Comme une comète – Une histoire de post-partum et d’albinisme.

Auteur : Aurélie Crop
Éditeur : La Boîte à Bulles
Pages:
272.
Date de sortie : 20/10/2021
Genre : Maternité, Post-Partum, Albinisme, Roman (autobio)Graphique.

« Ce qui te tombe dessus à l’arrivée d’un premier enfant est d’une force cosmique qui va bouleverser ta vie. »

Résumé de l’éditeur:

Amandine est graphiste, et dans sa vie professionnelle comme privée, tout doit être parfait. Entre le boulot et l’écriture d’un roman, elle n’a pas le temps de se préparer à l’arrivée de son futur enfant. D’ailleurs, elle n’a qu’une hâte : que sa grossesse vienne à son terme !

Quand la délivrance arrive enfin, Amandine se retrouve vite désemparée. « Une comète s’est écrasée sur ma vie. » Elle vit très mal son post-partum, peinant à trouver sa place, ses repères et culpabilisant de cet état de fait… Et puis, alors que les choses semblent s’apaiser, le verdict tombe : Max, son fils, est atteint d’albinisme.

C’est un choc pour la jeune mère, qui voit ses rêves d’avenir chamboulés. Forcée de repenser sa vision de la vie, Amandine devra faire preuve de courage, de résilience et d’inventivité pour élever Max et lui faire découvrir le monde qui l’entoure. Petit à petit, mère et fils apprendront à vivre avec ce handicap.

Au travers de ce roman (autobio)graphique riche en émotions et d’une grande délicatesse, Aurélie Crop a voulu partager son expérience pour avertir les futurs mamans des moments difficiles, voire violents, des moments de solitude et de honte qu’elles pourraient traverser pour devenir mère

Mon avis:

Certains diraient que je ne suis vraiment pas bien placée pour parler de cet ouvrage car je n’ai pas d’enfants et dans un certain sens ils auront raison ! Mais, je ne suis pas dépourvue de sensibilité et cela fait écho aux témoignages divers d’amies et de membres de ma famille qui m’ont dit, que oui, la maternité c’est merveilleux mais ça peut-être aussi la galère ! Il y a d’ailleurs, de plus en plus de témoignages sur les réseaux sociaux de femmes plus où moins célèbres qui parlent de leur post-partum et de tout ce qu’on ne disait pas vraiment avant. Des couches à porter, des douleurs, des nuits blanches, des moments où on a envie de tout jeter par la fenêtre et des craquages, des larmes de frustrations, etc. Bien que je ne sois pas mère, je peux faire preuve d’empathie et essayer de les comprendre au maximum, après tout, je suis également une femme ! Loin de moi l’idée de dire que je les comprends totalement, pour cela il faudrait que je vive la maternité également, je précise afin que les choses soient bien claires.

L’auteure nous raconte donc son parcours de maternité et de ses difficultés de jeune maman mais aussi ses bonheurs. Malheureusement, elle finit par découvrir que son fils souffre d’albinisme et c’est le retour de l’inquiétude (normal) et la valse des médecins. L’albinisme est une maladie génétique assez rare et fort méconnue, il y a de nombreux préjugés sur les personnes qui en souffrent à travers le monde. Généralement les personnes souffrant d’albinisme sont malvoyantes à un degré élevé et ont la peau extrêmement fragile à cause de l’absence de mélanine dans le corps (c’est le propre de cette maladie !). Les choses se compliquent donc pour élever le petit Max tout en assurant qu’il ait une vie heureuse avec un minimum de difficultés. Mais finalement, ces personnes sont comme les autres et arrivent très bien à s’en sortir dans la vie et je suis sûre que ce sera le cas de notre petit héros.

Peut-être n’ai-je pas très bien résumé l’album mais en tout cas c’est une histoire touchante et je dirais même nécessaire pour faire connaître l’albinisme. De plus, comme l’auteure le dit elle-même, personne ne l’a informée des difficultés de la maternité, aucune femme de son entourage ne lui a dit que ça pouvait aussi être très dur. Elle a été désemparée face à tout ça et en racontant son histoire et son parcours, elle veut apporter un témoignage différent, elle veut dire aux futures mamans que oui c’est aussi la galère ! Que bébé va pleurer la nuit, qu’allaiter peut faire mal, qu’on n’a plus de temps pour soi, qu’on peut être à côté de la plaque, etc. Bref, les joies autant que les peines tout en nous parlant de l’albinisme, que oui c’est une chose terrible à encaisser, que c’est compliqué mais qu’il ne faut pas avoir peur, les enfants s’en sortent bien et grandissent normalement. Je m’étale un petit peu, mais j’aimerais faire ressortir le message de l’auteure en essayant de ne pas le brouiller, ce n’est pas évident et mes excuses si je me suis trompée ! J’aime le côté doux et pastel des dessins avec les répliques directes. Un très beau roman graphique qui mérite d’être découvert pour son authenticité.

Sandra/Ithilwen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :