Le don de Rachel

Scénario : Anne-Caroline Pandolfo
Dessin : Terkel Risbjerg
Éditeur : Casterman
200 pages
Date de sortie : 17 mars 2021
Genre : roman graphique, tranche de vie, surnaturel

Qu’auriez-vous fait si vous l’aviez rencontrée, il y a 200 ans, hier ou demain ? Bonne question…

Présentation de l’éditeur :

Trouver sa voie, envers et contre tous, même au-delà du possible

Paris, 1848. Rachel a un don. Elle peut lire à travers le temps, les lieux, les gens et leurs histoires. Elle rêve de provoquer chez ses semblables une ouverture vers de nouveaux horizons. Sorcière pour les uns, phénomène de foire pour les autres, elle s’épuise et peine à trouver sa place. Un jour, elle disparaît sans laisser de traces…

Bien des années plus tard, Liv, metteure en scène de théâtre, et Virginia, photographe, croisent le chemin de Rachel au cœur de leur démarche artistique. Rachel aurait-elle enfin trouvé sa voie par le biais d’une sororité créative défiant les lois de la raison ?

Le don de Rachel_Pandolfo_Risbjerg_Casterman_extrait

Mon avis :

Et si Rachel avait vu ce qui allait se passer ? Si, dans ses visions, cette voyante extra-lucide avait pu voir que sa vie serait ainsi retracée dans un ballet à Copenhague, que son visage allait continuellement accompagner une jeune photographe ? Parce que, de prime abord, rien ne semble véritablement relier ces 3 femmes… Bien que Liv soit la metteuse en scène qui souhaite retracer la vie de cette femme énigmatique disparue sans laisser la moindre trace, il faut lire son cheminement artistique pour comprendre à quel point elle est liée à Rachel.

Rachel. Cette femme au regard captivant si souvent bandé pour accroitre l’effet de stupeur face à ses révélations sur ce qui l’entoure ou ce qui est à venir. Elle est médium, et quand on voit qu’elle est capable de retranscrire, 10 ans en avance, ce que Victor Hugo écrira… il y a de quoi croire en son talent. Son don ! Pourtant, à l’époque où le vieux continent se passionne pour le paranormal, Rachel n’est qu’un « singe savant » aux yeux des riches aristocrates qui l’invitent.

« Qu’est-ce que j’ai dans la poche ? », « Où ai-je caché ceci ? », « Qu’est-il écrit dans cette lettre pas encore ouverte ? », … des bêtises qui dépriment Rachel qui a tant à dévoiler au monde. Mais on ne l’écoute pas ! Elle a beau annoncer à un homme que son fils se meurt, à Alexandre Dumas qu’il va faire faillite, … ce n’est pas ce que le commun des mortels veut voir et entendre : ils ne veulent que des tours de passe-passe à l’instar du célèbre Jean-Eugène Robert Houdin (le père de la magie moderne) qui encense la ténébreuse brune aux yeux bleu clair.

Le don de Rachel_Pandolfo_Risbjerg_Casterman_extrait2

Alors un jour, on le suppose, elle disparait dans le temps et l’espace. Voluptueuse dans sa robe de chambre, libre et heureuse… Une disparition qui met l’esprit de Liv en ébullition : comment réussir à exprimer la personnalité de Rachel dans un ballet ? Sur base des écrits intitulés « Le don de Rachel », la jeune femme se morfond à l’idée que son interprétation ne soit pas à la hauteur de son héroïne… pour en faire un chef d’œuvre encore applaudi 20 ans après, à l’époque où une jeune photographe, Virginia, savoure sa célébrité et raconte comment elle choisit ses modèles et pourquoi. Dans un regard la plupart du temps, comme celui d’un daguerréotype (ancêtre de la photographie) représentant… Rachel !

Un roman graphique qui laisse rêveur, un dessin étrangement captivant grâce aux yeux de Rachel qui effacent tout ce qui les entoure : on ne voit qu’eux et finalement, on se perd dans le regard des autres héroïnes, même si, ni celui de Liv, ni celui de Virginia, n’ont la même intensité, la même profondeur et la même douceur mélancolique. On s’imprègne de l’impact qu’elle eut sur ces femmes et celui, finalement, qu’elle peut avoir sur le lecteur. Qu’auriez-vous fait si vous l’aviez rencontrée, il y a 200 ans, hier ou demain ? Bonne question

ShayHlyn.

2 commentaires sur “Le don de Rachel

Ajouter un commentaire

  1. Belle chronique très intrigante qui excite la curiosité d’en savoir plus.
    Perso, j’aurais été un peu plus généreux pour ce graphisme semi réaliste (voire caricatural pour certaines « tronches ») très expressif qui va bien avec l’ambiance mystérieuse.😉

    J'aime

  2. oui je trouve aussi que le graphisme particulier de Terkel méritait mieux , c’est le monde à l’envers pour une fois qu’on trouve que le graphisme est sous coté :-)))..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :