Elizabeth Bathory

Scénario : Françoise-Sylvie Pauly
Dessin : Pascal Croci
Éditeur : EP
Pages : 64
Date de sortie : 13/02/2019
Genre : fantastique, biographie, histoire

« si, indépendamment, le scénario et les dessins sont remarquables : ils ne s’accordent pas ensemble ! Chacun racontant une version de l’histoire à sa façon sans se soucier du contenu de l’autre […] donc : le scénario et le dessin sont bons, mais l’album est trop perturbant – perturbé ?! pour obtenir une note satisfaisante. Ce qui est franchement dommage aux vues de la qualité du reste – de tout ?! »

Présentation de l’éditeur :

Hongrie, XVIe siècle… La jeune comtesse Elizabeth Bàthory se livre à des orgies dans son château. Elle y torture et tue des jeunes filles pour se baigner voluptueusement dans leur sang, espérant ainsi gagner la jeunesse éternelle.

Pascal Croci reprend le mythe de la Comtesse sanglante ; vampire pour la légende et tueuse en série pour l’histoire. Il dresse un portrait sans concession d’une femme complexe, ambiguë et terrifiante.

9782889320929_pt1_0

Mon avis :

Comment perturber une chroniqueuse en 64 pages ? Voilà bien le titre que j’aurai pu donner à cet ouvrage. Quand je l’ai feuilleté, je me suis exclamée de joie en voyant ce style graphique sombre, mystérieux, … un rien semblable à celui d’ Olivier Ledroit mais plus manuel – le trait du crayon plus perceptible, plus proche du manuscrit sibérien que du DAO contemporain. J’avais hâte, mais HÂTE, de lire cette biographie relatant l’existence d’une des plus célèbres vampires de l’Histoire.

Un recueil que le narrateur, celui-là même qui rencontra Dracula dans le roman de Bram Stoker – Jonathan Harker, a reçu d’une religieuse dans l’hôpital où il séjourna après avoir défié le comte infernal. Une collection de pages tantôt issues du journal intime d’ Elizabeth Bathory, tantôt des minutes du procès de cette dernière.

9782889320929_pt3_0

Dis comme ça, cela semble être la présentation d’un chef d’œuvre. Oui, … mais non. Parce que si, indépendamment, le scénario et les dessins sont remarquables : ils ne s’accordent pas ensemble ! Chacun racontant une version de l’histoire à sa façon sans se soucier du contenu de l’autre. Ainsi, si on prend une page au hasard (la numéro 4 par exemple), le texte dit « oubliant son recueil sur la table, mon compagnon de voyage gagna sa chambre… Le château de la comtesse Bathory ne se trouvant qu’à quelques lieues de notre auberge… » mais l’illustration représente un gentilhomme marchant dans la forêt.

9782889320929_pt5_0

Et c’est comme ça tout du long. Tant et si bien que même mes côtes vont s’en ressentir et faire dresser les cheveux sur la tête à notre contrôleur Dgégé car indépendamment donc : le scénario et le dessin sont bons, mais l’album est trop perturbant – perturbé ?! pour obtenir une note satisfaisante. Ce qui est franchement dommage aux vues de la qualité du reste – de tout ?!

À se demander si les autres ouvrages du couple d’auteurs est du même acabit : y a-t-il vraiment preneur de ce style décalé ?

ShayHlyn

2 commentaires sur “Elizabeth Bathory

Ajouter un commentaire

Répondre à Samba Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :