Poly

Auteur : Steven Lejeune
D’après le livre de Nicolas Vanier, adapté de la série de Cécile Aubry
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  7 octobre 2020
Genre : jeunesse, amitié, aventure, bien-être animal

D’après le scénario de Poly, le nouveau film de Nicolas Vanier, prochainement au cinéma, écrit par Nicolas Vanier, Jérôme Tonnerre et Maxime Giffard, produit par Yves Darondeau, Emmanuel Priou et Thierry Desmichelle, une coproduction Bonne Pioche et SND. D’après la série Poly, écrite et réalisée par Cécile Aubry

Présentation de l’éditeur : 

Une sublime histoire d’amitié.

  1. Louise, accompagnée de Cécile, sa petite fille de 10 ans, revient dans un petit village des Cévennes où elle passait ses vacances enfant. Le village est dominé par un château médiéval à moitié en ruines et occupé par un étrange personnage : Victor. Alors que Cécile peine à nouer des liens d’amitié avec ses nouveaux camarades, elle découvre qu’un cirque itinérant s’installe en ville. Emerveillée et fascinée par le spectacle, Cécile y fait la connaissance de Poly, un jeune poney qui s’avère être maltraité par le propriétaire du cirque, M. Brancalou. Choquée et indignée, elle imagine un stratagème pour libérer le poney de son enclos grillagé. Peu à peu, s’établit entre l’enfant et l’animal une relation de confiance, un apprivoisement réciproque. Cécile a enfin le sentiment d’avoir trouvé un ami, son meilleur ami. Tout le monde recherche Poly, les habitants du village, les gendarmes, et surtout M. Brancalou. Seul Victor finit par percer le secret de Cécile. Elle décide alors de rejoindre secrètement son père en Italie pour sauver Poly des griffes de Brancalou. Adaptation fidèle du livre (publié chez XO éditions) et du film de Nicolas Vanier (qui sort en même temps que la BD), Poly propose une bande dessinée en phase avec beaucoup de questions actuelles, tant par le caractère des personnages que par les thèmes abordés, notamment sur le rapport homme animal…
    poly-glenat-scan1

Mon avis :

À l’évocation de Cécile Aubry, difficile pour les enfants des années 80 de ne pas fredonner le générique d’un animé quelque-peu célèbre – du moins fusse mon cas :

« Oui, c’est encore mieux
Qu’un souvenir d’enfant
C’est un coin de bleu
Dans l’univers des grands »

Pourtant, ce n’est pas la même histoire. Ce générique, c’est celui de « Belle et Sébastien » un autre duo enfant/animal de l’univers de l’autrice. Preuve que la thématique lui plaisait vu qu’ici, nous avons une petite fille et un poney que tout réunit – notamment l’absence d’amour paternel. La petite Cécile souffre de l’éloignement avec son père, toujours aux quatre coins du monde pour son travail ; Poly de son côté, est maltraité par son propriétaire, une figure masculine rustre et violente, non seulement envers la vedette de son cirque – Poly – mais également son fils qu’il voit comme un poids abandonné par sa mère.

poly-glenat-scan

Alors rien de plus étonnant que ces deux âmes en peine se retrouvent dans ce village que tous deux découvrent sans doute pour la première fois. Une occasion de s’enfuir et de retrouver un père qui vit de l’autre côté de la chaîne de montagne qui sépare la France de l’Italie ; un voyage dangereux, face à la Nature, mais également à leurs poursuivants : les hommes du cirque !

Mais la petite Cécile est convaincue que son plan va fonctionner, ignorant les dangers qui planent tant sur elle que sur son nouvel ami Poly. Une fugue bien juvénile dans un environnement de tentions omniprésentes dans le « monde des grands » avec ce directeur de cirque pas si bonhomme que ça et un châtelain pas si malandrin qu’on peut le croire.

Un ouvrage qui laisse présager un film attendrissant qui sortira mercredi 21 octobre 2020 ; une mise en bouche aux décors flamboyants, aux personnages attachants (même si quelquefois, le dessin des protagonistes laissent à désirer, comme la tête trop difforme de Poly ou le manque de précision pour les plans éloignés) et une histoire qui rendra nostalgiques certains, émerveillés d’autres : surtout les enfants.

Alors pour ceux qui rêvent de se replonger dans l’univers de Cécile Aubry, cet album signé Steven Lejeune, d’après le livre Nicolas Vanier adapté en film, est fait pour vous. Moi, j’ai bien envie de revoir l’anime « Belle et Sébastien » du coup.

ShayHlyn.

Et surtout prenez soin de vous en ces temps de crise sanitaire…

Un commentaire sur “Poly

Ajouter un commentaire

  1. « … surtout les enfants. »… dont je ne fais plus partie !
    Mais voilà la musique que ça m’a inspiré Poly

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :