Les filles des marins perdus

Scénario : Teresa Radice
Dessin : Stefano Turconi
Éditeur : Glénat | treize étrange
Date de sortie : 9 septembre 2020
Genre : aventure.

« Les choses sont immenses ou ridicules selon la façon dont on les regarde, Monsieur Burden… Le diamant n’était qu’une pierre comme les autres jusqu’à ce que l’homme lui attribue une valeur. »

Présentation de l’éditeur :

« Y a des marins qui boivent et reboivent aux dames… »

Dans Le Port des Marins Perdus, sublime roman graphique paru en 2016 et couronné de succès, on a pu croiser les prostituées du Pilar, un bordel pour marins de Plymouth. Dans ce spin-off, on retrouve ces filles de petite vertu qui nous content à tour de rôle une histoire confiée par leur amant d’un soir. Aventure, drame et merveilleux sont au rendez-vous de ce nouveau petit bijou ciselé par Teresa Radice et Stefano Turconi.

Les filles des marins perdus_Glenat_treize etrange_scan1

Mon avis :

Que se cache-t-il derrière les portes d’une maison close ? Les murs du Pilar, établissement de plaisirs charnels d’un certain standing à Plymouth, entendent nombre d’aventures dont voici la narration. Tout commence avec le retour du vaisseau « Last Chance » dont l’un des capitaines est immédiatement convoqué pour une mission top secrète. Quand cette intrigue mystérieuse entrera-t-elle en contact avec les prostituées du Pilar ? Nul ne le sait, si ce n’est, évidemment, l’autrice Teresa Radice. La scénariste italienne parvient à imbriquer les histoires les unes aux autres de façon à ce que le lecteur pense lire une sorte de journal intime en images, une succession d’événements liés de près ou de loin aux demoiselles aux mœurs légères…

C’est ainsi que le maori dénommé Tane, fraîchement débarqué à bord d’un autre trois mats, le Cormoran, cherche à revendre divers objets, des bijoux tribaux notamment, aux filles du Pilar dans l’espoir de récolter assez d’argent pour repartir en Nouvelle-Zélande. Mais au lieu de pièces sonnantes et trébuchantes, il devient le garde-du-corps de ces belles face aux clients parfois trop éméchés et/ou violents. Ce géant tatoué a beau n’avoir qu’un bras, il a une force colossale et un cœur d’or. Ses histoires sont également attrayantes, quand il narre les recherches d’un scientifique, hélas mort en mer, dans les forêts encore inexplorées de cette île proche de l’Australie.

Les filles des marins perdus_Glenat_treize etrange_scan2

Autant dire que même en restant entre les murs de la maison close, l’imaginaire voyage. Soit par les récits des clients et de Tane, soit par les sorties de l’une ou l’autre d’entre elles. Notamment à cause, ou grâce à ce professeur dont les travaux étaient toujours à bord du Cormoran et sujet à conflits d’intérêt scientifiques majeurs pouvant rapporter gros. Mais trêve de détails scénaristiques pour s’épancher sur le dessin de l’époux et collègue de notre autrice : Stefano Turconi. Dans un choix certainement délibéré du format de l’ouvrage et des pages en papier mat, l’impression de journal intime, de carnet de bord persiste ; si ce n’est un tracé net et régulier, on pourrait imaginer le graphiste avec ses crayons, ses peintures, … pour donner vie aux aventures imaginées par son épouse.

« Les filles des marins perdus » ça pourrait être ça : un recueil savamment mis en relief graphique et scénaristique, un dessin accrocheur, aux visages sympathiques pour les héroïnes pour des aventures tantôt romanesques comme les livres de la bibliothèque de l’ancienne tenancière du bordel, rencontrée dans l’album « Le port des marins perdus » nommés aux Samb’or 2016, tantôt un vécu rocambolesque et romantique comme le veut l’époque où les faits se déroulent. Pour un peu, on pourrait imaginer le Péquod, baleinier dans Moby Dick amarré comme les autres près du port, attendant de lever l’ancre… Tane a d’ailleurs tout du géant amérindien du classique de la littérature.

Un récit attrayant, aux personnages attachants et aux aventures encore à venir pour la belle June et les protagonistes mis petit à petit en place dans ce premier tome.

ShayHlyn.

2 commentaires sur “Les filles des marins perdus

Ajouter un commentaire

  1. Un de mes gros coups de cœur de l’année 2020. J’avais cependant encore plus apprécié le Port des marins perdus le précédent ouvrage de ces auteurs très sympathiques. ♥♥♥♥♥

    J'aime

  2. J’ai beaucoup aimé et ça m’a donné envie de lire « le port des marins perdus » notamment pour découvrir l’ancienne tenancière de la maison close dont on fait souvent allusion 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :