J’avais 7 ans en 75

Couv_257426.jpgPlancheA_257426.jpgScénario : Ellen Forney

Dessins : Ellen Forney

Éditeur : Delcourt

Collection : Outsider

Date de Sortie : Septembre 2015

142 pages

 

 Résumé :

Des souvenirs d’enfance aux Etats Unis dans les années 70. Entre la guerre du Viet Nam et le disco.

Psychédélique ? à peine… surtout très fumeux et très colorés. Stéréo et liberté sexuelle au top, et les enfants dans tout ça ? Ils squattent la télévision et vident les plats… tant que ce ne sont pas les verres !

j'avais 7 ans en 75,ellen forney,delcourt,outsider

Mon avis :

Matt et Ellen sont des enfants « Penis/Vagin » comme dans « un flic à la maternelle »… ça m’a toujours fait rire, moi qui stationne à « zizi et zézette »… attention pas de sexisme… les garçons ont aussi une zézette !

j'avais 7 ans en 75,ellen forney,delcourt,outsider

J’ai l’impression qu’on pourrait lire cet album avec l’accent québécois, qui donne un goût sucré à chaque parole, pour le FUN ! Ce livre est un pêle-mêle de différentes anecdotes d’une vie de famille que je qualifierais de « Hippie ».

On ne ressent pas de jugement de la part des enfants, et surtout de l’auteure, juste un constat sur une vie de famille qui pense différemment et qui assume… si on omet de diffuser l’info aux parents conservateurs. Ces chroniques témoignent d’une vie heureuse et épanouie, et sont peu différentes d’une vie de français à la même époque ; ma sœur avait 7 ans en 75…

j'avais 7 ans en 75,ellen forney,delcourt,outsider

On y trouve pleins de petits moments de bonheur qui se rappellent à nos bons souvenirs. Les relations avec nos frères et sœurs, les parents moralisateurs ou pas du tout.

Les musiques, les séries TV, les comics,  les pubs devenues mythiques depuis les années 2000 ; tout un univers finalement assez peu éloignés du notre. Malgré les événements de mais 68, en province, aucun remous, juste le picotement des pop rocks, et les souvenirs de la petite sœur qui agace….

j'avais 7 ans en 75,ellen forney,delcourt,outsider

Une question me taraude, comment Ellen Forney fait elle ses blages en anglais qui fonctionnent aussi bien en français ??? 

Ils ont aussi une chanson sur les prépositions : « Adam part pour Anvers avec cent sous, entre derrière chez Decontre »…. dingue… je ne me rappelle que du début : « à de pour par sans avec….. » de ma leçon.

Sont-ce les mêmes prépositions in English ? ça m’épate.

j'avais 7 ans en 75,ellen forney,delcourt,outsider

 Les dessins en noirs et blancs correspondent vraiment à l’idée que je me fais de l’accompagnement d’une autobiographie,

c’est bien illustré, et facilement compréhensible.

Ma note :

a08-3e78906.gif

ravive tellement de bons souvenirs

Sophie

La Brigade du Rail

la brigade du rail,requiem chez les cheminots,zéphyr bd,marniquet,jolivet,scomazzonla brigade du rail,requiem chez les cheminots,zéphyr bd,marniquet,jolivet,scomazzonTome 3 : Requiem chez les cheminots

Scénario : Frédéric Marniquets

Dessins : Olivier Jolivet

Éditeur : Zéphyr BD

Date de sortie : août 2015

48 pages

 

Résumé :

Ca « dégomme » en série dès le début du film, un amerloque, un indic, le chef et ami de Granville, un cheminot, tous descendus à coup de revolver, sans pitié !

Bigagniolle et Granville sont chargés de l’affaire de trafic de cuivre et se rendent à Epernay, haut lieu de tourisme du Pays de Champagne. Parallélement, le meurtre de l’inspecteur Dourdan donne du fil à retordre à ses confrères.

la brigade du rail,requiem chez les cheminots,zéphyr bd,marniquet,jolivet,scomazzon

A partir de 1849, les ateliers SNCF de la ville ont permis le développement d’Epernay, bien plus que le champagne.

Cette BD donne encore une fois la part belle aux locomotives et à ses conducteurs.

Mon avis :

L’album est plein de réflexions dignes d’Audiard : « Si on ne peux plus taquiner l’autochtone ! » « Piga, j’vais m’pager, tu m’épuises ! ».

Les dialogues sont truculents, bien sympathique pour parler aux « caves ».

la brigade du rail,requiem chez les cheminots,zéphyr bd,marniquet,jolivet,scomazzon

Je trouve le dessin toujours un peu « raide » (mais pas autant qu’Hubert!) et surtout très détaillé, que ce soit question « machines » ou  » architecture ».

On y trouve des barrages routiers aussi bien montés que ceux du Commissaire Juve ; hommage aux années 1960 et aux course poursuites admirablement réalisées par Rémy Julienne et son équipe.

Nous sommes face à un polar noir des années 50 avec des personnages qui évoluent gentiment. Hubert oscille entre James Bond et OSS 117, et Piga, débonnaire mais loin d’être niais complète harmonieusement le duo d’enquéteurs de la SUGE.

la brigade du rail,requiem chez les cheminots,zéphyr bd,marniquet,jolivet,scomazzon

Le personnage central d’Hubert Granville, trés charismatique selon Samba, a pris du gaz et du culot. Il jure souvent, se rebiffe et se rebelle, mettant la pige aux collègues de la police locale et banlieusarde, et supportant de moins en moins la médiocrité de certains.

Ma note :

Scénario : 7/10

Dessins : 6/10

Moyenne : 6,5/10

Sophie

L’Abbaye de Clairvaux

l'abbaye de clairvaux,glénat,didier convard,éric adam,denis béchu,le corps et l'âmel'abbaye de clairvaux,glénat,didier convard,éric adam,denis béchu,le corps et l'âmeLe Corps et l’âme 

Scénario : Didier Convard et Eric Adam

Dessin : Denis Béchu

Editeur : Glénat

Collection : Hors Collection

Date de sortie : 27 mai 2015

48 pages

Cette bande dessinée marque le 9ème centenaire de l’Abbaye de Clairvaux, troisième fille de l’Abbaye de Citeaux, située dans la claire vallée de l’Aube ; fondée par Bernard, moine dans l’ordre des cisterciens. Cet ordre restaure la règle Bénedictine qui prône l’ascetisme, la rigueur liturgique et élève le travail comme vertu.

l'abbaye de clairvaux,glénat,didier convard,éric adam,denis béchu,le corps et l'âme

 Résumé :

De sa fondation par une poignée de moines, dont l’oncle, les cousins et les frères de Bernard de Clairvaux, jusqu’à la canonisation de St Bernard ; L’album évoque la foi mise en oeuvre pour élever cette abbaye et les sacrifices permettant de bâtir cet édifice dont les pierres dit-on, possèdent une once de la sainteté de son abbé.

L’Abbaye cistercienne regroupe une communauté de moines qui choisissent de consacrer leur vie au service des autres, à l’oeuvre de Dieu et à l’étude, et une communauté de convers qui assurent les tâches matérielles, permettant au groupe de subvenir à ses besoins.

l'abbaye de clairvaux,glénat,didier convard,éric adam,denis béchu,le corps et l'âme

 Tous ces personnages vivant sous l’autorité d’un seul abbé, Bernard de Clairvaux, personnage charismatique du 12ème siècle.

Mon avis :

Cet album est destiné à accompagner les visiteurs de l’Abbaye actuelle, dans le cadre de la rénovation du parcours de visite du site. Il remplit parfaitement son rôle en présentant l’élévation de la chapelle puis des premiers bâtiments destinés à accueillir toute une communauté d’hommes en prière ou travaillant. 

l'abbaye de clairvaux,glénat,didier convard,éric adam,denis béchu,le corps et l'âme

 Il présente aussi le personnage de Bernard de Clairvaux, réformateur de la vie religieuse, et canonisé en 1174.

Adepte du jeûne et critique de l’opulence, Bernard de Clairvaux encourage les croisades et la formation de l’Ordre du Temple. Son discours est guerrier :  » Prenez vos armes glorieuses pour l’amour et la défense du nom chrétien et sa foi ardente  »  » que les chevaliers aillent de l’avant avec assurance pour chasser devant eux d’un coeur intrépide les ennemis de la croix du Christ  » Selon lui, les templiers tuent les malfaiteurs, non pas par homicide mais par malicide.

Recherchant la mortification la plus dure, St Bernard, de par son goût pour la pénitence et une extrème austérité me fait l’effet d’un « illuminé » croyant.

l'abbaye de clairvaux,glénat,didier convard,éric adam,denis béchu,le corps et l'âme

 Le rapprochement avec d’autres illuminés dont la foi est tournée vers un autre dieu que le dieu chrétien est facile. L’écart entre sa bienveillance envers les hommes au coeur de son abbaye et son fanatisme à l’égart des infidèles est bien montré dans l’album.

je regrette un peu le manque de dessin architecturaux qui mettrait plus en valeur l’oeuvre des compagnons charpentiers de la première chapelle, ainsi que toute la construction du cloître qui sera établi dans la seconde moitié du 12ème siècle, après le décès de Bernard de Clairvaux.

l'abbaye de clairvaux,glénat,didier convard,éric adam,denis béchu,le corps et l'âme

 Coïncidence, j’ai débuté l’album en même temps qu’un roman d’Henri Vincenot qui trainait dans ma bibliothèque depuis quelques mois : « Les étoiles de Compostelle » où un jeune garçon découvre le milieu du compagnonnage et leurs créations, et qui croise le chemin de cet abbé si singulier.

« les voies du seigneurs sont impénétrables ! »

Ma note :

 6/10

Sophie

 

L’île des justes

Couv_245011.jpg 245011_pla.jpgCorse, été 42

 
Scénario : Stéphane Piatzszek
Dessin : Espé
Editeur : Glénat
Collection : Grafica
Date de sortie : 06 mai 2015
Pages : 88
 
 
Résumé :
Pour échapper aux rafles, les Cohen tentent de rallier la Corse avant de se rendre en Palestine, terre d’accueil mythique pour les juifs persécutés d’Europe.
Henri Cohen, arrêté par la police française puis déporté, ne vivra jamais son rêve.
Suzanne, sa femme, est capturée à son arrivée sur l’île de Beauté et séparée de son fils Sacha qui, grâce à l’aide des insulaires, est mis en sûreté.
Réussissant à prendre la fuite, Suzanne retrouve son fils dans le petit village de Canari o^un prêtre les recueille. Bienveillant, celui-ci leur permet de trouver un refuge où il les imagine à l’abri. Mais il oublie qu’en Corse aussi, l’ennemi fait sa loi…
Seule la solidarité corse transformera le calvaire d’une famille en un chemin d’espérance et de vie.

l'île des justes,corse été 42,piatzszek,espé,glenat

 
Mon avis :
A la lecture de la dédicace de Stéphane Piatzszek, on peut supposer que la réalité n’est pas loin de la fiction.
 
C’est un album qui témoigne du courage des français face à l’oppresseur. On se rend compte de l’énorme travail des préfets et sous préfets de Bastia à Sartène qui ont dissimulé la présence des juifs dans l’île de 1940 à 1943.

l'île des justes,corse été 42,piatzszek,espé,glenat

 
C’est une solidarité insulaire qui fait face aux autorités avec aplomb et effronterie, et un sens du devoir et de l’honneur bien implanté en Corse et qui perdure souvent dans la vendetta. 

l'île des justes,corse été 42,piatzszek,espé,glenat

 
Les corses sont historiquement hospitaliers et  » ici, les gens peuvent s’étriper pendant des siècles, mais face aux pandores, il seront toujours soudés »
 
c’est à travers l’émotion suscitée par une mère et son fils en détresse que le Préfet va prendre fait et cause pour leur liberté. Et c’est un hommage rendu aux résistants de l’île et particulièrement au village de Canari qui a reçu le 22 octobre 2010 une plaque commémorative de l’Association Hommage aux Villages de France » pour leur rôle dans l’accueil de familles juives pendant la deuxième guerre mondiale.

l'île des justes,corse été 42,piatzszek,espé,glenat

 
Encore un livre souvenir, et un beau livre, les dessins d’Espé confèrent à l’album une authenticité et une espérance illusoire quant au sort des juifs durant cette période.
 
Ma note
 
a07-3e78901.gif

 
Sophie

Résistants Oubliés

résistants oubliés,kamel mouellef,olivier jouvray,baptiste payen,glenatrésistants oubliés,kamel mouellef,olivier jouvray,baptiste payen,glenat Scénario : Kamel Mouellef et Olivier Jouvray

Dessins : Baptiste Payen

Editeur : Glénat

Collection : Grafica

Date de sortie : avril 2015

Nombre de pages : 64

Genre : Historique.

Résumé :

De Mamadou Addi Bà, chef du premier maquis créé dans les Vosges en 1942, jusqu’à Marcel Langer, juif polonais, dirigeant de la branche locale des FTP-MOI (Francs Tireurs et Partisans de la Main d’Oeuvre Immigrée) ; l’album recueille quelques morceaux de résistances qui ont parsemés l’histoire pendant les heures sombres de la guerre de 39-45.

résistants oubliés,kamel mouellef,olivier jouvray,baptiste payen,glenat

 

Mon avis :

Un hommage rendu aux combattants indochinois, tunisiens, allemands, serbes, croates, polonais, algériens, sénégalais, malgaches espagnols, russes, guinéens, italiens, marocains, arméniens, luxembourgeois et bien d’autres encore, qui ont, tous ensemble participé à la libération de notre pays et à la victoire des peuples contre la  » Tyrannie Nazie ».

Avec en postface les documents et photos des différents personnages éclipsés par la notoriété de Jean Moulin dans les émissions sur la résistance. Ils et elles sont l’ombre de son ombre.

résistants oubliés,kamel mouellef,olivier jouvray,baptiste payen,glenat

 

Où l’on découvre aussi le sort des tirailleurs sénégalais, rendu à leur pays quasi sans solde et mis au pas par les troupes françaises dans le camp de Thiaroye près de Dakar.

Que l’image flatteuse du combattant français est surtout l’image du français « Blanc », et que tous les combattants de couleurs des Vosges seront basés dans le midi et remplacés par les FFI à la fin de la guerre « pour la photo ».

Seuls les monuments aux morts préservent la mémoire.

résistants oubliés,kamel mouellef,olivier jouvray,baptiste payen,glenat

 

Et les femmes me direz vous ? elles sont évoquées, bien sûr dans les pages de l’album. Et quelques unes laissent leur trace sur le monument commémoratif de Clichy la Garenne, déportées à Neuengamme ou à Drancy.

L’album regroupe quelques récits et actes de résistance, dessinés en couleur, ainsi que les faits historiques de cette époque, dessinés en noir et blanc.

L’album ne présente que quelques instants anecdotiques du rôle des étrangers dans la résistance. Mais les photographies, en fin d’ouvrage, apportent toute la valeur du dévouement des résistants, faces à la barbarie fasciste.

résistants oubliés,kamel mouellef,olivier jouvray,baptiste payen,glenat

 

Encore un album à mettre entre toutes les mains, afin de perpétuer le souvenir des combattants de la seconde guerre mondiale et le devoir de mémoire.

ma note :

6,5/10

 

Sophie

L’Iliade et l’Odyssée

l'iliade et l'odyssée,soledad bravi,rue de sevresl'iliade et l'odyssée,soledad bravi,rue de sevres Scénario : Homère

Dessins : Soledad Bravi

Editeur : Rue de Sèvres

Date de sortie : Mai 2015

Genre : mythologie

 

Résumé :

Séparé en deux parties : l’Iliade et les raisons de la guerre de Troie contre Sparte et ce qu’il advient des vainqueurs, et l’Odyssée avec le retour d’Ulysse (troyen) et de ses compagnons vers l’ïle d’Ithaque a travers la mer Egée et la mer Ionienne.

C’est un récit concis que nous présente la dessinatrice, à l’aide de 4 vignettes par pages. Les dessins sont très simples et colorés et en quelques mots, la scène est plantée.

 

l'iliade et l'odyssée,soledad bravi,rue de sevres

 

Pas de décors, mais en avons nous vraiment besoin pour comprendre que ces guerres inutiles sont juste là pour prouver la manipulation des guerriers et démontrer la duplicité et la jalousie des dieux faces aux humains ?

Mon avis :

Contrairement à ma première expérience de lecture de l’Odyssée :  » les aventures d’Ulysse » en format 30×23 ; c’est un tout petit album que celui de Soledad Bravi qui regroupe les deux épopées grecques que sont : L’Iliade et l’Odyssée de Homère : 21,5×15.

Et pourtant…

on y retrouve tout !

Achille et son talon, le cheval de Troie, les sirènes, le retour à Ithaque…

l'iliade et l'odyssée,soledad bravi,rue de sevres

 

Loin des fresques romaines et des dessins impressionnants de mon album de petite fille, la concision de Soledad Bravi n’enlève rien de la bravoure des héros Grecs et de la cruauté des dieux de l’Olympe.

L’aventure est là, à chaque coin de page ; l’inconstance des femmes, la naïveté des hommes, la fureur des dieux et l’âpreté des éléments naturels.

Avec des expressions tout à fait contemporaines, le récit des aventures des compagnons d’Ulysse est fluide, tordant et va droit au but.

l'iliade et l'odyssée,soledad bravi,rue de sevres

 

Un concentré d’humour décalé pour qu’enfin Ulysse retrouve sa Pénélope, heureux et amoureux tel qu’au premier jour.

Un petit album judicieux pour qui cherche la dérision face au pavé d’Homère, mais il ne faut pas s’empêcher de lire les textes de base, afin que les mythes conservent leur rôle d’explication du monde, remplis de symboles et de morale.

 

ma note : 7/10

 

Sophie

Les Chroniques Courtes (76): Tales from the crypt V3,Vertical T9.

Tales from the crypt  3

tales of crypt v3.jpgRegroupe les tomes 29 à 34 des années 1952/1953

Scénario : Bill Gaines et Al Feldstein

Dessinateurs : Jack Davis, Jack Kamen, Joe Orlando, Graham Ingels, Al Williamson, George Evans, Fred Peters.

Dépôt légal : mars 2015

Edition : Akiléos

 

sciences-4b9ea98.pngJe suis un peu déçue par cet opus de « tales from the Crypt », je n’ai pas ressenti le petit « quelque chose » comme à la lecture de Crime Suspenstories ou de Weird Science.

Ce je ne sais quoi d’excitant à l’idée de re-découvrir les lectures de mon enfance ! une impression de déjà lu, et le souvenir de certains dessins.

La crypte et le caveau m’attirent moins que le suspense et les chutes extra terrestres ! Je devais déjà moins les lire dans ma jeunesse. 

sciences01-4b9ea9e.png

 

Je laisse donc la sorcière et son chaudron aux amateurs du genre, tout en conseillant les dessinateurs qui ne sont pas des billes ! Et quelques scènes d’horreur dégoulinante aux fanas de moisissures et d’enfermement !

sciences02-4b9eaa0.png

 

a06-3e788fc.gifMa note

Sophie

———————————————

Vertical T9

vertical.jpgDessin & scénario: Schinichi Ishizuka

Sortie : 27/05/2015

Editions Glénat – collection Seinen

224 pages – Cartonné

Alpinisme, montagne, secourisme.

 

Mon avis : Cette série manga « seinen » (plutôt pour les grands adolescents et les adultes), est une des très bonnes séries actuelles. Nous sommes déjà au tome 9, ce qui est un indice de qualité dans le cas présent. Elle nous parle d’amour de la montagne avec toutes ses joies, ses beautés, ses bonheurs mais aussi ses dangers, ses tragédies. La pratique de la montagne, c’est comme la pratique de la navigation sur les mers, il faut rester humble devant la nature, se renseigner sur la météo et bien appliquer des règles, au minimum, de comportement et de sécurité. Sanpo Shimazaki, le personnage central de la série, est alpiniste mais aussi secouriste en montagne bénévole. Il veut tout faire en son pouvoir pour protéger les alpinistes. Une série très positive qui donne un sens à la vie…

vertical t9.jpg

 

a08-3e78906.gifMoyenne 

 

 Capitol.

Astrid Bromure : Comment dézinguer la Petite Souris

 

Couv_241887.jpg

Astrid Bromure, Comment dézinguer la Petite Souris, Fabrice Parme, Rue de Sèvres, Véronique DreherScénario : Fabrice Parme

Dessin : Fabrice Parme

Editeur : Rue de Sèvres

Date de Sortie : avril 2015

Nombre de pages : 30

Genre : Jeunesse

 

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreherRésumé :

La Petite Souris n’existe pas : Astrid Bromure en est sûre ! Elle va le démontrer en lui tendant un piège infaillible, quitte à la dézinguer.

Mais rien ne va se dérouler comme prévu…

Petite fille au caractère bien trempé et au tempérament archi-gâté-gâteuse, Astrid est une peste excitée comme son nom l’indique, elle a néanmoins un bon fond, s’adresse correctement à ses domestiques, et adore ses animaux de compagnie. Comme Mademoiselle Louise, elle s’ennuie à cause de tout cet argent, et comme Eloïse, elle va inventer milles farfeluosités afin de parvenir à ses fins.

Mon avis :

Enfin un nouveau personnage chez Fabrice Parme, une fille cette fois, qui comme le Roi Catastrophe ne s’en laisse pas compter.

Moins péremptoire que son prédécesseur, cette chipie en uniforme « private school » est dotée d’une imagination sans limite. Toutefois, elle n’est pas naÏve ; et malgré les différentes descriptions de « la petite souris », elle va prouver que celle ci n’existe pas.

Hélas, si les enfants n’ont pas peur des souris, les gouvernantes si !

Pourtant, elles sont si jolies les facétieuses souris blanches de laboratoire qui envahissent l’appartement.

Au fait, Astrid habite dans une demeure victorienne, coiffant un cousin du Chrysler building affublé d’une végétation luxuriante en guise de moumoute.

Enfin bref ! encore un paquet d’aventures dézinguées dans le huis clos de cet appartement cossu d’une métropole américaine.

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

Les dessins de Fabrice Parme sont de véritables petits bijoux ; les personnages sont ciselés et possèdent une forte personnalité.

Les décors taillés au cordeaux et parfaitement détaillés, mettent en images un mix des mouvements « art déco » moderne et droit  au matériau luxueux, et « art nouveau » tout en volutes et arabesques. L’art de la Belle Epoque, les ferronneries de l’escalier du petit salon, les tours de fenêtres, les meubles marquetés.

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

Ouaaah ça donne envie d’être riche ! Le vaisselier et les confitures au dessus, ça donne envie d’être gourmand ! et de perdre à nouveau ses dents, pour laisser le loisir à cette petite souris, blanche et portant des chaussons verts en velours, de déposer une pièce sous mon oreiller, pièce tirée de son sac de satin rouge. « C’est quoi ce délire ?! »

 Et comme dit laurent Cirade sur BD’gest’ : « L’occasion est aussi donnée de retrouver cette mise en couleurs typique recourant à des aplats pastels qui permettent couramment de s’affranchir des contours des cases pour mieux aérer et faire pétiller les séquences. »

Du coup, ça m’a donné envie de déguster ses dessins :

 

astrid bromure,comment dézinguer la petite souris,fabrice parme,rue de sèvres,véronique dreher

S’il vous prend l’envie d’en faire autant… allez faire un tour par ici

Ma note :

 

Scénario : 6,5/10

Dessin : 8,5/10

Moyenne : 7,5/10

 

Sophie

 

 

Les Chroniques Courtes (73): Belle-île en père,Les Voyages de Jhen,Les femmes en Blanc – Tome 37 ,VIETNAN Tome 2,FEMMES EN RESISTANCE Tome 3.

Belle-île en père

belle enpère.jpgbelle ile en pere.jpgScénario : Patrick Weber

Dessin : Nicoby

Dépôt Légal : mars 2015

Editions : Glénat / Vent d’Ouest

Collection : Hors Collection

Pages : 144

 

Retour aux sources, et retour en Bretagne, à la recherche de son passé et de contrées sauvages et isolées.

Vanessa Blue, vedette populaire du petit écran, décide de faire un break dans sa vie de star afin de se ressourcer sur Belle île, haut lieu de tourisme, quelque peu abrupte hors saison.

Elle y côtoie la grande Sarah Bernhardt venue se « confronter aux éléments », et son passé resurgit, non sans désagrément.

 

Comme le dit le résumé : « ce récit est une touchante chronique matinée de mystère sur la quête d’identité, l’accomplissement de soi et le rapport à la célébrité. »

 

C’est un bel album de par son format, néanmoins je n’ai ressenti ni l’aventure, ni les embruns qui apparaissent à chaque visite de l’île. Il y manque un peu de la loufoquerie de « la Divine », ainsi que cette nature indomptée et solitaire des îles bretonnes.

 

a05-3e788c9.gifMa note 

Sophie.

—————————————————————————————

Les Voyages de Jhen

Les Baux de Provence

jhen.jpgjhen 2.jpgDessinateurs : Benoît Fauviaux, Yves Plateau 

Scénariste : Jacques Martin

Dépôt Légal : mars 2015

Editions : Casterman

pages : 48

 

Troisième édition du premier album des « voyages de Jhen » qui nous amène en Provence, au moyen-âge, avec une forteresse terminée au 13ème siècle.

Ce château fait l’objet de continuelles convoitises, que je ne vais pas énumérer ici. L’album en explique parfaitement les tenants et les aboutissants.

Jusqu’à la renaissance, nous assistons aux transformations du château et à l’agrandissement et au développement du village au pied de la basse cour.

Les dessins sont parfaits, mais il est tout de même difficile de s’imaginer l’ensemble de la construction au vu des ruines qui subsistent désormais sur le plateau des Baux.

L’ensemble de l’ouvrage est très agréable, pour qui aime les visites historiques avec maints dessins et images du site, de la vie quotidienne et des armes utilisées au cours du temps.

 

a06-3e788fc.gifMa note 

jhen 3.jpg

 

Sophie.

—————————————————————————————

 

Les femmes en Blanc – Tome 37 : Un bacille heureux

 

femmes-en-blanc-c-4ac8f71.jpgles-femmes-en-bla...lanche-4-4ac8f8b.jpgScénario : Cauvin, Raoul 

Dessin : Bercovici, Philippe 

Dépôt légal : 03/2015  

Editeur : Dupuis 

ISBN : 978-2-8001-6258-4 

Planches : 48

 

Et de 37 pour les aventures des Femmes en blanc et de l’univers hospitalier développé par Cauvin et Bercovici. L’humour est toujours au rendez-vous au détour de gags en une ou plusieurs planches. Les situations diverses et variées, stagiaire pas doué, supporters bêtes, duel au pistolet…mais aussi l’actualité, la plastination ponctue ce nouvel opus.

 

 Il n’est pas facile d’arriver à se renouveler et de proposer toujours des gags au top du top quand une série dure depuis aussi longtemps. Ce tome n’échappe pas à la règle et souffre parfois de quelques petits coups de mou.

 

Une lecture somme toute plaisante pour une BD qui ne figurera pas dans le top 10 des albums de l’année 2015, mais je ne pense pas que c’était l’objectif visé par notre duo d’auteurs.

 

a05-3e788c9.gifMa note 

 

Revedefer

———————————————————————————————-

VIETNAN Tome 2 – Le réveil du Bouddha

vietnam.jpg

GLENAT – collection « treizeétrange »

48 pages – sortie: 25 mars 2015

Scénario: Frédéric Brrémaud

Dessin: Chico Pacheco

 

 

 

 

Nous sommes au Vietnam à la fin de 1971, la guerre fait rage. Le Viet-Cong s’est emparé d’un Bouddha sacré et l’achemine dans la jungle vers un lieu sur. Ce Bouddha intéresse beaucoup de monde, un collectionneur véreux et le F.B.I. 

De son coté le capitaine Wesson, qui a perdu toute sa patrouille au combat, est chargé par le général Walter de retrouver le Bouddha afin de savoir le fin mot de l’affaire; pour cela il lui adjoint une bande de tueurs sadiques et sans scrupules qui devront l’aider, vétérans de l’Algérie Le groupe se nomme « Les Gazelles ».

Tout ce beau monde se lance à la poursuite des Viet-Congs et la plupart y laisseront la vie car le Bouddha sacré est une clé ancestrale menant à une arme secrète et divine…… Combats violents, morts atroces, agents du F.B.I « increvables », la brutalité et l’horreur de la guerre sont ici froidement décrites.

 

 

Voici la fin du diptyque que les auteurs ont situé dans la jungle hostile du Vietnam durant la guerre américaine. Une bonne B.D d’aventures digne des meilleurs films américains sur le sujet.

 

 

a07-3e78901.gifMa note pour le  SCENARIO et le DESSIN

 

 

JR

————————————————————————————————–

FEMMES EN RESISTANCE Tome 3 – Berty Albrecht

femme en résistance.jpg

 

CASTERMAN

64 pages couleurs

sortie: 1″ février 2015

Scénario: REGIS HAUTIERE et FRANCIS LABOUTIQUE

Dessin: ULLCER

Couleurs: DOMNOK

 

 

Berty ALBRECHT fut l’une des grandes figures de la résistance; elle participa activement à l’édition du journal clandestin COMBAT et influencera grandement son compagnon et ami, le capitaine Henri Frenay avec lequel elle combattra l’occupant allemand.

Surveillée dès 1941 par la police française et, vraisemblablement, les services allemands, elle sera arrêtée en 1942 par La Surveillance du Territoire. Elle parviendra à s’évader et continuera la lutte dans la clandestinité.

La Zone Libre étant envahie par les allemands, Berty est arrêtée par les services secrets de l’ABWHER le 28 mai 1943 à Mâcon. Elle est transférée à la prison de Fresnes ou elle se suicidera le jour même par pendaison, sans doute pour échapper à la torture.En 1945 son nom sera tiré au sort avec quinze autres pour inhumation au Mont Valérien dans le mémorial dédié à LA FRANCE COMBATTANTE.

 

 

Cet album nous raconte la vie de cette grande femme pendant les années noires de l’occupation; comme dans les autres albums de la série, un personnage fictif, l’espionne allemande Anna Schaerer, sert de fil conducteur. Berty arrêtée est interrogée d’abord par la Gestapo qui use de violence puis, comme elle ne parle pas, Anna est chargée de l’interroger de « femme à femme ». Berty lui raconte ainsi les grandes lignes de son existence afin que nous les apprenions, une narration judicieuse qui, en mêlant fiction et réalité, accroche le lecteur.

Dommage que le dessin ne soit pas aussi percutant!

 

 

Ma note

 

 

a07-3e78901.gif pour le scénario

a05-3e788c9.gifpour le dessin

JR

—————————————————————-

S.P.R.G. : Service de Protection des Renseignements Généraux

Couv_237422.jpgsprg,lamour,dragon,gillot,castermanScénario : Pierre Dragon et Alain Gillot

Dessins : Fred Lamour

Editeur : Casterman

Date de sortie : 11 février 2015

Nombres de pages : 56

Genre : Policier

 

 

Résumé :

Protéger les autres est un métier, se protéger soi-même, une illusion.

 

Simon Munch, superflic de l’antiterrorisme, vient d’être papa. Il abandonne sa carrière d’homme de terrain pour intégrer les bureaux feutrés du SPRG.

Finies les interventions flingue au poing. Les planques jusqu’à pas d’heure. Etre là pour sa femme et voir grandir le gosse. C’était ça le plan. Une mission spéciale de protection d’un grand industriel du pétrole accompagnée d’une menace terroriste et rien ne se passe comme prévu.

Alors Simon va assurer. De toute façon, c’est ce qu’il fait de mieux.

Chaque album constitue une histoire complète, par le scénariste de R.G.

Mon avis :

Les héros de S.P.R.G. sont des hommes des vrais, des hommes de terrain, des sportifs entraînés, aux visages taillés à la serpe.

Des flics tirés à quatre épingles, et prêts à tout pour exercer leur métier du mieux qu’ils peuvent.

s.p.r.g.,lamour,dragon,gillot,casterman

 

Les auteurs nous présentent les hommes de l’ombre sous un jour « normal » avec leurs faiblesses et leurs points forts ; ainsi qu’une partie de leur vie privée.

Une mission plutôt musclée, menée tambour battant par une équipe soudée et efficace.

C’est une BD assez prenante qui se lit vite, le suspense est au rendez vous, et le réalisme de l’aventure rappelle le souvenir quelque peu amer des derniers attentats.

s.p.r.g.,lamour,dragon,gillot,casterman

 

C’est un album agréable et bien ficelé avec un flic aux manettes, ce qui rend les détails très vraisemblables.

Les dessins de Fred Lamour sont assez simples et se concentrent sur les personnages. Peu de détails pour ce qui est des décors, des couleurs froides….pour une ambiance sombre propice au drame. On ne doit pas rigoler tous les jours chez les RG… Des « gueules » de flics bourrus et pros, les lunettes noires sont de rigueur.

Une BD qui met en valeur le travail des forces de l’ordre, souvent critiquées et qui pourtant semblent toujours indispensables par les temps qui courent.

s.p.r.g.,lamour,dragon,gillot,casterman

 

 Ma note :

a06-3e788fc.gif

Sophie

 

MEDEE Tome 2 : Le Couteau dans la Plaie

Médée, Le couteau dans la plaie, nancy pena, blandine le callet, casterman

Médée, Le couteau dans la plaie, nancy pena, blandine le callet, castermanScénario : Blandine le Callet

Dessin : Nancy Pena

Editeur : Casterman

Date de sortie : 7 janvier 2015

Nombre de pages : 64

Genre : Mythologie

 

Résumé :

Deux femmes pour raconter l’histoire de Médée, la Magicienne, de son point de vue.

Trois voix de femmes pour témoigner de la douleur infligée par la trahison d’un amour ; et réhabiliter cette héroïne malmenée par l’histoire. Un mythe réinventé !

 

médée,le couteau dans la plaie,nancy pena,blandine le callet,casterman

Les argonautes sont 50 princes venus de tous les royaumes de Grèce, guidés par Argos et ses frères, les neveux de Médée.

Parmi eux, Jason à la recherche de la Toison d’Or, qui séduit Médée au premier regard. Ou plutôt qui la subjugue par la gravité de son visage. « Elle était fière, solitaire, orgueilleuse, tout le contraire d’une fille sans cervelle s’éprenant du premier venu. »

médée,le couteau dans la plaie,nancy pena,blandine le callet,casterman

 

Mon avis :

Ce n’est pas seulement son amour pour Jason qui provoque sa première trahison, c’est son désir de liberté et d’émancipation, vis à vis de son père et de sa tyrannie. C’est aussi l’envie de découvrir de nouveaux mondes, de quitter sa Colchide natale afin de vivre sa vie de femme.

Où l’on comprend aussi que la future trahison, de Jason envers sa femme, n’est pas la première, que son statut de « Héros » se forge par un mensonge auprès de ses compagnons. Et que son courage est à la hauteur de sa vertu…

Sans la magicienne, Jason n’est rien, sans son égale (voire supérieure) c’est juste un homme avec un tout petit « h »…

médée,le couteau dans la plaie,nancy pena,blandine le callet,casterman

 

Médée ne subit pas, elle agit, elle refuse de s’attendrir, de céder. Dans les sociétés « patriarcales » les femmes ne peuvent que subir !

Médée garde toute sa capacité d’action grâce à la magie. Elle a des pouvoirs supérieurs à ceux des hommes du pays.(« Histoires Noires de la Mythologie » M.T. Davidson)

Dans cet album, Médée ne participe pas au meurtre de son frère, par contre, elle tue les taureaux et le gardien de la Toison grâce au poison. Arme d’une femme méprisée, elle en utilisera d’autres jusqu’à sa déchéance.

médée,le couteau dans la plaie,nancy pena,blandine le callet,casterman

 

Les dessins de Nancy Pena sont fins et sombres comme leur héroïne, ils maintiennent l’atmosphère dramatique de ce mythe.

Moi qui aime bien les BD historiques, je crois que les « mythos » vont me plairent aussi !

 

Ma note :

a07-3e78901.gif

 

Sophie

 

médée,le couteau dans la plaie,nancy pena,blandine le callet,casterman

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑