Ballade pour Sophie

Scénario : Filipe Melo
Dessin : Juan Cavia
Éditeur : Paquet
305pages
Date de sortie :  janvier 2021
Genre : roman graphique

 


« – Votre fils est séduisant, ambitieux, …il peut obtenir ce qu’il veut. Concerts, notoriété, une fortune considérable. »

 

Présentation de l’éditeur

L’histoire de 2 pianistes pris dans les aléas historiques des années 1930 à 1970 en France. Deux personnes que tout oppose: l’un connaitra le succès et la gloire, l’autre restera à jamais obscur. Un roman graphique en hommage à la musique, par Filipe melo, scénariste, réalisateur de films… et pianiste professionnel.

 

 

 

Mon avis

Destins croisés de deux génies musicaux aux parcours radicalement différents.

Deux jeunes pianistes, tous deux très doués mais l’un plus que l’autre, se croisent lors d’un concours national. L’un est issu d’un milieu fortuné et a appris le piano sous la pression exigeante de sa mère. C’est Julien Dubois. L’autre est le fils du régisseur du théâtre où se déroule le concours et est inscrit au dernier moment, sous les sourires narquois des organisateurs. Il est autodidacte et joue de mémoire et à la perfection les 27 études de Chopin devant une salle envoutée par les notes s’échappant de l’instrument. C’est Frédéric Simon. Bien que ce dernier ait mieux joué, c’est Julien Dubois qui remporte le prix.

Dès lors leurs vies basculent dans un parcours hors normes, semé de jalousie, de passion, de drames, de rivalités, de haine et d’amour, de tromperie, de folie, de regrets et de compromissions. Quand Julien Dubois vend son âme et son talent à l’industrie du disque et du divertissement, Frédéric Simon consacre sa vie à la musique sans jamais chercher à tirer une quelconque gloire de son talent.

En autant de chapitres qu’il y a de personnages, les destins croisés de ces deux virtuoses sont recueillis par une jeune journaliste auprès de Julien Dubois reclus dans son manoir, rongé par les regrets, nous livrant ses souvenirs sans retenue.

On s’attache très vite à ce personnage pourtant assez antipathique, mais dont on décèle les fragilités.

Le dessin très anguleux de Juan Cavia pourra tout autant séduire que rebuter ! Pour ma part, il m’a plutôt séduit. Il y a beaucoup d’expressivité dans ses traits et de vivacité dans sa mise en page. Et puis la mise en couleur chaleureuse associée à un léger tramage donne un petit côté vintage et décalé assez sympa.

Cette ballade est un bel hommage à la musique et aux virtuoses qui, souvent dévorés par leur talent, la subliment ou la dénaturent. Un vibrant hommage aux artistes aussi, à leurs faiblesses, leurs souffrances, particulièrement quand la célébrité leur tend les bras.

Une ballade pleine d’émotions et de surprises avec un dénouement inattendu.

 

Loubrun

 

2 commentaires sur “Ballade pour Sophie

Ajouter un commentaire

Répondre à toutloperaoupresque655890715 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :