Swan – tome 1 – le buveur d’absinthe

Scénario : Néjib
Dessin : Néjib
Éditeur : Gallimard bande dessinée
184 pages
Date de sortie :  18 octobre 2018
Genre : roman graphique ; art


« Que crains-tu, au fond ? Les Beaux-Arts n’acceptent pas les femmes ! Le monde t’appartient… Tu peux me laisser les miettes, non ? »

swan t1_pl2

Présentation de l’éditeur

Tout juste débarqués de New York, Scottie et sa sœur Swan n’ont qu’une idée en tête : intégrer les Beaux-Arts de Paris. Guidés dans la Capitale par leur cousin Edgar Degas, ils rencontrent Ingres, Manet, Fantin Latour… et découvrent que le Louvre fourmille de rapins qui copient les grands maîtres. Mais quel est le prix à payer pour intégrer ce monde en pleine effervescence ? De l’enthousiasme de la découverte aux premières désillusions, la passion de l’art va façonner leur destin.

 

Mon avis

En 2016, Néjib avait reçu le Prix Album Révélation au Festival Quai des Bulles pour son album Stupor Mundi dans lequel il imaginait l’apparition de la photographie en plein moyen-âge.

Changement d’époque deux ans plus tard avec ce nouvel album qui marque le lancement d’une nouvelle série. Toujours dans le domaine de l’art, Néjib nous embarque en plein XIXè siècle à la rencontre des premiers acteurs de l’impressionnisme. L’originalité de ce récit tient dans l’approche globale de ce mouvement plutôt que de faire un focus sur un artiste en particulier. Plus que la peinture, ce sont les peintres qui sont montrés dans leur quotidien fait de travail, de rencontres, de doute, d’apprentissage, et d’expositions. On navigue alors de l’école des Beaux-Arts, aux salons de peintures en passant par les ateliers d’artistes et par les cafés où les discussions sur l’art vont bon train.

Les personnages principaux, Swan et son frère Scott fraichement débarqués d’Amérique dans ce Paris du milieu du XIXè siècle en pleine mutation, sont des personnages de fiction permettant au lecteur de s’immerger pleinement dans le récit et dans cette époque. Ce choix par ailleurs nous éloigne définitivement du récit biographique et ouvre le chemin au docu-fiction sur une époque bien précise et un mouvement artistique en particulier. Comme le dit Néjib lui-même :  » plus que l’impressionnisme, Swan raconte la naissance de l’art moderne, dont l’impressionnisme est la première manifestation.« 

swan t1_pl

Mais Néjib dans ce récit, ne se contente pas d’évoquer la révolution artistique. Il va plus loin en abordant les sujets de l’homosexualité, de la place de la femme dans la société (les femmes n’étaient pas admises aux Beaux-Arts), des travers de la création artistique et les jalousies et rancœurs que cela peut susciter entre artistes. Enfin, il pose le décor comme un personnage à part entière en montrant Paris en pleine transformation Hausmanienne.

Graphiquement, le trait reste dans la même veine que Stupor Mundi. Simple et épuré, il est dans l’évocation plus que dans la reconstitution précise et réaliste. Avec cette simplicité graphique, Néjib donne de la force à son récit et réussit à créer des ambiances réalistes des ateliers, de Paris en chantier ou des salons de peinture.

Premier tome d’une série qui devrait en compter trois, cette immersion dans la révolution artistique se lit comme un roman feuilleton, avec son lot de personnages attachants et d’intrigues surprenantes.

Loubrun

 

 

Un commentaire sur “Swan – tome 1 – le buveur d’absinthe

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :