Captain Death

Scénario : Alexis Bacci
Dessin : Alexis Bacci
Éditeur : Casterman
220 pages
Date de sortie :  12 juin 2019
Genre : science-fiction


« au prix d’une opération sacrificielle, j’ai transmuté les données de ma mémoire en énergie pure »

 

Présentation de l’éditeur

Dans son vaisseau spatial, La Mort maintient l’équilibre de l’univers en éliminant les espèces les plus dangereuses. Sa dernière mission, exploser une planète du système solaire nommée
Terre, s’est déroulée sans encombre. Sauf qu’une poignée de survivants ont réussi à s’échapper dans l’espace. La Mort se lance à leur poursuite pour finir le boulot et éradiquer totalement la si décevante espèce humaine. Mais particulièrement tenaces, les derniers humains ne se laissent pas faire et échafaudent même un plan pour réussir à lui échapper…

captain deatht_pl

Mon avis

Allégorie de la vie et de la mort dans un univers SF mise en scène par le co-auteur de Lastman Stories, le spin off de la série à succès Lastmam. Alexis Bacci reprend à peu près la même recette que dans Lastman Stories sorti en 2018 : de la violence, un découpage simple et basique qui va à l’essentiel, avec une touche de couleur en plus, dans les tons marrons / orange / sable. Un graphisme moderne, dynamique et non dénué d’une certaine élégance.

Une série B dans toute sa splendeur, assez originale dans sa représentation de la mort et même dans la chute de cette course poursuite, au rythme endiablé, où l’humour se revendique du registre de la grosse déconnade. Ce mini pavé, qui se lit assez vite, ne m’a cependant pas franchement captivé. La faute peut-être à des dialogues qui sont soit d’un simplisme affligeant soit totalement abscons. Et la faute aussi peut-être à des personnages qui manquent de relief, et dont les traits de caractères ne sont présentés qu’a l’état d’ébauche dans l’histoire. D’ailleurs, on trouve en fin d’ouvrage une fiche sur chacun d’eux les présentant un peu plus en détail. Un peu comme si l’auteur avait voulu se rattraper. Et puis, je l’avoue, je ne suis pas du tout rentré dans le délire de l’auteur à s’acharner dans la destruction totale de l’humanité.

Une série B déjantée qui devrait toutefois plaire aux amateurs.

Loubrun

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :