Sir Nigel – tome 1 – le preu du pont de Tilford

Scénario : Roger Seiter
Dessin : Christian Gine
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  mars 2019
Genre : aventure


Petit par la taille. Grand par le destin.

Présentation de l’éditeur

An de grâce 1349. Issu d’une noble famille de guerriers tombée en disgrâce, le jeune Nigel Loring va tenter de faire démentir le destin en prenant part aux côtés du roi d’Angleterre à la guerre de Cent Ans. De simple écuyer, il deviendra un illustre chevalier malgré sa petite taille, motivé par un courage sans faille et un sens aigu de l’honneur et du devoir. Tournois, ripailles et embûches seront son quotidien ; la gloire sera sa récompense.

sir nigel_pl

Mon avis

Adaptation d’un roman méconnu d’Arthur Conan Doyle, Sir Nigel nous entraine au cœur de la chevalerie et du royaume anglais en pleine guerre de cent ans. Mais attention, nous sommes loin des images d’Épinal et autres poncifs du genre sur la chevalerie. Ici le héros est petit, pas costaud et devra mettre en avant son courage, son sens de l’honneur et son esprit vif pour espérer porter l’armure et guerroyer aux côtés du Roi.

Las, l’histoire et l’intérêt pour ce petit futur chevalier ambitieux tournent court et l’on passe finalement son temps à se demander s’il arrivera à ses fins, et surtout s’il est vraiment pris au sérieux. On ne voit pas d’enjeux majeur se détacher de cette histoire et les diverses péripéties qui animent le récit et le quotidien de Sir Nigel ont du mal à éveiller un grand intérêt et a générer un quelconque attachement au personnage.

Côté dessin, Christian Gine nous sert du classique, plutôt agréable et bien mis en couleur, mais qui donne malgré tout dans son ensemble une impression un peu vieillotte. Du coup, associé à une narration un peu poussive, on a l’impression de lire une BD d’un autre temps.

Prévu sur deux tomes, on a le sentiment d’avoir perdu du temps dans ce premier opus qui prend beaucoup de temps pour présenter les choses. On a aussi le sentiment de passer à coté d’une chouette histoire au potentiel épique prometteur.

Peut-être vaut-il mieux lire le roman…

Loubrun

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :