Alfred Hitchcock T2 – Le maître de l’angoisse

Scénario : Noël Simsolo
Dessin : Dominique Hé
Éditeur : Glénat
150 pages
Date de sortie :  25 août 2021
Genre : biographie romancée

 


Même sur un bateau de sauvetage au milieu de l’océan, je veux des jolies femmes à l’écran.

 

la mort aux trousses hitchcock

La Mort aux trousses (North by Northwest – 1959) 

Présentation de l’éditeur

En 1960, le film Psychose traumatise des spectateurs du monde entier. Jamais l’angoisse ni le suspense n’avaient été aussi bien mis en scène au cinéma. Mais d’où vient le talent de cet Alfred Hitchcock, celui que l’on surnomme désormais le « cinéaste de la peur » ? Après la jeunesse en Angleterre, vient la période américaine. Lorsqu’en 1940, Alfred Hitchcock débarque aux États-Unis, il a plus de 40 ans, c’est un cinéaste aguerri et il a déjà réalisé plus de la moitié de sa filmographie. 

Deuxième partie du diptyque consacré à la vie d’un artiste truculent, exigeant et tout simplement hors du commun, Alfred Hitchcock : le Maitre d’Hollywood nous raconte autant l’existence du maître du suspense qu’un pan essentiel de l’histoire du cinéma hollywoodien des années 40 à 70.

Cinquième colonne Hitchcock

Cinquième Colonne (Saboteur – 1942)

Mon avis

Pour moi, Alfred Hitchcock est le plus grand réalisateur de l’histoire du cinéma. Il savait mener un récit jusqu’à sa conclusion en utilisant le moindre détail visuel. Touchant à toute la technique du cinéma, il avait une vue de l’image, du cadrage, de la lumière et de la position des acteurs qui rendait ses films prenants d’une façon incomparable. Hitchcock a innové dans la narration visuelle et révolutionné le thriller en ayant touché au cinéma dès les débuts du muet, jusqu’à la modernité en passant par les débuts du sonore.

Ce deuxième tome de sa vie raconte la période américaine de ses réalisations. Certains des films, réalisés pendant cette période qui part de la moitié des années 50, comptent parmi les plus importants du septième art : Fenêtre sur cour, Sueurs froides, La mort aux trousses, Psychose, les oiseaux, etc. L’album raconte le parcours du réalisateur, la part importante que prenait son épouse, Alma, dans ses décisions artistiques et personnelles, les relations équivoques (obsessionnelles même) qu’il avait avec ses actrices – blondes de préférence – dont il voulait régenter l’apparence vestimentaire et plus… Bien évidement, il faut apprécier le cinéma pour suivre certaines allusions à certains acteurs ou actrices, connaître certains noms cités (Farley Granger, Hume Cronyn et autres grands acteurs de l’époque) et certaines techniques cinématographiques répertoriées. Le dessin est de bonne qualité bien qu’il soit difficile de reconnaître quelques personnages, Hitchcock et James Stewart notamment. Mais l’album est intéressant à lire même si l’on n’est pas un cinéphile averti, ne serait-ce que par la personnalité du grand Hitch., « Maître du suspense » à jamais.

JR

2 commentaires sur “Alfred Hitchcock T2 – Le maître de l’angoisse

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :