50 nuances de gras tome 1

L’elfe qui aimait trop les frites

Auteur : Synedoche
Editeur : Doki Doki
176 pages
Genre : Humour
Sortie : le 2 mai 2019

Un titre sympathique où le lecteur sera néanmoins en totale confusion à savoir : s’agit-il d’un titre sur les méfaits de la malbouffe ou vouant un culte aux formes pulpeuses. Chacun se créera sa propre opinion du sujet abordé.

Avis de l’éditeur :

Naoe travaille dans un centre de massage et de bien-être, où il soulage les gens de leurs petits bobos. Mais le jour où il voit débarquer Erufuda, une étrange jeune femme un peu grassouillette, il comprend qu’il a affaire à un cas critique… Sa patiente n’est autre qu’une elfe, coincée dans notre monde à cause de son surpoids ! Erufuda a commis l’erreur de goûter à la nourriture terrestre et depuis, elle est complètement accro aux frites !

Mon avis :

Tomoatsu Naoe travaille au « Smily Bar », un centre de chiropraxie et de détente, afin d’aider des citoyens accablés par un rythme de travail effréné, manquant cruellement d’activités sportives.

sans-titre

Sa chef, une quadragénaire épicurienne fantasme sur son jeune collègue. Jusqu’au jour où une inconnue fait irruption au centre : Erufuda, en réalité une elfe qui tergiverse sur la planète Terre, incapable de retourner d’où elle provient à cause de son appétit d’ogresse vis-à-vis des frites…

Autant se le dire, avec un résumé pareil, on peut se questionner une fois encore sur l’origine d’une telle trame. Pire, lorsqu’on constate qu’il ne s’agit nullement d’un one shot, et qu’au Japon, la série comporte actuellement quatre tomes, on se dit dans son fort intérieur, qu’ils ont osé pour la énième fois l’impossible.

Le titre 50 nuances de gras arpenterait-il les bases de la saga cinématographique 50 nuances de Grey ? Non pas le moindre. Bien que ce manga soit tout de même réservé à un public averti puisqu’il affiche volontairement la nudité et les formes de ses protagonistes féminins, deux elfes l’une mangeant abusivement des frites gonflant son ventre, l’autre elfe, la fée noire des ténèbres dont les fesses augmentent de volume à volonté.

50nuances1

Les amateurs de formes généreuses seront donc comblés puisque les poitrines, et les fesses disproportionnées abondent gracieusement.

Au-delà ce cet aspect purement esthétique, le scénario mis en place par Synedoche manque cependant de profondeur. Certes, il positionne idéalement ses pions, 4 à 5 protagonistes centraux, dont notre héros pris en étau entre sa patronne humaine, et deux elfes que tout sépare, se lançant constamment des pics sur leur anatomie respective.

Un titre sympathique où le lecteur sera néanmoins en totale confusion à savoir : s’agit-il d’un titre sur les méfaits de la malbouffe ou vouant un culte aux formes pulpeuses. Chacun se créera sa propre opinion du sujet abordé.

Coq de Combat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :