Enfin libre

Auteurs : Philippe Renaut et David Barou
Éditeur : La boîte à bulles
144 pages
Date de sortie :  04 mars 2020
Genre : introspection, société, roman graphique.

Une œuvre qui est parlante, surtout pour ces pères célibataires et ces enfants élevés par un seul parent […]Alors s’en vient la question du titre, à quel moment les personnages se retrouvent-ils enfin libres ? Délivrés d’un poids que nous ne pouvons que deviner au fil des pages.

Présentation de l’éditeur :

La déambulation onirique d’un père qui doit se retrouver après la fuite de sa fille, désireuse de prendre ses distances.

Au commencement était une lettre… une lettre mystérieuse de Agathe à son père, priant ce dernier de ne surtout pas la rechercher.

Convaincu que sa fille n’est pas partie de son plein gré, monsieur K part à sa recherche dans les rues de Paris.

S’ensuit une longue descente aux enfers, un chemin qui va l’amener à rencontrer puis à passer outre les conseils de personnages énigmatiques tels W. le pragmatique détective, N. le musicien balayeur, Bashô le chat poète, l’araignée sur l’épaule, le petit joueur de bille et… Enfin Libre, eux-mêmes. Ces personnages ne seraient-ils pas, au final, que des parts de lui-même qu’il lui faudra assimiler ?

Pendant ce temps, Agathe, en plein monde onirique, semble œuvrer à retrouver les couleurs et les dimensions d’un monde devenu trop plat pour elle.

L’un et l’autre vont devoir travailler sur eux-mêmes, chacun de leur côté, afin de pouvoir (mieux) se retrouver. Nettoyer son passé, se faire de la place, accepter ses erreurs et avancer.

La musique des sphères leur permettra-t-elle de se retrouver ?

enfin_libre_id593_2_13327_big-99a5f

Mon avis :

Quand j’ai fermé le livre après ma lecture, je me suis demandée comment chroniquer cet ouvrage ? Souvent, je me pose cette question quand je n’ai pas aimé, mais là, c’était plutôt sans savoir si ma critique refléterait l’idée même des auteurs. C’est alors qu’il me parut évident que « Enfin libre » allait avoir autant d’interprétations que de lecteurs, ou groupes de lecteurs. C’est une œuvre qui est parlante, surtout pour ces pères célibataires et ces enfants élevés par un seul parent.

Peut-on penser qu’Agathe se sente enfin libre en ayant quitté son foyer monoparental ? Pas si sûr… Son père, Monsieur K, serait-il enfin libéré de ses devoirs envers sa fille ? Bien au contraire ! En perdant celle-ci, il se retrouve d’autant plus inquiet et déterminé à agir en bon parent en cherchant son enfant.

Alors s’en vient la question du titre, à quel moment les personnages se retrouvent-ils enfin libres ? Délivrés d’un poids que nous ne pouvons que deviner au fil des pages. Une délivrance qui arrive quand les deux protagonistes principaux, séparés tout du long, se retrouvent après un tel chemin parcouru séparément. Un père qui réalise que l’important se résume à l’essentiel, que le superflu n’est qu’une source d’encombrements et de poids sur les épaules ; une fille qui peut être elle-même et s’ouvrir à son père pour avancer ensemble.

Quelle histoire ! Mais quel beau message.

visuel_enfinlibre_12719_zoomed

Une introspection qui peut trouver sa place dans nos têtes en ces moments de confinements, se remémorer l’essentiel et se débarrasser du superflu pour une vie heureuse et en harmonie. De quoi faire réfléchir plus d’un d’entre nous sur nos vies respectives pour aller de l’avant.

Alors même si le dessin n’est pas folichon, « Enfin libre » ne demande qu’à être lu en mettant en valeur le plus important : le message véhiculé.

 

 

Soyez prudent, protégez-vous et protégez les autres en restant chez vous.
Ensemble, même séparément, on est plus fort.
De tout cœur avec vous en cette période difficile,

ShayHlyn.

5 commentaires sur “Enfin libre

Ajouter un commentaire

  1. C’est drôle, le résumé de ta chronique en 3 mots, introspection, essentiel et superflu m’ont rappelé le doc de Fr2 qui suivait le journal aujourd’hui. Un doc sur le bouddhiste Matthieu Ricard « l’homme le plus heureux du monde » qui prônait la même approche lors de ses méditations.
    Je viens de commencer à lire cet album mais j’ai renoncé au bout de quelques dizaines de pages car j’ai du mal à me concentrer sur l’onirisme… la méditation c’est pas mon truc… ça me faisait déjà ça pour la relaxation.🙄
    Quant à Enfin libre, c’est aussi le nom du duo d’auteurs.😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :