BATMAN – Year two (DC confidential T6)

Scénario : Mike Barr
Dessin : Alan Davis, Todd McFarlane
Éditeur : Urban comics
200 pages
Date de sortie : 29 janvier 2021
Genre : Super-Héros


N’ayez crainte Alfred, il fait nuit… et je retrouve toujours mon chemin dans le noir.

Présentation de l’éditeur

La collection DC confidential se propose de mettre en lumière les étapes décisives dans la vie des plus grands super-héros, tout en révélant l’autre histoire de DC, celle qui s’est déroulée en marge des grandes sagas connues de tous.

Batman-Year-Two-McFarlane

Mon avis

L’univers DC a subi plusieurs transformations depuis ses origines dans les années 40. Les premières grandes modifications sont nées dans les pages de « Crisis on Infinite Earth » en 1985 (écrite par Marv Wolfman). Ensuite il y a eu la plus importante – à mon avis – celle parue dans « Flashpoint » en 2011 et qui a relancé l’univers DC. En 2016 enfin, le titre « DC Rebirth » a réintégré des éléments du passé qui avaient été supprimés pour les inclure dans ce nouvel ordre (intégrant par l’occasion le monde et les personnages de « Watchmen« ). Du coup il existe plusieurs récits écrits par différents auteurs qui ont forgé la personnalité des héros et sont autant de détails sur leur vie passée. « Batman année deux » en est le parfait exemple ! Faisant suite au fameux « Batman année un » (merveilleuse histoire de Frank Miller, dessinée par David Mazzuchelli), ce récit écrit par Mike Barr continue à décrire les premières années du personnage, l’auteur y approfondit le personnage de Leslie Thompkins – l’assistante sociale qui s’est occupée du jeune Bruce Wayne la nuit de la mort de ses parents – et celui de Joe Chill, meurtrier des parents Wayne. Barr met en conflit Batman et le commissaire Gordon, s’arrête sur l’indispensable majordome Alfred et, d’une manière générale présente son récit comme une autre vue parallèle aux événements racontés par Miller.

Batman-Year-Two-Année-Deux-Alfred

Coté dessin, des artistes de grand talent sont à l’œuvre, le britannique Alan Davis (j’adore cet artiste), aidé par son compatriote encreur Paul Neary et le canadien Todd McFarlane dont, personnellement, je n’aime pas le style (j’ai détesté ses années sur Spider-Man). L’album est donc indispensable pour les amateurs du genre et les inconditionnels du Dark Knight qui apprendront de nouveaux passages de sa vie. Enjoy !

JR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :