La mort vivante

Scénario : Olivier Vatine
Dessin : Alberto Varanda
Éditeur : Comix Buro
70 pages
Date de sortie :  22 août 2018
Genre : science-fiction, anticipation, fantastique


« le kidnapping d’invité fait-il partie des convenances de l’ancienne terre ? »

la mort vivante_couv_canalbd

Présentation de l’éditeur

La science peut-elle vaincre la mort ? Et si oui, à quel prix ?

Joachim, un jeune scientifique menant des recherches prohibées, est enlevé par une puissante et mystérieuse femme recluse sur l’ancienne Terre : Martha. Pour se remettre du drame qui la hante depuis des mois, celle-ci lui ordonne l’impossible : ressusciter sa fille, Lise, ayant fait une chute mortelle lors de fouilles archéologiques. Joachim, qui voit là une opportunité de continuer ses travaux en toute liberté, accepte ce rôle de père créateur. Après avoir récupéré le matériel nécessaire grâce à la fortune de Martha, il se lance alors dans cette expérience qui pourrait bien s’avérer irréversible. Car on ne redonne pas impunément vie à la Mort…

 

Mon avis

Nouvelle adaptation d’un roman de Stefan Wul par Olivier Vatine, La Mort Vivante était annoncée comme un des événements marquants de cette rentrée. Cet album dessiné par Alberto Varanda marque aussi le retour de ce talentueux dessinateur sur le devant de la scène.

Rien qu’en feuilletant l’album dans sa version noir et blanc ou colorisée, force est de constater que l’annonce tient toutes ses promesses. Changeant radicalement de style par rapport à ces précédentes œuvres (le tome 1 de La Geste des chevaliers dragons, Bloodline, Paradis perdus, Elixirs), il signe ici assurément un chef d’œuvre graphique qui restera dans les annales. En prenant son inspiration de différents artistes tels que Gustave Doré, Schuiten, Lovecraft ou des illustrateurs des romans de Jules Verne, il livre un travail d’une minutie époustouflante et d’une beauté renversante. Quel travail !

Comme sur les gravures d’autrefois, tout est fait de hachures et traits placés et tracés avec une précision extrême pour former décors et personnages. C’est magistral, à tel point qu’avant même de lire l’album j’ai tourné les pages une à une en admirant le travail réalisé sur chaque case. Si ce style est souvent mieux mis en valeur en Noir et Blanc, il est a noter que la colorisation est ici remarquable et très réussie. Jamais la couleur n’avale les traits, ce qui n’est pas le cas de nombreuses BD. Là, elle apporte une vraie plus-value à l’histoire et au dessin en posant les ambiances adéquates dans des tonalités quasi monochromes. Les planches sont d’une beauté effrayante, angoissante, et hypnotisante.

Concernant l’histoire, Olivier Vatine qui avait réalisé le magnifique Niourk, nous sert à nouveau une formidable adaptation d’un des romans les plus étranges de Stéfan Wul. Préfigurant l’omnipotence de la science et les peurs qu’elle peut susciter, cette histoire est finalement très sombre et ne laisse pas augurer d’un avenir des plus radieux pour l’humanité.

Tout en restant assez fidèle à l’univers imaginé par Wul, les auteurs y apportent une pointe de modernité en actualisant certains termes et situations permettant à ce récit de 60 ans d’âge d’être très ancré dans l’ère du temps. Par ailleurs, les thématiques abordées par Wul, comme dans la plupart de ses romans, sont toujours d’une grande actualité : foi absolue en la science, expériences génétiques et biologiques risquées, refus de la mort.

Formidable récit d’anticipation, de science-fiction et d’horreur à la fois, La Mort Vivante de Stefan Wul vue par Olivier Vatine et Alberto Varanda est un pur chef-d’œuvre sur lequel il faut s’arrêter. Ne serait-ce que pour le travail de titan réalisé par Alberto Varanda !

Loubrun

 

 

5 commentaires sur “La mort vivante

Ajouter un commentaire

    1. J’avais aussi été séduit par la beauté du graphisme quand j’ai décidé d’en faire la bannière… Si on devait choisir le plus beau dessin de l’année, le choix serait tout trouvé ! 😍

      J'aime

  1. oui c’est vrai que la version N&B est époustouflante. mais la version couleur l’est tout autant car je trouve que la couleur ne bouffe pas du tout le trait et contribue grandement à la mise en place des ambiances.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :