Les lumières de l’aérotrain

Scénario : Aurélien Ducoudray
Dessin : Johann Corgié
Éditeur : Grand Angle
84 pages
Date de sortie : 06/06/2018
Genre : tranche de vie, jeunesse, criminalité.

Un récit complet, avec une fin en demi-teinte. […]« les lumières de l’aérotrain » sont passées et d’autres lueurs passeront encore, sans vraiment marquer ma vie de leurs passages. Comme cet aérotrain finalement, que peu de gens connaissent.

Présentation de l’éditeur :

Après l’envie vient la jalousie, puis le mensonge, et le mensonge mène parfois au meurtre… 

Sur le côté droit de la ligne Paris-Toulouse, une structure en béton file sur une dizaine de kilomètres. Elle était destinée dans les années 1970 à accueillir l’aérotrain, projet avorté de train à grande vitesse.

Sous un pilier de cette ruine moderne, Hervé, 17 ans, et Romuald, 12 ans, n’ont pas réussi à décoller, eux non plus. Lucie va apporter pas mal de nouveauté dans leur vie monotone. À 16 ans, avec un père conducteur de train au Japon et une mère richissime, elle a des arguments pour les séduire et leur faire tourner la tête… Mais Lucie ment beaucoup aussi…

LesLumieresdelAerotrain_pl4

Mon avis :

La vie calme et monotone de deux jeunes garçons est mise en lumière par les trains qui passent, ponctuels – si, si, Romuald le dit – et qui se ressemblent. Les vacances viennent de commencer et déjà, les deux amis savent qu’à la rentrée, ça va être pareil. Même classe, mêmes têtes, … sauf que Romuald, outre sa passion des trains – et surtout de l’aérotrain sous les rails duquel ils ont leur planque – a un secret envers son ami Hervé….

Mais qu’à cela ne tienne, ils comptent bien profiter de ces énièmes vacances, toujours les mêmes, dans leur petite ville tranquille où ils vont danser le soir avec leur amie – et un peu bouche-trou, dans tous les sens du terme – Mathilde. Elle est ronde, caissière au supermarché des environs et fricote avec Hervé quand celui-ci veut quelques gâteries.

Ça dépasse le jeune Romuald qui ne sait s’il doit en parler ou continuer à rêver de ses trains et du jour où il sera conducteur. Mais avant même de pouvoir en parler, ou penser en parler, voilà qu’entre dans leur vie Lucie. Elle est belle, aguicheuse, … elle apporte du sang frais et des idées nouvelles au trio. Voire même, beaucoup de piment !

L’aérotrain, finalement, ce n’est qu’une chimère dont les rails servent de ligne conductrice des aventures de ces jeunes paumés. Sauf peut-être Romuald, quoique… ce gamin est intelligent, il ne fréquente, juste, pas les bonnes personnes. Mathilde, ronde, pas des plus mignonnes, fait avec ce qu’elle a, mais surtout ce qu’elle n’a pas : l’estime d’elle-même.

Quant à Hervé, il sait sa vie pourrie et ne fait rien pour l’améliorer. C’est hélas un triste constat intergénérationnel, que ce soit maintenant ou y a 30 ans… et peut-être encore dans les décennies à venir (voyez le triste carnage lors de la célébration de la victoire des bleus à la coupe du monde dernièrement. Des jeunes complètement à la ramasse, qui saccagent tout sans raison, juste le plaisir de pimenter leurs vies médiocres… c’est triste).

PlancheS_61343

Un récit complet, avec une fin en demi-teinte. Est-ce un mal pour un mieux ? Allez savoir. Quoiqu’il en soit, je reste un peu « perplexe ». Ai-je aimé lire cet ouvrage ? M’a-t-il blasée à l’idée qu’ainsi va la jeunesse de nos jours ? Je ne sais pas trop… Disons qu’il est passé dans ma vie, mes lectures, comme ces différents trains que Romuald arrive à nommer à chaque passage, avec l’horaire exact prévu.

Même le dessin ne m’a pas apporté de nouveauté vibrante. À la croisée entre du Cédric et autres classiques jeunesses franco-belge, Corgié n’a pas innové le style. Du coup, « les lumières de l’aérotrain » sont passées et d’autres lueurs passeront encore, sans vraiment marquer ma vie de leurs passages. Comme cet aérotrain finalement, que peu de gens connaissent.

Vous connaissiez, vous ?

ShayHlyn.

4 commentaires sur “Les lumières de l’aérotrain

Ajouter un commentaire

  1. oui, je connais ces vestiges d’aérotrain. c’est dans ma région. les premiers essais ont été faits à Limours (Essonne). les vestiges du monorail en béton sont toujours là et bordent un sentier de randonnée. Ensuite il y a eu une autre voie expérimentale de 18 km construite au nord d’Orléans, entre Artenay et Saran.

    J'aime

    1. Et il reste aussi la « locomotive » de l’aerotrain ? Dans un musée ou autre ? Dans cette bd, on le voit à peine, un rêve d’une vie meilleure qui ne vient pas.

      J'aime

      1. non, pas de musée à ma connaissance. il reste cependant deux aérotrains expérimentaux qui sont exposés de temps en temps des salons.
        Il se dit que se projet fut victime de puissants lobbies et intérêts industriels et politiques …
        pour en savoir plus sur cette aventure industrielle, voici quelques liens :
        http://www.aerotrain.fr/
        https://www.vice.com/fr/article/vdwnja/aerotrain-francais-ruines-orleans
        http://www.limours.fr/L-aerotrain-de-Jean-Bertin

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :