Ex-Arm T3

Scénariste : Hirock

Dessinateur : Shin-Ya Komi

Éditeur : Delcourt – Tonkam

224 pages – Science-Fiction

Sortie : le 30 novembre 2016

 

ab7c2-1730063800

Résumé de l’éditeur

Année 2030, sur le port de Tokyo. Un groupe doté de l’« Ex-Arm » nº08, attaque la policière Minami Uezono et sa co-équipière androïde Alma, alors infiltrées dans la transaction de l’« Ex-Arm », arme inconnue. Jouant le tout pour le tout, nos deux compères vont-elles réussir à initialiser l’« Ex-Arm » nº00 qu’elles ont dérobé à leurs assaillants ?!

 

Mon avis :

 Tout démarre avec un « trancheur », un organisme ultra-développé, à la recherche d’une androïde dans une maison de passes. Une maison close qui offre le plaisir dernier cri : des sexoïdes modernes totalement consentantes pour assouvir les désirs d’hommes richissimes. Mais ce lieu de perversion en tout genre referme un ôté bien obscur et maléfique…

Akira Natsume, ayant fait un bond dans le futur, se retrouve être une machine mécanique et électronique de haut standing. Le jeune homme, totalement dépassé par les événements devient un hacker hors-normes traquant du gros gibier, au solde d’une organisation Ex Arm de la police.

 

Suite à deux premiers volumes plutôt faiblards, on s’attendait à une suite de même acabit. Heureusement pour nous, il n’en est rien. On peut enfin espérer entrevoir une porte de sortie de la galère dans laquelle nous nous trouvions.

Soulignons-le tout de même, bien des mystères demeurent… et la trame parachute le lecteur dans un méli-mélo de tous les diables. Néanmoins, certains passages démontrent (temporairement) qu’Ex Arm a du répondant, et qu’il faut en tenir compte. Espérons que la série conserve dorénavant cette cadence et stimule nos sens.

Ce 3ème opus régale par son trait soigné. Les androïdes rappellent immanquablement l’œuvre de Hajime Sorayama. Élégance et sexy, corps aux formes creusées et rebondies, harmonie du métal et de la chair, fusion de la grâce et de la tendance cyberpunk. Le regard en prend pour se rincer l’œil à outrance.

Le clou du spectacle propose ces corps mi-humains mi-métal tranchés, lacérés par des lames plus puissantes que le titane. C’est ainsi que l’on contemple, des visages sectionnés de leur tronc, des mains délicates voltigeants telles des plumes au vent. Extase de l’horreur confronté au morbide.

 

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg Dessin_R_sf_txt_65px.jpg Album_R_sf_txt_65px.jpg

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

Coq de Combat

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :