Catamount – tome 4 – la rédemption de Catamount

Scénario : Gaet’s
Dessin : Benjamin Blasco-Martinez
Éditeur : Petit à Petit
64 pages
Date de sortie :  janvier 2021
Genre : western


« Y’en a d’autres qui veulent jouer au con ? »

 

Présentation de l’éditeur

Traqué par les shérifs, poursuivi par les chasseurs de primes, Catamount est devenu plus sauvage que la bête fauve qui l’a sauvé à sa naissance. Sur le chemin de sa fuite, la rencontre d’une vieille dame au cœur de porcelaine va lui offrir une chance de se racheter. Une dernière chance…

catamount t4_pl

Mon avis

Librement adaptée de l’œuvre d’Albert Bonneau, cette série raconte l’évolution d’un enfant seul rescapé d’un massacre de colons perpétré par les Cheyennes. Recueilli par une famille, il doit son nom à un chat sauvage qui le sauva du massacre. Il deviendra un bon gars du far west, tireur hors pair, gentil et travailleur. Jusqu’au jour où sa route croise celle de Black Possum, coupable du massacre de ses parents.
Cette rencontre marque le début des ennuis pour Catamount. Assoiffé de vengeance, il devient violent et sans pitié. Surtout lorsqu’il a affaire à un homme d’affaires véreux prêt à tout pour bâtir un chemin de fer à la place de la maison de ses parents.
Le voilà alors fugitif, traqué par son ancien mentor Pad le trappeur et le capitaine Clark à qui il est aussi redevable.
Dans ce quatrième volume, la traque continue et la violence monte d’un cran. Poursuivi par le shériff et la Pinkerton, il se retrouve bien isolé. Mais une bonne étoile veille sur lui et la providence met sur son chemin les ingrédients propices à sa rédemption.
Si vous êtes amateurs de western, alors je vous recommande chaudement la lecture de Catamount. Tous les ingrédients qui font le sel du western sont réunis pour passer un bon moment. C’est parfois un peu cliché, mais c’est aussi ça qu’on aime. Le justicier, la vengeance, l’homme d’affaire et le shériff pourris et criminels, les chasseurs de primes, et j’en passe, tout y est.
L’intrigue est menée tambour battant et Gaet’s donne du rythme à son histoire à chaque page. Pas de repos pour le héros, pas de répit pour le lecteur. On ne s’ennuie pas un instant et les multiples rebondissements nous mènent vite, trop vite, à la fin de cette cavale.
Le dessin est magnifique, avec une composition très cinématographique mettant en valeur les décors grandioses de l’ouest, et en exergue la violence qui y règne. On n’est pas dans Blueberry ici (attention, j’adore Blueberry !). Les flingues crachent à bout portant et le sang gicle à grands flots.
Catamount, c’est du très bon western !

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :