Mao T1 et T2

Autrice : Rumiko Takahashi
Éditeur : Glénat
Genre : Fantastique
194 pages
Sortie : le 1er juillet 2020

Avis de l’éditeur :

À l’âge de 7 ans, la jeune Nanoka Kiba a perdu ses deux parents dans un accident. Aujourd’hui en troisième année de collège, elle revient sur les lieux du drame et se retrouve projetée un siècle plus tôt, en pleine ère Taisho.

Mon avis :

La galerie marchande du quartier Gogyo recèle bien des mystères : la rumeur raconte la présence de forces obscures et que d’étranges événements s’y sont déroulés. La jeune Nanoka y a perdu ses parents lors d’un effondrement de la route juste à proximité de cette galerie. Présente ce jour là, la petite a été sauvée miraculeusement, sans explication.

Huit ans plus tard, se promenant aux alentours de ce lieu maudit, curieuse de réponses, Nanoka réemprunte la galerie terrifiante avant d’être aspirée par un souffle magique remontant le temps à l’époque de l’ère Taisho, entourée de créatures étranges. Une passerelle temporelle qui permettra à Nanoka d’effectuer divers bonds dans le temps tout en revenant à son époque.

Mao T02_glénat_Rumiko Takahashi

Mais ces voyages ne sont pas exemptés de risques puisque la jeune fille se découvre une nouvelle identité, dotée de pouvoirs hors normes. Sa rencontre avec Maître Mao, un onmyo utilisant les énergies des cinq éléments naturels va modifier son existence.

Nul besoin de (re)présenter Rumiko Takahashi,, au vu de sa carrière si prolifique, si ce n’est pour le jeune lectorat, qui n’a su suivre en temps réel des sagas indémodables telles que Maison Ikkoku, Ranma ½ ou encore Inu-Yasha. Cette fois-ci, elle présente une série sur le thème de fantômes en début du XXe siècle. Dés les premières pages de lecture, le lecteur ressentira sa patte personnelle, à savoir des protagonistes attachants propulsés dans un contexte mystérieux. Car à l’exception de Maison Ikkoku se déroulant dans un monde réaliste, sur le thème passionnel, ses autres œuvres placent rapidement un éventail fantastique dont les codes « Magies », « Rituels » et « Transformations » trouvent tout leur sens.

Mao_glénat_Rumiko Takahashi_PlancheA_398301

Des métamorphoses d’humains en animaux, ou en d’autres humains, une trajectoire qu’emprunte généralement Rumiko Takahashi. Mao s’illustre également de cette manière, là où le protagoniste central a subi une malédiction de la part de Byoki – un fantôme chat, un redoutable ver à toxines. Tout démarre dans une jarre où l’on propulse les pires animaux possédant les poisons mortels. Une fois entredévoré, le victorieux sert à produire un poison composé des poisons de ses adversaires.

Bien que Nanoka vienne du futur, son sang serait directement lié à ce processus, faisant d’elle une Ayakashi en quête de réveil spirituel vers sa nature profonde. Autant de questions et de mystères qui donnent le ton de manière calibrée et crescendo.

Une excellente entrée en matière primée au Grand Prix Angoulême en 2019.

Coq de Combat

2 commentaires sur “Mao T1 et T2

Ajouter un commentaire

    1. Spécialiste du manga sans doute mais pour ce qui est du dessin, faudrait peut-être se mettre au niveau des autres car attribuer 3,5/5 pour un dessin enfantin et simpliste, c’est cher payé !🙄

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :