Les Cardinaux (Les Grandes batailles navales)

Auteur : Jean-Yves Delitte
Editeur : Glénat
Genre : Historique
Sortie : le 26 octobre 2022

Avis de l’éditeur :

En ce milieu du XVIIIe siècle le Saint Empire ne cesse plus de s’effondrer, rongé par d’incessantes guerres intestines. Des guerres qui se sont malheureusement conclues par des traités de paix a la rédaction imparfaite.

Mon avis :

Avant les découvertes de taille dans le domaine de l’aéronautique, les traversées en mer furent durant des millénaires le moyen de transport adapté sur de longues distances. L’océan et ses réserves naturelles pour combler des peuples entiers ; la mer à perte de vue qui réconforte à la découverte d’une nouvelle île ou qui pétrit de peur, avalant tel un monstre affamé les plus grands navires…

L’océan réconforte ou détruit le plus vaillant guerrier.

La bataille des Cardinaux narre l’un de ces récits éprouvants, mettant en scène les ennemis de longue date que sont la France & l’Angleterre durant le règne de Louis XV.

Au château de Versailles en 1759, la Marquise s’entretient avec le secrétaire de la Marine quant aux récentes défaites et victoires de leurs armées. Mis à mal par des anglais ou des prusses, ils comptent bien fomenter un projet se déroulant à Brest qui contribuerait à de belles victoires. Au même instant en Bretagne, Monsieur Hunter joue à l’espion, usurpant l’identité d’un officier, profitant de la marine française délocalisée.  Déguisé avec un uniforme français, il prévient  le Commander Thomas avant de rejoindre la frégate « la Vengeance ».

Les cardinaux_Les grandes batailles navales_Jean-Yves Delitte_Glenat_Historique_extrait

Après des titres tels que Jutland, Le Bismarck ou encore Midway, les grandes batailles navales empruntent cette fois-ci l’itinéraire des Cardinaux. Comme c’est généralement le cas, Jean-Yves Delitte nous livre un album soigné et prenant. Qu’il s’agisse de soldats anglais ou français, de simples gardes-côtes ou de capitaines, ses protagonistes affichent fière allure dans leur verbal, et ce en dépit du contexte belliqueux les tiraillant. Des dialogues agréables aux oreilles empreints d’argots, des stratégies en hauts lieux mais pas seulement puisque chacun a son mot à dire, à l’instar des complots menés au sein d’une même nation.

Comme stipulé : Ce qui prédomine n’est point les meilleures armes, mais de connaître les cartes de l’ennemi afin de les utiliser à bon escient.

La touche graphique, quant à elle, se veut méritante et truffée de détails. Un trait hachuré, presque désinvolte par moments, mais se mariant avec son contenu. Cet album comporte finalement peu voire presque pas de scènes d’action, si ce n’est son final, mais se concentre sur des tactiques et autres anticipations militaires.

Les planches 16 et 17 illustrent à merveille le talent de Jean-Yves Delitte, dévoilant sur une double page le port d’attache de Portsmouth et ses escadres minutieusement dessinées. Aucun détail n’est laissé au hasard. Certes, comme c’est le cas pour la majorité des planches des Cardinaux, l’impression même de contempler des gravures photos prend l’ascendant sur le rythme. Comme si la caméra se plaçait instinctivement sur la touche « Pause ». Admirable. Et l’artiste remet le couvert à 3 autres reprises à l’aide de doubles pleines pages de haut standing.

Les grandes batailles navales signées Delitte prônent une mise en scène des plus robustes. Graphiquement, ce titre envoie du très lourd en matière de frégate. Pas toujours concluant au niveau des faciès des protagonistes, bouffis ou minés, même pour les gens de la haute mais l’essentiel de cette thématique repose sur la qualité graphique de ses moyens de locomotion maritime.

Coq de Combat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :