Dent d’ours T.6

Silbervogel

Scénariste  : Yann
Dessinateur : Henriet
Editeur : Dupuis
64 pages
Genre : Guerre – Historique
Sortie : le 24 septembre 2018

Nous retiendrons la qualité graphique de Henriet porté à l’unisson avec la trame enrichie de Yann. Quelques planches de toute beauté pour se rincer l’oeil, dont notamment ce ciel d’Azur, resplendissant littéralement.

Avis de l’éditeur :

La destruction de New York est imminente. Plus déterminée que jamais, en dépit de ses récentes découvertes sur les traitements infligés aux Juifs par ses compatriotes nazis, Hanna se dit prête à voler aux commandes du Silbervogel, le tout dernier bombardier issu des hangars allemands. Cette merveille de technologie larguera la bombe atomique sur la « Grosse Pomme », telle une vengeance secrète à laquelle personne n’aurait pu se préparer…

Mon avis :

Le colonel Donovan parvient à rencontrer les résistants du ZZW. Ses commandos « Alsos » ont pu embarquer une tonne d’uranium, mettant Staline dans une rage folle. Malgré ses prompts ajustements, il somme ses meilleurs hommes de lui réserver leur dernière balle, au cas où il serait fait prisonnier par l’ennemi.

Néanmoins, la résistance polonaise (constituée de juifs) de la ZZWAT est prudente : ils n’ont pas oublié le massacre des 100000 officiers prisonniers polonais dans la forêt de Katyn.

PlancheA_340753

Cet ultime tome vous fera voir du pays : d’une part au Canada, le professeur Mayer tente de réparer la balise pour des tests, tandis qu’en Grande-Bretagne, les services de décryptages ont intercepté un message codé d’une importance capitale. Un message d’autant plus surprenant qu’ils savent tous que, autant Hitler que ses grands pontes se sont suicidés récemment, et que les derniers survivants tentent de négocier leur liberté. (A la citadelle de Breslau, qui tente de résister aux troupes russes)

Les derniers SS de l’ordre noir souhaitent exaucer l’ultime vœu du Führer : foudroyer New York de leur oiseau d’argent. Werner de son côté, tente par tous les moyens de détruire cet engin, le silbervogel, cette arme de destruction massive .

Qui va célébrer une victoire totale en sacrifiant tout ? Werner, Hannah et Max, vont-ils survivre à cet holocauste ? Et parviendront-ils à respecter leur serment d’amitié dans la caverne de l’ours ?

Nous retiendrons la qualité graphique de Henriet portée à l’unisson avec la trame enrichie de Yann. Quelques planches de toute beauté pour se rincer l’oeil, dont notamment ce ciel d’Azur, resplendissant littéralement. Parfois peu fourni en détails, mais qu’importe, le principal, voire davantage, est mis en relief pour le plaisir des lecteurs sujets à la Grande guerre.

Coq de combat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :