Cintré(e)

Scénario et dessin : Jean-Luc Loyer
Éditeur : Futuropolis
136 pages – cartonné
Parution : 08 février 2018
Roman graphique – autobiographie


Ce récit noir respire l’humour et la tendresse. Les deux personnages portent en eux une même problématique : le rapport à leur corps. Lui par son obésité, elle par son anorexie, consécutive à sa schizophrénie. Il pensait changer la vie de cette gamine, mais c’est la sienne qui va être bouleversée.

3-thumb-142

Présentation :

C’est la rencontre de deux personnages que tout oppose. Lui, timoré et effacé, vit sa vie en pointillé. Dessinateur de bande dessinée, il trimballe sa vie comme il trimballe son obésité. Tout est une charge. Le suicide d’une gamine le hante. Même s’il n’y est pour rien, il se sent coupable. Il aurait dû voir, dire, parler, intervenir… Il supporte docilement sa maîtresse, acariâtre et véritable manipulatrice, qui lui fait espérer une vie qu’il n’aura jamais.
Puis il croise le chemin d’Eléonore. Extravertie, délirante et désinhibée, elle est son opposé. Mais derrière cette façade, elle aussi fuit quelque chose : sa jeune vie chaotique, faite d’alcool, de drogue et de prostitution… Aujourd’hui, elle tente de se reconstruire. Mais son sevrage, sa situation familiale et son caractère laissent apparaître des troubles qui vont s’accroître à grande vitesse.

4-thumb-124

 

5-thumb-90

Mon avis :

Dans le genre autobiographisme (roman graphique autobiographique), cette improbable histoire d’amour diffuse une tendresse qui fait tout le charme de cet album. Sans chercher une ligne narrative précise, Jean-Luc Loyer arrive à entrainer le lecteur dans un parcours chaotique où la douleur n’est jamais loin de situations parfois cocasses. Les lecteurs familiers de son travail retrouveront le ton de « Les Mangeurs de Cailloux » où il racontait son enfance passée dans les corons du Pas-de-Calais.

Il nous livre un récit qui arrive à toucher et procurer une réelle émotion tout en restant pudique. Les thèmes de l’anorexie, de l’obésité, de la schizophrénie ou encore de la difficulté de gagner correctement sa vie comme auteur de bande dessinée sont traités avec une telle douceur et sensibilité qu’on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour les personnages. 

 

Skippy

Un commentaire sur “Cintré(e)

Ajouter un commentaire

  1. le récit est touchant mais je trouve dommage d’avoir opté pour une succession de petits chapitres. je trouve que ça fait une narration un peu trop décousue.
    Le dessin est top en revanche et je l’apprécie autant que je l’ai apprécié dans Sang Noir.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :