La Solution Pacifique – L’art de la paix en Nouvelle-Calédonie –

Scénario : Makyo et Jean-Edouard Grésy
Dessin : Luca Casalanguida
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 18 août 2021
120 pages
Genre : Récit historique

« Plus il y a de distance, plus il y a de violence. L’inverse est vrai, plus il y a de proximité, plus il y a de tranquillité. En provoquant toutes ces rencontres, nous pouvons réhumaniser les liens entre communautés. »

Présentation de l’éditeur

Quelle paix possible en Nouvelle-Calédonie ? Pour tourner la page de la colonisation, encore faut-il l’avoir lue ! Ce récit interroge notre rapport aux autres pour continuer à s’opposer sans se massacrer. Lorsque Christian Kozar, nommé sous-préfet, arrive en Nouvelle-Calédonie, les tensions entre Kanak et Caldoches sont très vives. Elles culminent lors de la prise d’otages d’Ouvéa et sa sanglante répression. Michel Rocard, alors premier ministre, forme une « Mission du dialogue » pour pacifier le territoire. C’est ce pan méconnu de l’histoire coloniale française que l’on redécouvrira ici.

Mon avis

La couverture est segmentée en deux parties qui en disent long et sur l’ouvrage en lui-même et sur le conflit qui remua la Nouvelle-Calédonie dans les années 80. J’ai personnellement quelques souvenirs d’images vues à la télévision quand j’étais môme (je suis né en 75), j’avais connaissance des velléités indépendantistes des kanaks, mais ça n’allait pas plus loin.

Deux images donc : le conflit et les négociations. Makyo et Grésy mettent en avant des oppositions : khanaks et caldoches, métropole et territoire d’outre-mer, real politik et réalité du terrain… La Solution Pacifique se veut historique : les personnalités politiques de l’époque sont nommées, les événements sont chronologiquement présentés. Mais l’accent est avant tout donné sur l’art de la négociation. C’est Christian Kozar, ancien militaire que le lecteur suit pour se retrouver au cœur des négociations, il est avec les différents épisodes historiques, l’élément moteur de l’intrigue: l’homme est décrit dans sa dimension professionnelle et personnelle (et parfois spirituelle).

Certains enjeux politiques m’ont, je dois l’admettre, parfois échappés, la lecture n’est donc pas des plus faciles. La Solution Pacifique m’apparaît visuellement comme un peu rugueuse. Si le trait de Luca Casalanguida est vivant et dynamique, j’ai aussi parfois été perturbé par des visages que je ne reconnaissais pas.

Un ouvrage qui a donc pour principale qualité d’offrir, et ce n’est pas rien, une approche historique et politique de la Nouvelle-Calédonie. A souligner que les calédoniens participeront (ou non) à un référendum le 12 décembre prochain. L’Histoire est toujours en marche.

ScénarioDessinico_Album
coeur_troiscoeur_deux_et_demicoeur_deux_et_demi


Petitgolem13

Un commentaire sur “La Solution Pacifique – L’art de la paix en Nouvelle-Calédonie –

Ajouter un commentaire

  1. Meme en ayant vecu en NC, je peux vous dire que la situation est très tres complexe et surtout explosive. Petit essai de synthèse :
    D’un côté les Kanaks revendiquant un retour de leur terre (spoliation pendant la période coloniale, attribution arbitraire en 1956 à des citoyens Français encouragé par le gouvernement Français). Ces habitants historiques vivent sur mode tribal et refusent catégoriquement toute forme d’exploitation touristique de leur ile (je plussoie car la faune et la flore s’en trouvent préserver). D’un autre coté ils acceptent d’exploiter le Nickel de leur sol et a très grande échelle…paradoxe 1
    De l’autre les caldoches (5 ou 6eme génération depuis 1870). Beaucoup vivent dans un dénuement total, mais une faible fraction détient (avec des fortunes colossales) tous les leviers économiques de l’ile sont entre leur mains. Ce pouvoir s’applique sur un mode monopolistique : untel détient la filière voiture, un tel detient la santé, untel détiens l’import de viande ….. résultat ils mettent en coupe réglée l’economie de l’ile : tout est hors de prix. Juger plutôt : un appart T2 c’est minimum 2000 € ! un paquet de clopes c’est 15 €, un plat du jour dans un resto : 35 €…..
    Au milieu les « métro », qui ont investi dans l’ile depuis plusieurs années et sans aucun droit de regard sur l’économie de l’ile (corps électoral gelé par J Chirac : seul les Kanaks et les Caldoches ont droit de vote sur le devenir de l’ile) paradoxe 2
    C’ette situation est bien triste. Je suis arrivé en NC avec l’idée que la NC devait rester Francaise, je suis reparti avec l’idée de leur donnée l’indépendance !

    Si qq à des témoignages …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :