Veni Vidi Vici

Scénario : David B
Dessin : Giorgio Albertini
Editeur : Casterman
48 pages – cartonné
Parution 19 septembre 2018
Peplum

On ne peut présager ni d’un cœur, ni d’une victoire
En mission pour César à Samosate, Alix et Enak explorent la ville : ils sont en charge de ramener des livres afin de constituer une bibliothèque pour Rome, à l’image de celle d’Alexandrie. Mais autour de lui, les gens s’agitent. Certains évoquent un mauvais présage, d’autres regardent les Romains d’un mauvais œil depuis le suicide de Mithridate, souverain trahi par son fils Pharnace, qui s’est allié aux Romains. Alix quant à lui, semble victime d’hallucinations mais, il en est sûr, un complot se trame, il doit prévenir César !

Mon avis :

Alix a 70 ans, la série tout du moins, et cela se fête. Une expo au Cinquantenaire à Bruxelles, une monographie exceptionnelle sur Jacques Martin, une édition en noir et blanc d’anciens albums, mais d’abord un nouveau titre, le 37ème, qui sera en librairie dès mercredi. Et quel titre, il reprend la formule célèbre de Jules César prononcée en l’an -47, après la bataille de Zela. Disons-le tout de suite, cet album est une heureuse surprise pour les fans et une excellente entrée en matière pour les nouvelles générations de lecteurs. Avec un surprenant David B., cofondateur de L’Association, auteur de la célèbre BD autobiographique L’Ascension du Haut-Mal, au scénario et Giorgio Albertini, auteur de la série Chonosquad avec Gregory Panacionne, au dessin, c’est un redoutable tandem qui prend possession de ce mythe de la BD qu’est Alix. Les repreneurs ont eu la géniale intuition de revenir à la ligne plus ou moins claire de la Tiare d’Oribal et de l’Ile maudite, revenir aussi sur cette période des quelques mois qui précèdent l’assassinat de César.

3

C’est un Alix en mission pour César que nous retrouvons. Mission différente des autres, mission pacifique puisqu’il s’agit de collecter des ouvrages pour ouvrir une grande bibliothèque à Rome. Pourtant la violence va se déchaîner et les affrontements se succéder pour s’achever sur la représentation d’une grande bataille sur la scène orientale du futur Empire. C’est aussi un Alix qui donne libre cours à sa fureur gauloise, accompagné d’un Enak à la personnalité plus affirmée , plus ironique, plus sarcastique même, qui vont affronter Arbacès, le bel ennemi grec et pompéien des premières aventures. Tous ces ingrédients sont habilement utilisés pour donner un ton à la fois novateur,  et extrêmement respectueux des canons « martiniens », tant dans le récit que dans le graphisme.

2

J’ai découvert Alix il y a 50 ans et j’ai suivi toutes ses aventures. J’ai parfois été déçu par certains albums, mais celui-ci dégage ce ton amer et désabusé que Jacques Martin savait si bien distiller et son graphisme m’a fait frissonner tant il approchait la perfection des premiers albums dans la reconstitution de l’imagerie de l’Antiquité.

5

AVE ALIX, ceux qui vont pouvoir te lire te saluent!

4

Skippy

5 commentaires sur “Veni Vidi Vici

Ajouter un commentaire

  1. Voilà un duo d’auteurs assez inattendu sur cette série. A voir. Par contre je ne suis pas franchement convaincu que ce style séduise un nouveau lectorat.

    J'aime

  2. Je ne pense pas être très objectif pour parler de cette série que je n’ai jamais lue (même pendant ma jeunesse) car ce n’est pas un genre que j’apprécie que ce soit graphiquement ou au niveau des couleurs quels que soient les auteurs, j’ai toujours trouvé ça ringard !… et ce nouveau tome n’échappe pas à la règle !… Bref, je trouve les notes du dessin très généreuses ! 🙄

    J'aime

  3. Bon. Je manque certainement d’objectivité sur cette série. J’ai découvert Alix, Blake et Mortimer, Tintin, très jeune et j’ai été très impressionné par ce style. Ces variantes de la ligne claire ont (dé)formé mon regard sur la BD. Ce qui explique mon attirance (nostalgique). La culture antique étant une seconde nature chez moi, sans doute à cause d’Alix, comprenez ma notation. Mea culpa.

    J'aime

    1. Bravo pour ton objectivité de reconnaître que, comme moi… nous en manquons tous les deux !… quand on aime, on ne compte pas… et vice versa ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :