Le clan des Otori T02  

Le silence du rossignol

Auteurs : Stéphane Melchior & Benjamin Bachelier
D’après l’œuvre originale de Lian Hearn
Éditeur : 
Gallimard
80 pages
Date de sortie : 27 octobre 2021
Genre : aventure, action, adaptation

« Comme tous les ans à la saison des typhons, La pluie causait des ravages. Jadis, ce pays était Otori : seigneurs et paysans collaboraient à l’entretien des digues et barrages. Mais, depuis que les Tohan avaient pris le pouvoir, le désespoir régnait.

Autrefois, j’aurais partagé le sort de ces paysans. Autrefois, sire Shigeru aurait veillé sur eux. »

Présentation de l’éditeur :

L’adaptation en bande dessinée du roman de Lian Hearn.

Takeo, sauvé du massacre des siens par Otori Shigeru, est maintenant au cœur des luttes entre les seigneurs de la guerre. Kaede, otage des Tohan, est promise à dire Otori pour sceller une réconciliation politique. Pièges, trahisons, combats, sanglants… Takeo et Kaede doivent parer les coups mortels pour accomplir leur destin.

Le clan des Otori_T02_Le silence du rossignol_Lian Hearn_Stephane Melchior_Benjamin Bachelier_Gallimard_extrait

Mon avis :

L’aventure de Takeo se poursuit, le menant inexorablement vers son destin… et son amour impossible pour la belle Kaede. Celle-ci étant promise au père adoptif de notre héros, difficile pour ce dernier de dévoiler ses sentiments et encore moins de tenter de fuir avec sa dulcinée. Une tragédie amoureuse qui démontre la grande notion de respect du Japon. Bien que né du peuple, Takeo a finalement reçu une éducation qui lui interdit de trahir honneur et reconnaissance qu’il a envers Shigeru Otori.

Qui plus est, si la romance pointe le bout de son nez avec nos deux tourtereaux, la vengeance reste la clef de voute de l’intrigue. Tôt ou tard, Takeo sera confronté à son destin : celui d’assassiner Iida, responsable de l’anéantissement de son village natal ! « Le clan des Otori » reste une saga où se mélangent amour, intrigues, politique et la mort pour plus d’une personne.

Le clan des Otori_T02_Le silence du rossignol_Lian Hearn_Stephane Melchior_Benjamin Bachelier_Gallimard_illustration

Toutefois, sans connaître la puissance du roman de Lian Hearn, difficile de savoir si Stéphane Melchior a suivi la ligne ‘prude’ de l’auteur ou si son scénario est trop fade dans les (res)sentiments comme le trouble des deux jeunes gens dont le regard se croise, les joues s’enflamment et le cœur s’emballe ; ou encore quand Takeo voit des hommes de son peuple – les invisibles – suspendus par les pieds aux murs d’enceinte de la ville, attendant une mort lente et douloureuse entre faim, courbatures lancinantes dans tous le corps et attaques de corbeaux charognards.

Et si le roman était plus poignant ?

De même que le dessin de Benjamin Bachelier : si seulement il avait pu être plus fluide, plus harmonieux… Si l’appréciation était déjà mi-figue, mi-raisin dans le premier tome, force est de constater que ça ne s’arrange pas dans ce deuxième opus. Hormis quelques planches oniriques qui laissent un brin rêveur, le dessin haché, expéditif teinté de couleurs oppressantes n’arrange rien. Reste donc à lire le roman, et qui sait : tomber alors amoureux de l’histoire… ou pas.

ShayHlyn.

2 commentaires sur “Le clan des Otori T02  

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :