Black Alligator  

Scénaristes : Doc JPP & José Jover
Dessinateur : Doc JPP
Editeur : Tartamudo
Genre : Fantastique
Sortie : le 25 juin 2021

Un titre presque inclassable, un OVNi qui a le mérite certes d’exister, mais difficile d’estimer, s’il perdurera dans les sphères célestes du temps.

Avis de l’éditeur :

Petit Journal Montparnasse, quatre vieux rockers, anciens mauvais garçons, anciens musiciens et chanteurs, s’y retrouvent. Des vieilles gloires déchues du Golf Drouot et du Bus Palladium à Paris, les zigues ont été célèbres l’espace de quelques galettes vinyles. Il y a FRELON, ouvrier imprimeur bientôt à la retraite, RICKY, maçon mais pas franc, bientôt à la retraite aussi, GENE EVERETT, un mécanicien qui va fermer son garage, et LA HYENE, un brocanteur receleur qui vient de sortir de prison.

Mon avis :

Imaginez quatre anciens rockeurs quasiment laissés-pour-compte, qui ont certes eu leur heure de gloire, mais qui n’en mènent pas large au quotidien. La hyène tout fraîchement sorti de prison, Ricky le maçon bossant dur même durant les intempéries, Frelon ouvrier déprimé pour une imprimerie et enfin, Gene un mécano amateur de bolides à l’ancienne.

Black Alligator_Doc JPP_Jose Jover_Tartamudo_extrait

Quatre potes pour la vie qui entament leur grand retour de manière plutôt extravagante. Un pour tous et tous pour un ! Ces baltringues se lancent dans un périple non sans danger : Ils invoquent, lors d’un rituel funeste, le dieu noir du rock, soit le Big Black Alligator, venu des entrailles des enfers pour leur proposer un marché ; celui de retrouver leurs heures de gloire, être entourés de groupies en chaleur, être riches à millions, avec en seule contrepartie de chanter l’unique titre Big Black Alligator, telle une messe noire… un récital provoquant la furie des fans.

Bien que notre quatuor réalise leur dessein, les effets secondaires ne se font pas attendre. Durant leurs heures de spectacles, ils rajeunissent et forniquent à tout-va, mais une fois au dehors, personne ne les connaît, devenus tour à tour, d’infâmes vieillards sans répondant…

Voici un titre pour le moins loufoque et exotique, bien que soyons francs et honnêtes : la véritable difficulté pour les auteurs sera immanquablement de pousser le lectorat à feuilleter ce petit bouquin format rectangulaire, s’adressant finalement à un public fort restreint.

Et pourtant, le duo d’artistes Doc JPP & José Jover s’en donnent à cœur joie mêlant adroitement d’anciens rockeurs à une forme d’ésotérisme. L’entrée en matière plutôt légère manque de réelle profondeur pour nous y faire croire totalement, bien que cette trame se lise d’une traite, contribuant à nous divertir comme il se doit.

La touche graphique tout aussi loufoque, refroidira plus d’un lecteur par un style déstructuré, empreint de caricatures d’une génération rock des sixties et seventies.

Un titre presque inclassable, un OVNi qui a le mérite certes d’exister, mais difficile d’estimer, s’il perdurera dans les sphères célestes du temps.

Coq de Combat

2 commentaires sur “Black Alligator  

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :