Alter – tome 1 – ceux qui partent

Ceux qui partent

Scénario : Philippe Pelaez
Dessin : Laval NG
Éditeur : Drakoo
93 pages
Date de sortie :  juin 2020
Genre : science-fiction, anticipation


« La prise de conscience est trop tardive, commandant… Et la Terre est au bout du rouleau, c’est irréversible. La guerre de 2070 nous a condamnés ».

 

Présentation de l’éditeur

Nous sommes en 2082, près de Jupiter. Les vaisseaux Achlys et Hybris, commandés  respectivement par Pavel Vonichev et Sylan Kassidy, continuent leur mission : pour l’Hybris, il s’agit d’assembler les éléments qui formeront la future base sur Callisto ; les membres de l’Achlys, eux, récoltent des minerais sur (617) Patrocle dans des conditions extrêmes, les perturbations magnétiques se faisant plus intenses. Mais soudain, alors qu’un étrange nuage bleu se forme au voisinage de l’astéroïde, une navette incontrôlable vient se crasher sur le vaisseau, endommageant gravement les déflecteurs censés protéger l’équipage de l’Achlys de la magnétosphère de Jupiter.

alter t1_pl

Mon avis

Une petite précision sur ce nouveau titre des éditions Drakoo s’impose. Il s’agit d’une réédition en deux volets de la série Parallèle publiée en 4 tomes par feux les Éditions Sandawe de juin 2016 à mars 2019.

Philippe Pelaez nous embarque dans un récit de science-fiction avec en postulat de départ un monde post-apocalyptique. On y trouve pas mal de recettes qui font le succès du genre avec en plus une bonne dose d’action dopée à la testostérone. Un peu trop même à mon sens. Les personnages semblent assez primaires et brut de décoffrage et ne débordent pas d’un charisme foudroyant. Bref, on ne s’y attache peu, voire pas du tout, et lorsque l’un deux disparait du paysage, eh bien ma foi, ça ne nous fait ni chaud ni froid. Les personnages auraient gagné à être mieux travaillés. Comme l’est la trame du récit avec une histoire de mondes parallèles, pas toujours facile à suivre, mais suffisamment originale pour s’accrocher à cette dystopie.

Le traitement graphique est intéressant aussi avec ces doubles pages permettant de voir les deux univers en parallèle en même temps. Le dessin est à la hauteur, et même un peu plus, et n’est pas sans évoquer dans sa colorisation quelques planches de Gimenez. Les ambiances post-apocalyptiques sont crédibles, tout comme le sont les vaisseaux et les scènes futuristes. Un petit bémol toutefois sur les personnages qui ne sont pas toujours très facile à identifier.

Voilà quand même une bonne série SF aux dessins de haute volée, qui évoque des sujets actuels comme l’épuisement de la planète ou la menace nucléaire, mais qui aurait mérité des personnages plus attachants et plus charismatiques pour être parfaite.

Loubrun

 

 

2 commentaires sur “Alter – tome 1 – ceux qui partent

Ajouter un commentaire

  1. Pour moi ca va avec le genre zombie qu degage tres rapidement les personnages (voir le recent muertos). Alter a ete un coup de coeur pour moi en sachant apporter un petit plus au genre sf tres fourni et balisé.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :