Bande des cinés : Howard… une nouvelle race de héros

Mise en scène : Willard Huyck
acteurs principaux : Lea Thompson, Jeffrey Jones, Tim Robbins
Durée : 1H51
Date de sortie : 10/12/1986
Genre : fantastique

 

La bande dessinée :

Howard the Duck (littéralement « Howard le Canard ») est un personnage de comics créé par Steve Gerber et Val Mayerik. Il apparait pour la première fois dans « Adventure Into Fear » #19 en , édité par Marvel Comics. Howard T. Duck est un canard humanoïde parlant. Il arrive sur terre par hasard et va y vivre des aventures en compagnie d’une humaine, Beverly Switzler. Howard est un personnage un peu à part dans la continuité Marvel bien qu’il en fasse complétement partie.

Howard the duck comics

Le scénario du film :

Howard T. Duck est un canard humanoïde qui vit sur une planète peuplée de canards comme lui. Mais un jour, alors qu’il se prélasse sur son fauteuil, il se retrouve aspiré dans l’espace et atterrit sur la planète Terre. Il est recueilli par une rockeuse, Beverly, qui le présente à un de ses amis : le jeune laborantin Phil Blumburtt. Après avoir fait son enquête, Phil découvre ce qui a fait venir Howard de sa planète jusqu’à la Terre : un laboratoire d’astrophysique, «Dynatechnics», a créé un nouveau canon spectroscope à laser et l’a essayé mais le rayon émis par le canon a touché le salon de Howard sur sa planète ce qui l’a transporté sur Terre.

bande des cinés Howard

Mon avis :

Voici donc notre deuxième critique de film tiré d’une bande dessinée et nous innovons avec la superbe banderole en titre, créée par notre artiste maison, Dgege.

Howard a la particularité d’être classé comme le plus mauvais film des années 80, mais est aussi devenu un film culte pour les fans du personnage et c’est, en outre, le premier long métrage tiré d’un comic de la Marvel. Le film a le charme des productions joyeuses et débridées des années 80, mais les effets spéciaux de l’époque n’avaient rien à voir avec ceux, numériques, d’aujourd’hui (bien que réalisés par la société du producteur, George Lucas). Howard est une marionnette dont la tête animatronique est pilotée à distance par un technicien (un acteur faisant le reste derrière le costume). Le public de l’époque n’a pas adhéré à ce canard tenant des conversations avec des humains (les dialogues étaient d’ailleurs très adultes et un peu osés). Le film oscille entre comédie pour enfants et satyre de l’époque. Le grand méchant, arrivé sur terre de la même façon mais d’une autre planète, est, lui, animé par la technique de l’image par image. Le matte painting est aussi très utilisé. Le tout fait que le film est un peu trop daté de nos jours. Si l’histoire et les agissements de ce canard un peu grivois passent bien en bande dessinée, le résultat est donc moins évident au cinéma. Steve Gerber qui avait écrit le scénario a, depuis, renié le film ! Reste une très belle partition musicale signée John Barry (musicien attitré des James Bond, Oscar pour « Danse avec les loups », entre autres) et quelques dialogues savoureux entre Howard et sa charmante amie, Lea Thompson (connue à l’époque pour la série de films « Retour vers le futur »). 

howard10

Gros échec commercial, ayant couté sa place au patron des studios Universal, et reçu 7 nominations aux Razzie Awards (dont celles du plus mauvais film, pire réalisateur, pire acteur, etc.), Howard mérite cependant d’être redécouvert de nos jours.

JR

 

6 commentaires sur “Bande des cinés : Howard… une nouvelle race de héros

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :