Léonard Cohen, Sur un fil.

Auteur : Philippe Girard.
Éditeur :Casterman.
120 pages
Date de sortie : 17 mars 2021.
Genre : tranche de vie, biographie.

«  Il y a des chansons en moi, mais on dirait qu’elles restent coincées dans la guitare. »

La biographie de l’une des plus grandes voix du XXe siècle
Véritable légende dans son pays, le Canadien Leonard Cohen (1934-2016) a marqué la musique du XXe siècle par la beauté de ses compositions.

On reconnaît Cohen à son timbre chaud et à la douceur mélancolique de ses chansons, souvent écrites en hommage aux femmes qu’il a aimées : Suzanne, Marianne, d’autres encore… Dans cette biographie, le lecteur traverse par flash-backs la vie d’un artiste remarquable, avec ses coups de génie (le morceau « Hallelujah », dont les reprises ont parfois éclipsé l’original) et ses coups du sort (la perte des droits de « Suzanne », les manœuvres d’agents indélicats…), croisant au passage Janis Joplin, Lou Reed ou Phil Spector…

Mon avis.
(Tout Le Monde Sait)

Tout le monde sait que Leonard Cohen était un grand poète
Tout le monde en est conscient aujourd’hui
Tout le monde sait que sa voix était inimitable
Tout le monde sait que ce bon gars s’est souvent perdu
Tout le monde sait que son combat était arrangé d’avance
Les pauvres restent pauvres comme lui, les riches s’enrichissent comme ses escrocs d’ agents
C’est comme ça
Tout le monde le sait
Tout le monde sait que le bateau fuit et parfois bloque le canal de suez
Tout le monde sait que Leonard doutait
Tout le monde a vu son sentiment de déchirement
Comme si son père ou son chien venait de mourir

Tout le monde parle de son Hallelujah
Tout le monde veut une part de cette chanson
Et la liste est longue pour cette reprise
Tout le monde le sait

Tout le monde sait qu’il a aimé de nombreuses femmes
Tout le monde sait qu’il aimait vraiment
Tout le monde sait qu’il a été fidèle
Ah, à une ou deux nuits près
Tout le monde sait qu’il aimait ses enfants
Mais il y avait tellement de gens que tu devais rencontrer, Léonard
Tu ne savais pas dire non
Et tout le monde le sait

Everybody knows, everybody knows
Tout le monde le sait, tout le monde le sait
C’est comme ça
Tout le monde le sait

Tout le monde sait que c’est maintenant ou jamais pour faire une BD de ta vie
Tout le monde sait que tu deviens pour la 1er fois numéro un après ta mort
Et tout le monde sait que maintenant tu vis éternellement dans nos cœurs
Et quand que tu t’es fait une ligne ou deux
Tout le monde sait que c’était pour trouver l’inspiration
Columbia/Sony music cueille encore tes succès
Pour tes notes et ton beau nœud papillon
Et tout le monde sait

Et tout le monde sait que la covid arrive
Tout le monde sait qu’elle se propage rapidement
Tout le monde sait qu’il y aura plusieurs vagues ou tournées
Sont seulement un lumineux artéfact du passé pour renflouer les caisses
Tout le monde sait que la scène est ton univers
Mais il y aura un compteur sur ton lit
Qui révélera
Ce que tout le monde sait

Et tout le monde sait que tu files un mauvais coton
Tout le monde sait ce que tu as dû endurer
Depuis ton départ de poète maudit
Jusqu’aux plages d’un monastère en Californie
Tout le monde sait que ta vieille carcasse craque aux entournures
Jette un dernier coup d’œil à ta vie
Avant d’en faire une BD attachante
Et tout le monde sait

Samba.

PS : en travaillant un peu cette chanson de Leonard Cohen, on dirait vraiment qu’il parlait de lui et de sa vie, c’est presque une évidence .

7 commentaires sur “Léonard Cohen, Sur un fil.

Ajouter un commentaire

  1. Belle chronique Samba qui parodie sa chanson !😉
    Ça m’a rappelé la chanson de Gabin :
    « … Maintenant je sais, je sais qu’on ne sait jamais
    La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses
    On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses
    C’est tout ce que j’sais
    Mais ça, j’le sais ! »🎼
    Curieusement, je n’ai jamais écouté ce chanteur à la vois (très) grave. Faut dire que je m’attache plus aux mélodies (dont celle d’Hallelujah est très belle) qu’aux paroles que je n’écoute jamais, surtout quand elle sont en anglais !😟😉

    J'aime

    1. Oui je suis comme toi, les paroles ne sont pas ma priorité. Par contre celles de Cohen sont nettement plus profondes et mériteraient presque une traduction, un grand ! Merci pour ton com.

      Aimé par 1 personne

      1. Certaines chansons ont été traduites, et chantées, par Graeme Allwright. C’est le cas de « Suzanne » ou « les Sœurs de la Miséricorde », qui figuraient sur la B.O. du film John Mac Cabe de Robert Altman. Ainsi, si on regarde le film en V.O. on a les chansons par Léonard Cohen, et si on le regarde en V.F., on les a par Graeme Allwright.

        Aimé par 1 personne

Répondre à Samba Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :