Curtiss Hill

Auteur : Pau
Editeur : Paquet
Genre : Animalier
Sortie : le 17 février 2021

Avis de l’éditeur :

Deux pilotes de course automobiles que tout oppose, sauf le talent au volant. Curtiss Hill est beau, riche, fair-play, brillant en société. Rowlf Zeichner, originaire d’un pays tombé en dictature militaire et brutale, agit dans l’ombre et ne recule devant aucune bassesse pour remporter la victoire.

Mon avis :

Des pilotes automobiles animaliers qui risquent leur vie à chaque championnat. Si cela a beau surprendre le lecteur, c’est pourtant monnaie courante à Melon City. Où des chiens, principalement, mais également des lapins ou des rats s’adonnent à ce sport agitant une foule en délire.

Curtis Hill_Pau_Paquet_extrait2

Deux pilotes se démarquent : Curtiss Hill, le méga champion, orgueilleux et playboy (ou play dog dans ce cas-ci) toujours accompagné de son ingénieur timide et réservé, Dino. Le premier amasse des fortunes, couche à tout-va et est sans pareil pour tromper et triompher, tandis que le second passe ses soirées au garage à fabriquer sa prochaine automobile. D’un autre côté, le grand rival de notre duo, Rowlf Zeichner, souhaite plus que tout rompre sa mauvaise série de défaites, usant de tous les stratagèmes pour arriver à ses fins…

Nous voici une fois encore face à un récit dans lequel les personnages animaliers sont animés par une âme, une raison, … les faisant, jouer leur rôle tels des humains. Des courses de formules 1 avec son lot d’accidentés de la route, des gagnants que tout le monde acclame et des perdants frustrés. Mais pas seulement !

Curtis Hill_Pau_Paquet_extrait

Là où l’auteur Pau surprend, c’est d’y joindre des éléments externes au récit de base, comme le personnage de la journaliste Maugène Berk, loin de sombrer dans les bras de la vedette Curtiss Hill comme bon nombre d’autres protagonistes. Des éléments tels que la fraternité, l’avarice et surtout le cartel de trafic clandestins (ici des chats) sont adroitement travaillés.

L’auteur maitrise son élément bien qu’on aurait pu intituler ce one shot Dino, étant donné qu’il imprègne une vaste partie de ce scénario. D’autant que contrairement à son ami Curtiss, il joue la carte de la franchise bien que se mettant volontairement en retrait face à la presse et au côté prestigieux.

La partie graphique de bonne facture met en relief l’éventail animalier sous son meilleur jour. Il ne suffit pas d’introduire des rats et des chiens, mais exclusivement de leur donner vie, comme l’aurait réalisé Walt Disney. La particularité de Pau sera alors de coloriser toutes ses planches en Sépia, donnant un certain cachet et un aspect d’époque à cet album.

Un titre agréable laissant au lecteur la possibilité de se projeter en fin d’album vers une fin ouverte.

Coq de Combat

2 commentaires sur “Curtiss Hill

Ajouter un commentaire

  1. J’ai un peu de mal avec les BD animalières anthropomorphes (Blacksad passait au début) sauf quand c’est humoristique comme Lapinot. Ça passe mieux quand ce sont des vrais animaux qui ont la parole.
    Là, ce sont les ombres sur le mur de vrais animaux qui m’interpellent !

    J'aime

Répondre à dgege Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :