Sapiens Imperium T01

Scénariste : Sam Timel
Dessinateur : Jorge Miguel
Editeur : Les Humanoïdes Associés
Genre : Science-Fiction
Sortie : le 16 juin 2021

Avis de l’éditeur :

Spoliés de tous leurs droits par l’Imperium, le peuple Khelek et leurs alliés survivent depuis plusieurs générations dans les entrailles de Tazma, la planète-prison.

Mon avis :

L’imperium de la dynastie Kerkan règne sur plus de 500 milliards d’êtres intelligents, certains humains, d’autres des créatures telles que les Lektars, asservis jusque dans leurs derniers retranchements, démunis des ressources vitales et, bien qu’utilisés parfois au titre de messagers ou d’intermédiaires, ne représentent qu’au final de vils esclaves.

Des Kheleks, des Xlotis, ou autres Hengus : tous sont à la solde de l’imperium, sous la coupe de l’avidité de Malathon, chef subordonné à l’empereur tout-puissant.

Daridian & Réa, amoureux de longue date, ont d’autres projets que leurs funestes ancêtres : quitter Tazma, cette planète gouttière où chaque recoin ne mène qu’à une nouvelle désillusion. Une passerelle mènerait à l’extérieur donnant accès à un vaisseau marchand, synonyme d’espoir bien qu’illusoire de pouvoir quitter cet endroit de désolation.

Mais les clans, bien que tous esclaves, se chamaillent et s’entretuent sans raison… si ce n’est d’exterminer Daridian, le dernier prince Khelek. C’est ainsi que ce dernier s’échappe par un lac le projetant ailleurs tandis que les tensions montent entre tribus…

sapiens imperium_Sam Timel_Jorge Miguel_T01_Humanoides associes_extrait

Sapiens Imperium déborde d’énergie vitale, bien que la cruauté et le manque de ressource première se notent sur la majorité de ses protagonistes. D’anciens princes et princesses traités comme de vils sujets anodins, esclaves pour un maitre tyran. Une prison fantôme, où l’extérieur est marqué par un vent glacial, gelant tout espoir quelconque. Des individus terrés vers les profondeurs ou circulent des crevasses teintées de jets de lumière bleuâtres.

Et quiconque oserait s’opposer au système dictatorial, se verrait confronté aux terribles machines de fer du commandant Malathon. Un challenge de taille attend Daridian, dont le père vient d’être exécuté et la mère utilisée comme la dernière des catins.

sapiens imperium_Sam Timel_Jorge Miguel_T01_Humanoides associes_extrait2

Pour cette trame exclusivement sur fond de Science-Fiction, Sam Timel utilise divers ingrédients de taille, se référant indirectement à plusieurs sagas dont Star Wars pour la conception de certains vaisseaux spatiaux ou capsules de locomotion, ainsi qu’Avatar pour ce qui touche aux bobines des Laktars (notamment les enfants), bien qu’ici, ils ne soient pas peints en bleu. On pourrait d’ailleurs s’étendre sur le sujet des comparaisons à plus d’un titre, à savoir une touche à la Fortress (Christophe Lambert) ou encore Absolom 2022 avec Ray Liotta.

On peut toutefois se perdre dans ce dédale obscur tellement les protagonistes sont nombreux. Facilement repérables à leur faciès, néanmoins complexe, voire insupportable à retenir leurs noms improbables. L’évolution scénaristique quant à elle, tient le lecteur en haleine avec de nombreux rebondissements incessants. L’un des protagonistes central décède et l’auteur prend le soin de corriger le tir par l’apparition de l’un des deux fils ennemis qui se rallie à la cause des détenus. Peut-être un schéma téléphoné mais plutôt efficace dans sa structure.

Le trait de Jorge Miguel, loin de briller, est cependant en adéquation avec le rituel scénaristique. Des planches aux couleurs vives essentiellement travaillées lors des séquences en plein jour, permettant de s’attarder sur quelques esquisses de qualité.

Les créatures non-humaines ainsi que les navettes spatiales complètent agréablement ce tableau de bord. Les protagonistes demeurent le point d’interrogation, comme c’est souvent le cas dont les avis seront sans nul doute partagés.

Un premier cycle pour le moins explosif dont la suite sera attendue au tournant.
Coq de Combat

Un commentaire sur “Sapiens Imperium T01

Ajouter un commentaire

  1. J’espère que l’ensemble de l’histoire est plus compréhensible et cohérente que le résumé qui en est fait, car ça parait très brouillon.
    Le graphisme est sympa, mais les couleurs sont ternes.
    Bref, je ne suis pas séduit par le pitch et reste sceptique sur le résultat final et je me demande toujours ce que consomment les scénaristes qui nous pondent ça !🙄

    J'aime

Répondre à dgege Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :