Libertalia – tome 2 – Les murailles d’Éden

Scénario : Rudi Miel ; Fabienne Pigière
Dessin : Paolo Grella
Éditeur : Casterman
Sortie : avril 2018
48 pages
Genre : aventure


Le combat utopique de pirates pour une cité libre.

Résumé

Une ville libertaire, fondée par des pirates, est-elle née à Madagascar, au début du XVIIIe siècle, de l’imagination de Defoe, l’auteur de Robinson Crusoé, ou de la folie d’un gentilhomme français, Misson, en rupture avec son époque, et d’un prêtre italien défroqué, Carracioli, en lutte contre les fastes de l’Église ?
À Libertalia, dans la cité de toutes les utopies, ténèbres et lumières s’affrontent dans une lutte à mort, sans vainqueurs ni perdants.

Libertalia T2_pl

Mon avis

La colonie fondée par le gentilhomme Misson et le prêtre défroqué Carracioli s’anime et le monde dont ils rêvaient commence à prendre forme. Malheureusement, la nature humaine étant ce qu’elle est, les travers des uns et les vices des autres ont tôt fait de grignoter cette belle harmonie libertaire.

Chassez le naturel, il revient au galop ! La paresse des uns, la violence des autres et l’individualisme renaissant risquent fort d’avoir raison de la cité libre. Même les deux initiateurs du projet commencent à avoir des divergences d’opinions et de méthode quant à la gestion de leur communauté. Bref, c’est mal barré !

Le premier tome qui ne m’avait pas tellement inspiré à cause d’une narration trop confuse laissait pourtant poindre l’espoir d’une suite prometteuse. C’est bien le cas avec ce deuxième opus qui s’attarde plus sur le comportement des protagonistes et leurs travers mettant en exergue les limites de l’utopie libertaire. De ce point de vue le récit gagne en intensité et en intérêt d’autant que les auteurs n’ont pas oublié le côté aventureux de l’affaire en ajoutant quelques scènes d’actions dignes d’une bonne histoire de pirates.

Comme dans le premier tome, le dessin réaliste de Paolo Grella est de bonne facture mais la colorisation et son aspect un peu vieillot ne le met franchement pas en valeur.

Entre paradis et enfer, entre ombre et lumière, le troisième et ultime tome nous dira dans quel camp Libertalia aura basculé.

Loubrun

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :