous laisse chercher mais c’est facile) mais tout est quasiment dit avec ces 4 petites phrases.
C’est de l’action pure, ça pétarade énormément  et pour être franc, je suis déçu car les 2 premiers tomes annonçaient un scénario plus poussé pour la psychologie des personnages. Au lieu de ça, on a un xième super héros au pouvoir quasi illimité ….décidément, ça se répète inlassablement.
Pour ce 4e opus, on change aussi de dessinateur, Ceyles remplace Floch .Un trait très honnête, on se croirait dans Anachron ou Aquablue . Mais au final, on perd la touche enchanteresse de Floch et on tombe sur une BD nettement plus classique.
Encore une BD à mettre dans le moule « Soleil » et qui n’en sortira pas.
Dessin 6/10
Scénario 4/10
5-17ae.gifGlobal.

On en parle sur le forum.

Slhoka5v.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

Caktus T1 : le masque de vert.

Caktus1.jpgCaktus1p.jpgScénario : Pothier, Nicolas
•    Dessin : Pilet, Johan
•    Couleurs : Gilles, Stéphane
•    Dépot légal : 05/2011 (Parution le 01/06/2011)
•    Editeur : Glénat
•    Collection : Treize étrange
•    Taille : Format normal
•    ISBN : 978-2-7234-7401-6
•    Planches : 48

Résumé de l’album :
En vert et contre tous ! Dans la ville de Santa Pé, un gang de bandits masqués, les Pasamontas, terrorise les habitants et brûle régulièrement les bâtiments publics. Le gouverneur de la ville, Don Cordoba, profite du climat de peur pour asseoir son pouvoir et augmenter les impôts de la population déjà bien pauvre. Pour contrer ces ennemis sournois, un métis rusé et nonchalant décide d’agir secrètement. Le jour, il se fait passer pour le domestique du vieux Diogène, le nouveau blanchisseur ivrogne, et la nuit, il devient Caktus, le héros masqué aux cent couteaux tout de vert vêtu !
Qui s’y frotte s’y pique :
Nicolas Pothier, le génial scénariste  de Ratafia et de Junk nous revient avec une nouvelle série  et nous ne pouvons que nous en réjouir.   Dans celle-ci, il mélange l’humour  présent dans Ratafia au western de Junk et cela nous donne un bon western gratiné d’humour.  Cette série nous fait penser  immédiatement  à Lucky Luke ou aux Tuniques Bleues pour la Bd (il y a pire comme référence), et à Zorro pour le cinéma ou la TV.
Nicolas nous a ciselé un p’tit bijou de scénario qui allie aventure, humour, jeux de mots, parsemé de références au cinéma, à la musique et au monde politique.  Il a réussi à recréer une ambiance digne des meilleurs scénarios de Goscinny.
 Les dessins de Johan Pillet, qui m’avaient déjà enchanté dans Barzoon Circus, sont agréables et servent magnifiquement le scénario. Ils nous font immédiatement penser au grand Morris (Lucky Luke).  Les scènes d’actions sont très  réussies.   
Autant le dire tout de suite, cette nouvelle série est une réussite !!!! Un véritable coup de cœur  à consommer sans modération et à partager en famille de 7 à 77 ans.  
Ma note : 8/10          Scénario 8/10 – Dessins 8/10

Revedefer.

Caktus1v.jpg

Le protocole pelican tome 1

pelican.jpgPlancheA_139932.jpgScénario : Richard Marazano

Dessin : Jen-Michel Ponzio

Dargaud

DL : 09/2011

Résumé.

Onze individus sont kidnappés et emmenés dans un lieu inconnu tenant lieu de véritable prison. Subissant un lavage de cerveau en règle, le groupe est victime d’obscurs travaux scientifiques sur l’étude et la compréhension des mécanismes de la pensée humaine. Pourquoi eux ? Ou sont-ils ? Quand vont-ils sortir ? Qui sont ces gens qui les retiennent ?

Mon avis.

Evidemment le scénario semble être assez faible. Avec cet exercice périlleux Richard Marazano nous entraine dans une histoire mille fois rabâchée : huis clos, mise en exergue des différentes personnalités, expérience sur l’humain et sciences cognitives. Rappelez-vous « dix petits nègres » ou le film « cube » ! Pourtant, le lecteur est saisi et se laisse prendre à la narration. Le scénariste prend plaisir à distiller les points de vue : celui des gardiens ( » les compagnons »), des scientifiques (« les confidents »). Il est vite perdu. On ne sait plus qui est prisonnier, qui est victime, qui est étudié version rat de laboratoire. Marazano aime ce genre de scénario : interrogation sur le futur de l’humanité et la capacité de l’homme à le gérer. Clairement pour lui, plus l’homme avance dans la science, plus son destin lui échappe. Il aborde ainsi plusieurs thèmes (théorie du complot ; on peut tuer un homme. Peut-on tuer une idée ?) et …nous laisse dans l’expectative.

Ponzio rejoint son complice avec un dessin très épuré : gros plans sur les personnages et très peu de décors, accentuant encore (si besoin est !) le confinement. Son style bien particulier, à coup de couleurs numériques, est inimitable. C’est froid. C’est blafard. Les couleurs vives sont bannies et très diluées à la limite de la transparence. Il est bien en phase avec une histoire d’anticipation peu flatteuse pour l’espèce humaine (thème retrouvé dans les autres collaborations avec Marazano).

Le quatrième de couverture annonce d’emblée la couleur : « une expérience en quatre phases ».…et donne ainsi une histoire en quatre tomes. Cela est bien plaisant de connaitre le nombre de tome. Cependant, espérons que Marazano ne nous laissera pas sur notre faim comme dans « Genetik » ou « le complexe du chimpanzé »

8/10

Tigrevolant .

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑