Bootblack – tome 1

Scénario : Mikaël
Dessin : Mikaël
Éditeur : Dargaud
56 pages
Date de sortie :  7 juin 2019
Genre : aventure, histoire


« Ici, les gens se font tout seuls !! »

 

Présentation de l’éditeur

Fils d’immigrés allemands, né aux États Unis, il n’a pas dix ans quand, en une nuit, sous l’oeil satisfait de ces Américains anti-étrangers, il perd ses parents et son foyer dans un terrible incendie. Tournant le dos à ses origines, Al n’a pas d’autre choix que de vivre dans la rue  ; il devient Bootblack, un « cireur de chaussures ». Avec son ami Shiny, ils parviennent tant bien que mal à survivre en se serrant les coudes. Six ans plus tard, en 1935, ils font la rencontre de Buster et de l’ambitieux Diddle Joe. Et puis, il y a Maggie, cette fille dont Al est amoureux et dont il souhaite ardemment gagner l’estime. Et ce, même si elle lui fait bien comprendre qu’ils ne vivent pas dans le même monde.

New York n’offre aucun avenir pour les miséreux, Al l’a bien compris. Il est donc bien décidé à gagner plus d’argent, quels qu’en soient les moyens. Mais il n’imagine pas, alors, que la guerre qui menace lui donnera bientôt rendez-vous avec son passé…

bootblack t1_pl

 

Mon avis

Après l’excellent Giant, Mikaël nous transporte à nouveau dans le New York du début de siècle. Dans les années 30 alors que les immigrants arrivent en masse depuis quelques temps déjà, nous suivons la destinée de quatre gosses des rues, orphelins et condamnés à la débrouille pour survivre. La vie dans big Apple est dure et âpre, les étrangers et les pauvres y sont malmenés, la crise de 1929 a mis du monde à la rue ouvrant grand les portes à toute forme de business plus ou moins légal et à une violence quotidienne. Le jeune Al n’a pas l’intention de rester dans la rue, parce qu’il estime qu’il à droit à mieux que ça, et parce qu’il veut conquérir le cœur de Maggie.
Fils d’immigrés allemands, il se sent américain à 100% et le prouvera en s’engageant dans la lutte contre les nazis.

Superbe fresque mise en scène par le talentueux conteur et dessinateur Mikaël. Ce premier tome de mise en place est prenant de bout en bout tant les ambiances et les personnages sont bien campés. La rudesse de la vie est superbement rendue par ce décor urbain sombre et crasseux et par ces personnages aux traits rugueux. Alors évidemment, une bande de gosses dans les années 30 à New York se débrouillant pour survivre, ça a des airs de déjà vu. Quelques scènes font notamment penser au film Il était une fois en Amérique. Mais l’histoire fonctionne parce que dès l’entame, l’auteur projette son personnage 15 ans plus tard en plein conflit mondial créant ainsi une double intrigue qui donne une autre dimension à cette histoire somme toute banale.

Voilà un premier tome qui se termine brutalement, nous invitant à patienter pour connaitre le dénouement de cette intrigue tragique et le destin de Al, le cireur de chaussures.

Loubrun

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :