Bad News : L’histoire du Porn

Auteur : Davy Mourier
Editeur : Shampooing
Genre : Humour
Sortie : le 26 mai 2021

Avis de l’éditeur :

A travers le prisme de l’auteur Davy Mourier, également animateur de l’émission BadNews sur YouTube, découvrez ce voyage au coeur du porno, des grottes préhistoriques aux OnlyFans. Davy nous y raconte ses « rencontres » avec des cam girls, usant de son dessin « un chouilla moyen »… On ne vous promet pas des érections, mais un peu de réflexion.

Mon avis :

En 2021, le milieu du X a déversé ses électrons libres sur la quasi-totalité de la surface de la planète Terre. Il est donc chose aisée pour la majorité des européens et des américains d’être alimentés par des images pornographiques à longueur de journée, qu’on le souhaite ou non, puisqu’apparaissant sous toutes formes de médias. Mais qu’en était-il auparavant si l’on bascule vers les décennies ou les siècles précédents ? Tout dépend également du lieu géographique où nous vivons, les mœurs différentes d’un lieu à l’autre. Qui plus est, la sexualité s’est vue pousser des ailes dans certaines traditions ou religions l’encourageant sous toutes ses formes, comme c’est le cas en Inde ou le Kamasutra a vu le jour, tandis que certaines doctrines l’évitent, ou le contournent comme la peste bubonique.

Voici donc l’œuvre pointilleuse, explorée et détaillée par Davy Mourier sur l’univers du porno, de ses origines, ses racines, son évolution, ses tendances, ses nombreuses reconversions afin de tenir le client en alerte et créer à l’aide de technologies modernes un choix éclectique de variétés pour hommes, pour femmes quelles que soient leurs orientations sexuelles.

Bad news_lhistoire du porn_Davy Mourier_Shampooing_extrait

Davy Mourier a enquêté auprès de professionnels du sexe, essentiellement des stars du X et de leurs méthodes de travail (généralement rudes et fortement concurrentielles), de ce que ces hardeuses (ou hardeurs) tolèrent et dans quelles conditions, ainsi que les arnaques (comme le décrit l’auteur pour certaines filles issues des pays de l’est).

Ce Bad News – L’histoire du Porn se veut à la fois sérieux mais également désopilant. Drôle certes, mais hyper réaliste (tout ce qui est transcrit ici résulte de la véritable vie de ces comédiennes, Davy Mourier s’attarde essentiellement aux interviews de femmes et de leur évolution dans ce bizness au fur et à mesure des années).

Une carrière dans le porno est-ce possible ? Lorsqu’on s’appelle Annette Schwarz, Bree Olson ou Bobbi Starr, il va sans dire, avec les centaines de films que ses actrices ont usés de leurs charmes, mais qu’en est-il des milliers d’autres ?

Petit retour en arrière : En France, le 1er porno date de 1908 (l’écu d’or ou la bonne auberge) avec une scène de ménage… Les pornographes instaurent leurs hobbys (sans se douter du côté lucratif que cela donnera par la suite) mais sont également soumis aux normes de la censure. Betty Boop a donc dû se raviser et ranger ses porte jarretelles au placard et les créateurs ont dû s’adapter en… zigouillant son pauvre homme chien Bimbo, de peur de représailles.

Bad news_lhistoire du porn_Davy Mourier_Shampooing_extrait3

Certes, nous n’en étions qu’aux prémices ou dévoiler un mollet ou un bout de sein ne pouvaient nullement être comparé aux doubles sodomies (voire triple) (sacrés acrobates tout de même), mais pour l’époque, Les Maurice et Ginette devaient s’en donner à cœur joie.

Car comme le stipule fort bien l’auteur, trop de porno tue le porno. C’est à peu près le même principe dans tous les domaines. Les Etats Unis suivis par l’Allemagne sont classés dans le top des ventes en matière de production de films X. Il suffit de constater les grands labels ricains (Brazzers, Bangbros, Relity Kings …) et le fameux (entre autres) John Thompson pour son industrie GGG… A eux seuls, ils répondent présents !

Bon bref, Ce Bad News ne se limite pas à jongler avec des statistiques chiffrées (bien qu’utiles), il énumère l’évolution du porno au-delà des années. Les années 80, ça vous parle ? Le vaste marché du sexe était florissant et juteux, les starlettes engrangaient un max de fric, certaines s’étant créées un véritable empire financier. Forcément, plus le contenu se veut hard, plus les poches se remplissent ou les bourses se vident (le principe des vases communicants). La période du Minitel, du Canal +, de la vidéo amateure et pro, puis… Vint le sbire ultime qui créa une contre balance : internet ! Le web porn et ses nombreuses rubriques (10% de l’ensemble du net dirige vers du porno)

Pour info, chaque seconde 28258 personnes mâtaient du X en 2018. Pandémie oblige, on peut nettement recalculer ce sondage à la hausse.

D’après les méticuleuses recherches de Davy Mourier, voici les titres les plus ciblés en matière d’orientation sexuelle : vient en tête le répertoire lesbien, puis nos chers Hentai du pays du soleil levant, et la médaille de bronze pour les MILF (Mother I’d Like to F..k ).

Bad news_lhistoire du porn_Davy Mourier_Shampooing_extrait2

Finalement, que retenir de cet émouvant et passionnant récit de l’histoire du porn ? Osé peut-être mais concrètement réaliste. Le titre de lui-même si on le feuillette, c’est que de toute évidence, on en ressent une curiosité ou un désir naissant (et pour certains une mini bible au temple de la luxure).

Notons que tout du long, cet ouvrage est désopilant et ne retrace que pure vérité.

Seul bémol, un style graphique on ne peut plus basique, sans profondeur ni arrière champ. Ce titre aurait pu être un pur chef d’œuvre avec un trait de qualité. Mais l’essentiel est là, véhiculé par une énergie boulimique à grande vitesse.

Félicitations à l’auteur pour ses nombreuses recherches, appuyées sur une enquête approfondie d’interviews de spécialistes du X et de tout ce qui l’entoure.

Coq de Combat

4 commentaires sur “Bad News : L’histoire du Porn

Ajouter un commentaire

    1. C’est aussi ce que je me suis dit en lisant sa chronique, d’autant qu’un des paragraphes commence par « Bon bref, Ce Bad News ne se limite pas à… », mais j’ai eu du boulot à tout lire !😅
      Un passage aussi « … plus le contenu se veut hard, plus les poches se remplissent ou les bourses se vident… », m’a fait rire et penser à un autre genre de bourses !🤣
      Bref, j’étais épuisé à la fin.🥵

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :