Ayanashi T.1

Scénario : Yukihiro Kajimoto
Dessin : Yukihiro Kajimoto
Éditeur : Glénat
224 pages
Date de sortie : 21/03/2018
Genre : shônen, dark-fantasy, aventure


Le nouveau shônen dark fantasy !

Sans titre 2

Présentation de l’éditeur

Pour fuir les monstres qui ont envahi la surface de la Terre, les humains sont contraints de vivre dans des villes souterraines. Deux enfants y rencontrent Holo, un jeune homme solitaire accompagné d’une chouette et se lient peu à peu d’amitié avec lui. Quand une ombre les menace, il dévoile sa véritable identité : il est un ayanashi, chasseur de démons et son unique but est la vengeance…

Yukihiro Kajimoto vient du monde du jeu vidéo et signe là son premier manga. La richesse de l’univers comme son graphisme rappelant Hiroyuki Asada brilleront dans cet univers de dark fantasy, à l’instar de la flamme de Holo qui chasse l’obscurité.

Sans titre 4

Mon avis

Parfois, il y a des impressions de « déjà vu » qui sont pas mal. Ayanashi est de ceux-là. En effet, en voyant ce monde sous terre, en bonne cinéphile que je tends à devenir, j’ai pensé à « La cité de l’ombre » où les héros sont des enfants persuadés qu’à la surface, tout est mauvais. De même ici, nous rencontrons dans un premier temps Shella et son jeune frère qui s’activent pour s’approvisionner en eau.

Puis quelle ne fut ma surprise de tomber presque nez à… bec avec Edwige (vous savez, le harfang des neiges d’ Harry Potter – la chouette pour les moins ornithologues), qui s’avère, ici, être le compagnon de route du héros dénommé Holo. Ce dernier, assez antisocial malgré un cœur d’or, est un Ayanashi. En d’autres termes, un humain qui a quitté les entrailles de la Terre pour vivre à la surface et ainsi devenir un chasseur de monstres – les Oni.

Sans titre 3

Autant dire que pour ma part, Yukihiro Kajimoto a tapé là où le « déjà vu » ne me gène pas en élaborant un univers sous terre, relativement paisible et lumineux (paradoxal n’est-il pas?!) et un monde à la surface empoisonné par un gaz toxique émanant du corps des susmentionnés Oni, créatures effroyables et sanguinaires qui se délectent de la vitalité de toutes choses et donc forcément : des êtres humains.

Mais pour que l’aventure prenne tout son sens, il fallait bien faire redescendre sous terre notre héros et avec lui, les monstres ! Chose faite sans ménagement, pour nos yeux qui doivent s’adapter à un trait vif et macabre, des créatures qui semblent pataudes à côté d’un héros qui saute et voltige comme un trapéziste dans les airs et de la noirceur en voulez-vous, en voilà. Mais à l’instar d’autres mangas qui aiment à jongler avec le concept de l’obscurité face à la lumière, les enfants ont encore et toujours cette part de candeur et de brillance émanant tant de leurs visages que de leurs façons d’être très bien mis en dessin.

scenar        dessins      ensemble

6_10 7_10 7_10

Bref, un chouette manga du genre heroic-fantasy pour les amateurs du genre,

à lire sans modération.

ShayHlyn.

Un commentaire sur “Ayanashi T.1

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :