Les grandes batailles navales – tome 6 – Stamford Bridge

Dessin : Christian Gine
Scénario : Jean-Yves Delitte ; Roger Seiter
Éditeur : Glénat ; Musée national de la Marine
Sortie : février 2018
48 pages
Genre : Histoire


Impitoyables, mais pas invincibles !

Présentation de l’éditeur

En janvier 1066, le roi d’Angleterre, Édouard le Confesseur, meurt. Il laisse le trône sans héritier direct. Harold II Godwinson, beau frère du roi décédé, est désigné comme nouveau roi. Malheureusement, aussitôt et au nom d’anciennes promesses, Harald III roi de Norvège se manifeste. Il estime que la couronne lui revient de plein droit et afin d’avoir l’assurance d’être entendu, il débarque en Angleterre à la tête d’une armée estimée à 10 000 hommes. Il n’est pas le seul à exiger la couronne anglaise. En Normandie, Guillaume le Bâtard, qui ne porte pas encore le nom plus avantageux de Guillaume le Conquérant, présente les mêmes exigences.

stamford bridge_pl

Mon avis

Harald le Viking et Guillaume le Bâtard sont dans leur bateau, Harald tombe à l’eau, qui devient le roi d’Angleterre ? Ni l’un ni l’autre mon bon monsieur, pour l’instant c’est ce bon Harold qui occupe le trône, et il a bien l’intention de le défendre coûte que coûte. Et il lui en coûtera, car s’il se défait assez facilement des fiers vikings, non pas sur mer, mais à terre où ils sont plus patauds, il se fera finalement avoir par Guillaume le Conquérant (oui, c’est bien lui) à Hastings et devra céder sa place au Normand.

Stamford et Hastings, voilà deux batailles quasiment indissociables qui ont profondément marqué l’histoire de l’Angleterre. Si la seconde est évoquée ici par la course au trône que se livrent Guillaume le conquérant et Harald III, il est bien essentiellement question ici de la bataille de Stamford qui, par la défaite des Vikings, marqua la fin des tentatives de conquêtes de l’Angleterre par les Scandinaves.

Les vikings ont toute leur place dans cette collection Grandes batailles navales. Mais pourquoi Stamford Bridge, qui fut quand même essentiellement une bataille terrestre ? L’histoire racontée ici n’est pas dénuée d’intérêt, mais il n’y a aucune bataille navale dans cet album. Tout au plus une grosse embuscade sur une rivière, mais c’est tout. Du coup, on est loin de la promesse de la couverture, magnifique elle, où l’on voit de robustes Langskips fendre les flots (on ne dit pas Drakkar, sauf dans les films et dans la littérature, parce que quand même ça sonne mieux !). Donc, cette superbe couverture réalisée par Jean-Yves Delitte est à des mille nautiques de ce que vous verrez sur les 48 planches qu’elle abrite. Le dessin de Christian Gine, de facture très classique, est d’une qualité très aléatoire et dans l’ensemble assez médiocre. Les traits sont grossiers Si vous connaissez son travail sur la série Neige, on en est bien loin ! Dommage, car le scénario est bien mené par Jean-YvesDelitte et Roger Seiter qui ont agrémenté les faits historiques d’une pointe de romanesque.

Déception donc pour ce volume, qui manque d’air, de mer, d’embruns et de beaux dessins.

Loubrun

 

 

2 commentaires sur “Les grandes batailles navales – tome 6 – Stamford Bridge

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :