Insomniaques

Scénario : Makoto Ojiro
Dessin : Makoto Ojiro
Éditeur : Soleil
Date de sortie : 12 mai 2021
192 pages
Genre : Shônen

« Tu n’aimes pas le bruit de la pluie toi? Il paraît que si ça apaise autant c’est parce que ça se marie bien avec les battements du cœur et le rythme de la respiration »

Présentation de l’éditeur

Lorsque la nuit nous refuse le sommeil, elle nous offre parfois en retour des rencontres inattendues ! S’il n’est pas permis de rêver, alors autant profiter au mieux de la réalité ! Ganta Nakami est insomniaque. À l’école, Il semble donc fatigué, voire associable. Un jour, dans la salle d’astronomie, il découvre Isaki Magari, endormie dans un coin. Insomniaque comme lui, mais bien plus sociable, elle lui propose de partager l’endroit pour y dormir en cachette. Leur rapprochement semble les aider à retrouver le sommeil, chacun étant sensible aux battements de coeur de l’autre…

Mon avis

Regardez la couverture. Ils ont pas l’air bien là tous les deux, cachés dans la salle d’astronomie qui sert de réserve? Cette couverture appelle au cocooning, la lecture de ce premier tome d’Insomniaques confirme cette invitation à la paix, la sérénité et le sommeil. Le lecteur insomniaque, de tout âge, s’identifiera peut-être à ces deux attachants personnages que sont Ganta et Isaki. Évidemment, cette histoire s’adresse aux ados. S’il est répertorié comme shônen, ce manga a une approche qui n’est pas du tout clivante et aurait parfaitement sa place au rayon shojo de votre librairie.

Parlons-en justement des clivages. Ici, l’insomnie dont souffre Ganta Nakami est source de stress, le rend irascible et le stigmatise aux yeux de ses camarades qui le voient comme un garçon pas très sociable. La relation qu’il va construire avec Isaki Magari, basée sur l’expérience commune de l’insomnie, va évoluer. Makoto Ojiro réussit à nous faire voir Isaki avec les yeux de Ganta, sa camarade apparaissant comme de plus en plus charmante, de plus en plus touchante… il tombe doucement amoureux… elle aussi. Le dessinateur parvient avec beaucoup de talent à rendre ses personnages très expressifs, ils renvoient avec justesse une sensibilité communicative.

Voici donc une romance qui fait du bien, qui prend son temps comme ce chat omniprésent qui investit avec eux ce nid douillet initialement prévu pour observer les étoiles. Les problématiques adolescentes sont là mais Insomniaques se démarque par sa dimension volontairement « suspendue »et contemplative. Peu à peu les héros reprennent le contrôle du temps qui passe.

Difficile, une fois la lecture de ce premier tome achevée, de ne pas avoir envie de se mettre en position fœtale, d’écouter le bruit de la pluie, une respiration, les battements d’un cœur.

Soupir…

ScénarioDessinico_Album
coeur_quatrecoeur_quatrecoeur_quatre


Petitgolem13

5 commentaires sur “Insomniaques

Ajouter un commentaire

  1. J’ai été surpris par ta conclusion qui utilise le mot « trash » (D’un goût douteux, qui flatte les bas instincts.) complètement à l’opposé de ta chronique qui parle de « … romance qui fait du bien… contemplative… »
    Sinon, je connais bien le bruit des battements de ma valve mécanique !🥴

    Aimé par 1 personne

  2. C’est dû à une coquille. J’ai fait un copier coller bien bien souillon. Il y a la même erreur dans ma précédente chronique 😖

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :